Les élevages de poulets de chair peuvent être affectés par plusieurs maladies. L’une d’elles, l’hépatite à corps d’inclusion, soulève beaucoup de questions.

L’hépatite à corps d’inclusion est une maladie causée par un adénovirus entraînant souvent une anémie sévère et caractérisée par une mortalité aiguë.

Puisqu’ils se retrouvent dans tous les élevages de volailles, les adénovirus sont présents tant chez les oiseaux malades que chez les oiseaux en santé. La maladie a été décrite pour la première fois aux États-Unis en 1963. Elle a aussi été rapportée au Canada, au Royaume-Uni, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Italie, en France et en Irlande.

La maladie dure environ de 9 à 15 jours. La morbidité, c’est-à-dire le pourcentage d’oiseaux atteints, et la morta-lité, peuvent varier de 1 à 10 %.

La transmission horizontale (d’un oiseau à l’autre) est importante. Le virus est présent dans toutes les excrétions, et tout particulièrement dans les matières fécales. On le retrouve aussi dans les muqueuses buccale et trachéale de même que dans les reins.

La transmission verticale est également possible, surtout lorsque les oiseaux reproducteurs ont atteint le pic de production. Cette situation est reliée au stress important que subissent les oiseaux pendant cette période.

L’hépatite à corps d’inclusion. Même si elle n’est pas très fréquente, cette maladie causée par un adénovirus suscite beaucoup de questions. À la nécropsie, les foies sont gonflés, jaunes et marbrés avec de petites hémorragies (pétéchies) et des ecchymoses.

L’adénovirus est de nature opportuniste. Il peut affecter sévèrement les oiseaux qui ont un système immunitaire affaibli par la bursite infectieuse ou par l’anémie infectieuse du poulet. Le risque de maladie est ainsi plus grand chez les oiseaux provenant de troupeaux reproducteurs dont les niveaux d’anticorps maternels contre les maladies pouvant affecter le système immunitaire sont peu élevés. Par contre, certaines souches d’adénovirus sont suffisamment pathogènes pour causer elles-mêmes l’hépatite. On croit que, chez les jeunes oiseaux, ces virus plus pathogènes causent des dommages à la bourse de Fabricius (organe jouant un rôle important dans le processus immunitaire des oiseaux).

Le virus résiste à plusieurs désinfectants et aux températures élevées. Le formaldéhyde (Fumalyse, Profilm) et le Virkon (dilution 1 :100) sont efficaces.

Puisque l’adénovirus peut être isolé de poulets en santé, l’isolation seule ne confirme pas qu’il est la cause de problèmes particuliers. Les signes de la maladie sont les suivants : augmentation soudaine de la mortalité, dépression des oiseaux affectés, perte d’appétit, plumage ébouriffé, crête et barbillons pâles. Le pic de mortalité survient après 3 ou 4 jours et cesse rapidement par la suite. Dans certains cas, la morta-lité persiste pour 2 à 3 semaines. En général, la maladie frappe les oiseaux âgés de 3 à 7 semaines, mais elle peut survenir chez des oiseaux aussi jeunes que 7 jours.

À la nécropsie (équivalent d’une autopsie chez les animaux), les foies sont gonflés, jaunes et marbrés de petites hémorragies (pétéchies) et d’ecchymoses. Les reins et la moelle osseuse sont pâles. Le sang est clair. La bourse de Fabricius et la rate sont petites. Au microscope, il y a des lésions caractéristiques : des corps d’inclusions intra-nucléaires (dans le noyau des cellules), clairement visibles pour le pathologiste.

Un diagnostic provisoire peut être fait selon l’histoire et la présence des lésions caractéristiques. La confirmation fait suite à l’examen microscopique des foies démontrant
la présence des corps d’inclusion. On peut aussi tenter d’isoler le virus.

Bien qu’il n’y ait pas de traitement pour cette maladie, puisqu’il s’agit d’une maladie virale, un complexe de vitamines solubles peut favoriser la guérison. Aucun vaccin n’est homologué contre cette maladie au Canada.

La prévention et le contrôle se font essentiellement par la mise en quarantaine des troupeaux affectés et par l’application de bonnes mesures de biosécurité. Il faut surtout éviter la dissémination des matières fécales contaminées d’un poulailler à l’autre, notamment par l’entremise des humains et l’utilisation de matériel souillé. Le nettoyage et la désinfection des poulaillers, après la présence d’un troupeau affecté, sont importants.

Puisque le virus peut se transmettre de façons horizontale et verticale, son élimination complète est peu probable. En revanche, il importe de bien contrôler les maladies et facteurs pouvant nuire au système immunitaire des jeunes oiseaux. La bursite infectieuse (encore connue sous le nom de maladie de Gumboro) et l’anémie infectieuse du poulet sont les deux plus importantes maladies, suivies par le réovirus et la maladie de Marek.

Il semble même que certaines infections bactériennes chroniques peuvent nuire au système immunitaire. Certaines déficiences alimentaires, des toxines ou des stress environnementaux tels que des températures extrêmes ou l’entassement, sont d’autres causes possibles. Bien sûr, la présence de plus d’un facteur peut accroître l’effet sur le système immunitaire.

En conclusion, le contrôle de l’hépatite à corps d’inclusion se fait à plusieurs niveaux. De façon à ce que leurs poussins soient bien protégés pendant leurs premiers jours de vie, les troupeaux reproducteurs doivent avoir des taux élevés d’anticorps contre les maladies touchant le système immunitaire. Cette protection étant de durée limitée, il faut minimiser l’exposition des oiseaux aux virus présents dans le champ par de bons programmes d’assainissement et de biosécurité. Dans certains cas, comme pour la bursite infectieuse, il est nécessaire de considérer la vaccination des jeunes oiseaux, s’il y a évidence que les anticorps maternels ne suffisent pas à contrôler la maladie. Enfin, on doit fournir aux oiseaux une bonne alimentation ainsi qu’un environnement qui minimise le stress.

Ces recommandations, qui nécessitent des efforts constants, sont à la base de l’élevage d’oiseaux performants et en santé.


* L’auteure est responsable provinciale de la médecine aviaire à La Coop fédérée.




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés