Au Québec, on retrouve la chrysomèle des racines du nord (de couleur verte) et la chrysomèle des racines de l’ouest (jaune avec tache ou bande noire). La chrysomèle du nord a été rapportée pour la première fois au Québec en 1975 et celle de l’ouest, durant la saison de culture de l’année 2000. Depuis ce temps, leur nombre n’a cessé d’augmenter. La chrysomèle du nord est présente partout au Québec, et la chrysomèle de l’ouest a maintenant atteint la région de Québec. On estime que les surfaces infestées par la chrysomèle pourraient augmenter de 2,6 % par année.

Figure 1 : Verse racinaire (col d’oie).

La venue de la chrysomèle de l’ouest nous incite encore davantage à connaître cet insecte et ses méfaits. Par contre, les dommages que cause la chrysomèle sont souvent difficiles à visualiser puisqu’elle agit sous le sol au stade larvaire. Afin de mieux comprendre cet insecte, voyons quel est son mode de vie.


Cycle de vie des chrysomèles
La chrysomèle est un insecte coléoptère voisin du doryphore. Les chrysomèles des racines n’ont qu’une seule génération par année et hiberne au stade œuf. Les chrysomèles passent par quatre stades distincts de développement : œuf, larve, pupe et adulte. Elles causent des dommages aux stades larvaire et adulte. Les larves se nourrissent des racines et creusent des galeries.


Les larves
Les œufs éclosent lorsque le maïs a 7 ou 8 feuilles et les jeunes larves (3 mm) commencent alors leur migration vers les racines du maïs. En juin, les larves mangent les fines radicelles ainsi que les racines primaires et secondaires. Puis, elles creusent des galeries dans les racines. Les dommages sévères qu’elles causent aux racines d’ancrage peuvent entraîner la verse racinaire (col d’oie) (figure 1). En juillet, la larve forme une cellule de terre dans le sol et se transforme en pupe.


Les adultes
Les adultes commencent à émerger du sol à la fin de juillet. Lorsque les soies apparaissent, les adultes les mangent. L’impact de ces dommages sur le rendement demeure généralement négligeable, sauf si l’infestation est vraiment très sévère. Les adultes peuvent également se nourrir du grain lorsqu’il est d’abord endommagé par les larves de pyrale du maïs, les nitidules, les oiseaux, les ratons laveurs ou simplement lorsque le grain craque. Au mois d’août et septembre, les femelles pondent leurs œufs en grappes. La chrysomèle du nord pond dans le premier 20 cm de sol près de la tige ou dans les craques du sol. La chrysomèle de l’ouest pond une bonne partie de ces œufs entre 20 et 30 cm de profondeur.


Comment déterminer le niveau d’infestation?
En examinant les racines à la fin du mois de juillet. À ce stade, les dommages sont faits et les larves de chrysomèles peuvent être identifiées. Pour ce faire, on extrait 30 cm2 de sol sur 15 cm de profondeur (450 cm3) sur un carton foncé. Les larves et pupes sont blanchâtres et peuvent ainsi être dénombrées. Les racines sont laissées à l’air libre car des larves additionnelles en sortiront. Le degré de dommage racinaire peut être déterminé de façon visuelle (figure 2).



Contrôle de la chrysomèle
Rotation
La monoculture de maïs augmente l’incidence de chrysomèle. Afin de diminuer sa présence, on peut effectuer une rotation avec du soja, du blé ou des plantes fourragères. Par contre, on a remarqué qu’une variante de la chrysomèle du nord peut permettre aux œufs de passer deux à quatre hivers dans le sol, et donc de survivre à la rotation des cultures. On a aussi constaté que la chrysomèle de l’ouest peut pondre ses œufs dans les champs de soya, dans le but d’attaquer le maïs l’année suivante.

Insecticide
Depuis les années 1980, certains utilisent des insecticides granulaires placés légèrement sous la semence lors du semis. Ils sont efficaces pour une période de 6 à 10 semaines.

Traitement de semence insecticide
On a récemment homologué un traitement de semence insecticide, le Poncho 1250. Ce traitement protège la semence et les racines contre la larve de chrysomèle. Prenez note que la dose réduite Poncho 250 n’est pas efficace contre les larves de chrysomèle.

Bt chrysomèle
Il y a également le gène Bt chrysomèle qui vient d’être homologué. Le maïs Bt chrysomèle protège les racines contre les larves de chrysomèles. Il ne faut cependant pas confondre les gènes Bt. Le Bt pyrale ne contrôle que la pyrale et le Bt chrysomèle ne contrôle que la chrysomèle. Par contre, il sera éventuellement possible de se procurer un hybride de maïs possédant les deux gènes Bt combinés.

Figure 2 : Système racinaire sain (à gauche).

Le plan de la gestion de la résistance
Si vous utilisez du maïs Bt pour lutter contre la chrysomèle, vous devez placer votre refuge maïs non Bt (au moins 20 %) en bloc adjacent au maïs Bt ou en bande d’au moins 6 rangs. Ne mélangez pas les semences (Bt et non Bt) et n’utilisez que des hybrides (Bt/non Bt) qui ont la même tolérance à l’herbicide. Identifiez bien vos champs afin d’apprécier ces nouvelles technologies et de bien gérer la pulvérisation d’herbicides.

En conclusion, la meilleure connaissance de la chrysomèle et les nouvelles technologies plus efficaces et respectueuses de l’environnement, tels que les traitements de semences insecticides et le Bt chrysomèle, vous offrent des outils pour améliorer la rentabilité de la production de maïs.


* L’auteur est spécialiste du développement au Secteur des productions végétales de la Coopérative fédérée de Québec.




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés