L’été 2004 n’a pas été très clément pour plusieurs régions du Québec, et la qualité des fourrages en a écopé grandement. Une fois le foin entreposé, il faut conjuguer avec les aliments disponibles, et ce, pour optimiser les performances du troupeau et la rentabilité de l’entreprise. Bref, adopter de bonnes stratégies alimentaires.

Brebis en gestation
Ce serait une grave erreur de penser que les brebis en gestation n’ont pas des besoins élevés et qu’elles peuvent se contenter de foin très mature. En plus d’avoir une analyse basse, la consommation totale de matière sèche que permettent ces fourrages est plus faible, ce qui amplifie le déficit nutritionnel. Que ce soit la protéine, l’énergie ou les minéraux majeurs, il faut complémenter avec ce qui n’est pas dans les fourrages afin d’éviter des problèmes à moyen terme. Comment demander à une brebis de reprendre de la condition de chair, de mener à terme des agneaux de bon poids et vigoureux et de préparer du colostrum et une lactation, si elle doit se contenter de foin mature?

Une ration d’environ 12 % de protéine pour les quatre premiers mois de gestation est un ordre de grandeur logique. Du grain peut être nécessaire pour aider au reconditionnement ou répondre au besoin d’entretien et de gestation. Si le foin est très mature, le complémenter avec du grain ou le mélanger avec une autre source de meilleure qualité est impératif. Ne pas oublier de servir des minéraux selon le programme alimentaire ou des Pro-Bloc Ovation à libre choix. Il n’est pas nécessaire de servir des blocs de sel, car ils vont diminuer de beaucoup la consommation moyenne de minéraux.


Préparation à l’agnelage
Dans le mois qui précède l’agnelage, c’est le dernier sprint pour avoir des brebis en forme qui mèneront à terme des agneaux de bon poids et vigoureux. On sait que les brebis ont une capacité d’ingestion diminuée durant cette période, parce que les agneaux occupent une grande proportion de la cavité abdominale et subissent très souvent une perte de condition de chair. Plus la prolificité augmente, plus c’est vrai. Il est primordial d’avoir une alimentation en fonction des besoins associés à ce stade. Plus la régie est intensive, plus la nutrition doit être surveillée de prêt. L’alimentation des brebis prolifiques, bonnes laitières et dont le taux d’agnelage est élevé ne doit pas être laissée au hasard. Une alimentation déficiente durant cette phase, surtout avec des brebis plus prolifiques, n’est pas étrangère aux phénomènes suivants : toxémie de gestation, faibles poids à la naissance des agneaux, manque de vigueur et mortalité accrue.

Une ration entre 14 et 16 % de protéine est un indicateur pour le mois qui précède l’agnelage. Quand on doit faire du colostrum et des agneaux, il faut du carburant! Pour la brebis, le dernier mois avant l’agnelage est comme le dernier mois avant les olympiques pour un athlète, il faut de la préparation. Attendre d’être sur place pour bien manger, c’est trop tard! Notre brebis doit préparer son rumen, éviter de perdre du poids (ce qui engorgerait son foie), et produire un aliment essentiel à la survie de ses petits : le colostrum. Cet aliment a plusieurs rôles : fournir des nutriments et des anticorps, et réchauffer l’agneau. Cet aspect est primordial pour abaisser le taux de mortalité en bergerie. Un ventre plein de colostrum tôt après la naissance, on ne dira jamais assez à quel point c’est important.


Un produit spécifique à la transition
Le complément Pré-Agnelage Trans-Ovi a fait ses preuves. Facile d’utilisation et performant, ce complément à 15 % de protéine contient 100 % du sélénium de source organique, des minéraux majeurs et mineurs, des vitamines du complexe B, de la vitamine C, du potassium et des levures. Bref, tout pour stimuler l’appétit, diminuer le stress et aider le système immunitaire. Ce complément pré-agnelage doit être servi en combinaison avec du grain et selon le programme SynchroWin CO-OP. Par exemple, avec du fourrage de 14 à 16 % de protéine, il en faut 250 grammes par jour avec une quantité de grain équivalente ou supérieure (en fonction de leur condition de chair, de la future production laitière et de leur prolificité), et ce, à partir de 20 jours avant l’agnelage.

En tout temps, il faut éviter l’acidose, et c’est aussi vrai pour la transition. Pour ce faire, vérifiez la consommation de fourrage en fonction du grain servi. Pour une quantité de concentrés servis, on devrait fournir une quantité égale ou supérieure en fourrage. Par exemple, 20 brebis consommant 500 grammes par jour d’un mélange 50 % Trans-Ovi et 50 % grain, soit 10 kg, doivent consommer au moins 10 kg de fourrage sur une même base de matière sèche (10 kg de foin sec ou 20 kg d’ensilage à 50 % MS). En fonction des analyses réelles, le calcul avec SynchroWin permettra de valider précisément ces chiffres.

Investir dans la période de transition, que ce soit en temps, régie ou alimentation, est un facteur clé pour améliorer les revenus. Dans la majorité des cas, une simple baisse de 1 % du taux de mortalité rentabilise le programme, et les résultats obtenus sont de beaucoup supérieurs. Demandez à votre expert-conseil CO-OP de vous le démontrer avec son logiciel économique de transition. Pour vendre des agneaux, il faut commencer par les sauver. S’ils sont vivants et plus lourds à la naissance, ils auront un meilleur départ, consommeront de la moulée rapidement et seront plus lourds au sevrage, donc prêts à être vendus plus tôt. Aussi, une brebis bien alimentée en transition sera, elle aussi, en meilleure condition à l’agnelage, prête à donner plus de lait et plus rapidement disposée pour un retour en gestation après le sevrage des agneaux.


Brebis en lactation
Il existe une grande différence dans la composition des troupeaux ovins du Québec : nombre de brebis, races, poids moyen, potentiel génétique, condition de chair, etc. Il existe encore plus de différences au chapitre des aliments disponibles et des façons de les alimenter. Gardons à l’esprit que la brebis qui vient d’agneler a traversé une fin de gestation avec l’estomac réduit au minimum, que son utérus doit reprendre sa forme initiale, qu’elle aura une lactation intensive de 45 à 60 jours, et qu’on la veut prête pour la mise au bélier environ un mois après le sevrage des agneaux, soit 15 jours pour le tarissement et 15 jours de flushing. C’est le maximum permis pour avoir nos trois agnelages en deux ans, soit un tous les huit mois.


SynchroWin et une nouvelle gamme
Avec la multitude d’aliments, d’objectifs et de performances rencontrés sur les fermes ovines québécoises, le réseau CO-OP et son équipe d’experts-conseils sont en meilleure position pour calculer des rations précises pour les troupeaux ovins. Il suffit d’avoir les analyses d’aliments et l’inventaire de ceux-ci pour faire les meilleurs choix possible.

Pour compléter les aliments disponibles à la ferme, le réseau CO-OP possède une toute nouvelle gamme de suppléments, moulées et minéraux. Beaucoup de facteurs différencient les produits, comme le niveau de dégradabilité de la protéine, d’énergie ou la présence de fibre digestible et stimulant d’appétit. Si vous travaillez avec de l’orge, du maïs, des grains mélangés, du foin sec ou de l’ensilage, votre expert-conseil vous recommandera le supplément adapté à vos conditions et à vos objectifs. De plus, toute la gamme des produits OVATION contient du sélénium de source organique. Que ce soit les minéraux en sac ou en bloc, les suppléments ou les moulées, il y en a maintenant partout!

Pour augmenter la rentabilité des élevages ovins au Québec, on ne peut laisser au hasard l’alimentation des brebis en gestation, en transition et en lactation. On peut en demander plus aux ovins, mais il faut s’assurer de leur donner ce qu’il faut, et quand il le faut! L’alimentation est complémentaire à la génétique et à la régie, les deux autres côtés du triangle menant au succès. Garder des moutons, tout le monde peut le faire, mais être producteur d’agneaux et vivre de cette production, c’est du sérieux!

Dans un prochain article, nous traiterons des agnelles de remplacement, des agneaux lourds, de la coccidiose et des pâturages.




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés