Le Centre de recherche, de développement et de transfert technologique acéricole inc. (Centre Acer) a inauguré, en mai dernier, au coût de 1,2 million $, sa toute nouvelle station expérimentale à Saint-Norbert-d’Arthabaska.



Fondé en 1997 par le MAPAQ et plusieurs partenaires du milieu (voir l’encadré), le Centre Acer a pour mission de faire de la recherche, du développement et du transfert technologique en acériculture, d’ac-croître l’expertise québécoise dans ce domaine et d’en assurer le rayonnement à l’échelle internationale.

« Située au cœur de la MRC d’Arthabaska, l’érablière expérimentale sera dès à présent un lieu privi-légié pour l’atteinte de ses objectifs », indique Patrizia Ramacieri, directrice générale du Centre Acer.

La toute nouvelle érablière expérimentale du Centre Acer, à Saint-Norbert-d’Arthabaska.

Comment s’y prendra-t-on? « Nos travaux porteront sur les facteurs qui influencent la coulée, sur la composition du sirop et de l’eau d’érable de même que sur le fonctionnement des équipements d’érablières, exprime Gaston Allard, agronome, ingénieur et chargé de projet au Centre Acer. On travaillera donc tout aussi bien sur le développement de l’arôme du sirop, l’efficacité des évaporateurs, la croissance des arbres, la création et la valo-risation de nouveaux produits, que sur l’entaillage, la collecte et l’entreposage ou encore l’effet du verglas sur la survie et la productivité des érablières. » Une étude menée par les chercheurs du Centre a d’ailleurs permis d’indiquer que, cinq ans après le verglas de janvier 1998, la mortalité dans les érablières touchées s’avère faible, que les cimes des arbres et les boisés se sont en général bien recons-truits, que la productivité n’a pas été sérieusement atteinte et que la qualité du sirop est demeurée intacte.

Détentrice d’un doctorat en chimie de l’Université McGill,
Patrizia Ramacieri, directrice générale du Centre Acer,
est en poste depuis un peu plus d’un an.

« Ainsi, l’érablière de Saint-Norbert, qui compte de 2 à 3 000 entailles, ne sera pas un lieu de production proprement dit, fait savoir Gaston Allard. On y fera d’abord des essais et l’arbre demeurera le principal objet de nos recherches. » Soutenu financièrement par de nombreux intervenants du milieu (voir l’encadré), l’établisse-ment expérimental, d’une superficie totale de 8 650 pieds carrés, est doté d’une salle d’évaporation, d’une usine alimentaire, d’un atelier de mécanique et de menuiserie, d’un local d’informatique, de deux laboratoires, d’un local de formation et de bureaux. Le laboratoire principal de chimie et de microbiologie est, quant à lui, logé au Centre de recherche et de développement sur les aliments (CRDA) à Saint-Hyacinthe. C’est aussi au CRDA que des projets de développement de produits de consommation à partir de sirop d’érable seront mis de l’avant.

Le Centre Acer donne de l’emploi à 13 personnes (agronome, ingénieur, biologiste, chimiste, microbiologiste, technologues et ouvriers).

« Grâce à cette nouvelle érablière expérimentale, le Centre Acer se positionne comme l’un des principaux foyers d’expertise en acériculture au monde, exprime Luc Lussier, direc-teur général de Citadelle, coopérative de producteurs de sirop d’érable. Les recherches qui y seront réalisées apporteront une contribution signifi-cative au développement et au rayonnement du milieu. »

« Le milieu acéricole avait grandement besoin d’un lieu de concertation et de développement du savoir, estime pour sa part Pierre Lemieux, président du conseil d’administration du Centre Acer et de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec. C’est maintenant chose faite. »

Bien entendu, les résultats des travaux réalisés à l’érablière expérimentale ne dormiront pas sur les tablettes. « Le but premier de nos recherches est d’en faire bénéficier l’industrie, les acériculteurs et le grand public », soutient Patrizia Ramacieri.

Enfin, l’érablière pourrait éven-tuellement offrir de la formation aux étudiants et servir à sensibiliser le grand public grâce à la mise en place d’un volet éducatif et touristique.

Membres fondateurs du Centre Acer inc.
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec et ses partenaires
Ministère des Ressources naturelles
Fédération des producteurs acéricoles du Québec
Citadelle, coopérative de producteurs de sirop d’érable
L’Association des manufacturiers d’équipements acéricoles
Institut québécois de l’érable inc.
Les partenaires financiers pour la construction de la station expérimentale acéricole
Ministère du Développement économique régional et de la Recherche
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
Conseil régional de concertation et de développement Centre-du-Québec
L’Association des manufacturiers d’équipements acéricoles
Fédération des producteurs acéricoles du Québec
Citadelle, coopérative de producteurs de sirop d’érable

Pour plus de détails, consultez le site Internet du Centre Acer à l’adresse http://www.centreacer.qc.ca




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés