42 millions d’oiseaux par semaine, 7 000 fermes à forfait, 50 abattoirs : Bienvenue chez le plus important producteur et détaillant de viande de volaille du monde.


En janvier dernier, une dizaine de producteurs avicoles et représentants du réseau coop ont profité de leur participation à l’exposition internationale de la volaille d’Atlanta (IPE) pour visiter les installations de Tyson Foods, à Cumming, située au nord d’Atlanta. Ce voyage a été organisé par Phillipe Dufour, représentant pour Cobb-Vantress au Canada.
Tyson Foods est le plus important producteur et détaillant de viande de volaille du monde et le huitième producteur de porcs aux États-Unis. L’entreprise possède des emplacements d’affaires dans 16 États américains et produit 42 millions d’oiseaux par semaine, soit plus de deux milliards par année, par l’entremise de 7 000 fermes à forfait. Tyson est également propriétaire d’une cinquantaine d’abattoirs, de 68 couvoirs et de 32 meuneries spécialisées dans la fabrication d’aliments pour la volaille.

Biosécurité oblige, nous avons commencé la visite au couvoir de Tyson. Ce couvoir produit environ 1,3 million de poussins par semaine, ce qui correspond approximativement à la demande hebdomadaire de poulet de l’abattoir de Cumming. Tyson a organisé sa production en une quarantaine de complexes comprenant chacun un couvoir, un abattoir et une meunerie pouvant produire 1,2 million d’oiseaux par semaine. Chaque complexe est adapté en fonction des besoins d’une chaîne de restaurant ou de distribution (Costco, Wal-Mart, etc.).

Sur le plan de la production, les œufs sont incubés à partir de la 25e semaine d’âge et le couvoir obtient environ 84 % d’éclosion. Les poules reproductrices sont abattues à 65 semaines d’âge. Les producteurs reçoivent 0,04 $ US la douzaine. Fait intéressant, les œufs des jeunes et des vieux troupeaux sont regroupés ensemble en raison du temps d’incubation plus long qu’ils nécessitent (une demi-journée de plus). Tous les œufs sont incubés en mode tout plein tout vide.

Par la suite, nous nous sommes rendus sur un complexe de 11 fermes produisant 230 000 oiseaux par semaine. Les oiseaux sont abattus entre 49 et 54 jours d’âge à un poids d’environ 3 kg. Tous les bâtiments sont construits sur un étage, contrairement à nos installations québécoises. La densité visée est de 9,15 oiseaux par mètre carré (0,85 oiseau par pied carré). Un bâtiment standard mesure environ 122 mètres de longueur (400 pieds). Ces fermes et les équipements qu’elles contiennent sont rarement lavés et désinfectés. La couche supérieure de la litière, souvent durcie et trop souillée, est enlevée après chaque élevage, mais le reste demeure pour le prochain lot. La litière du bâtiment visité n’avait pas été enlevée depuis 1994! Les oiseaux sont attrapés mécaniquement et le bâtiment demeure vide pendant 14 jours avant l’entrée du prochain lot.

En ce qui a trait aux performances, la conversion alimentaire visée est de 1,98 pour un poids de 2,72 kg. Le taux de mortalité total est de 4 à 5 %, avec une mortalité à 7 jours de 1,25 %. Les moulées sont exemptes de facteurs de croissance, mais contiennent de la salinomycine ou du Narasin-Nicarbazin pour contrôler la coccidiose. Le coût de production jusqu’à l’abattoir est de 0,60 $ US/kg vivant (0,79 $ CAN/kg au moment d’écrire ces lignes).

Nous avons terminé la journée dans un des abattoirs de Tyson, situé à Cumming. Cet établissement abat 1,2 million d’oiseaux par semaine. Le taux de condamnation total moyen est de 1%. La majorité du poulet abattue est découpée sur place et congelée par un mécanisme de surgélation. Une partie considérable du poulet ainsi produit est exportée en Russie ou vendue chez Costco, aux États-Unis. Le produit est directement enveloppé dans les emballages de Tyson. Plus de 1 200 employés travaillent à cet abattoir, excluant les inspecteurs du USDA qui supervisent la qualité et la salubrité de la viande.

Tyson déploie de nombreux efforts pour réduire l’impact environnemental de ses abattoirs, un de ses principaux enjeux. L’abattoir de Cumming utilise présentement 25 litres d’eau par poulet abattu. Des mesures simples ont permis d’en réduire de quelques litres la consommation. Un système de réutilisation et de filtration-épuration de l’eau permet aussi à Tyson de réduire l’impact environnemental de ses abattoirs.

Ces visites ont été faites dans le cadre de l’exposition internationale d’Atlanta (IPE). L’événement regroupe 900 exposants en aviculture, répartis dans trois halles sur une superficie de 6,5 hectares (16 acres). Plus de 20 000 personnes assistent à cet événement où participent tous les fournisseurs des divers secteurs de l’industrie avicole (pharmaceutique, ingrédients, équipements, etc.).


Source : Service avicole, Coopérative fédérée de Québec




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés