Lorsqu’on pense au cheval, on imagine un animal fringant se déplaçant avec une belle agilité. Pour se mouvoir de la sorte, le cheval sollicite ses systèmes osseux (le squelette), musculaire et nerveux. Et pour maintenir ces systèmes en santé, il doit utiliser différents nutriments, dont les minéraux. Les minéraux ont plusieurs fonctions dans le corps : formation des structures, transfert des nutriments, balance osmotique, et certains se retrouvent dans la composition d’acides aminés et d’hormones.

Un minéral, c’est quoi?
Les minéraux se divisent en deux groupes : les majeurs et les mineurs (ou oligo-éléments). Dans la première catégorie nous retrouvons le calcium (Ca), le phosphore (P), le sodium (Na), le chlore (Cl), le potassium (K), le magnésium (Mg) et le souffre (S). Ces minéraux doivent être inclus dans l’alimentation de l’animal en plus grande quantité, c’est pourquoi ils sont considérés comme majeurs. Les oligo-éléments, tels que le cobalt (Co), le cuivre (Cu), l’iode (I), le fer (Fe), le manganèse (Mn), le molybdène (Mo), le zinc (Zn) et le sélénium (Se), sont requis en plus petites quantités, mais ils sont tout aussi importants pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Les minéraux interagissent entre eux. Si la quantité de l’un d’eux n’est pas adéquate, cela pourrait modifier l’utilisation d’un autre. Notez aussi que plusieurs vitamines sont également d’une grande importance pour l’utilisation des minéraux, mais aux fins de cet article nous nous limiterons aux minéraux.

Les humains boivent du lait pour combler leur besoin en calcium et mangent une grande variété de fruits et légumes dont des quantités journalières sont recommandées par le Guide alimentaire canadien. Les chevaux ont eux aussi des besoins journaliers en minéraux.

Le calcium et le phosphore sont les deux minéraux requis en plus grande quantité puisqu’ils constituent, à eux seuls, près de la moitié des réserves de minéraux du corps du cheval. Ils sont donc d’une grande importance. L’interrelation du Ca et du P assure une croissance et un maintien adéquats du système osseux. Les os contiennent environ 35 % de calcium et de 14 à 17 % de phosphore. Une carence de l’un ou l’autre pourrait entraîner des problèmes de croissance ou de maintien de la masse osseuse.

On estime qu’environ 98 % du Ca se retrouve dans les os et les dents, le reste servant à d’autres fonctions critiques, telles que la coagulation du sang, les battements du coeur, le bon fonctionnement du système nerveux,la contraction des muscles, l’activité de certaines enzymes et la sécrétion de plusieurs hormones.

Près de 85 % du phosphore se trouve dans les os et les dents, le reste servant à des fonctions vitales telles que l’utilisation de l’énergie, du gras, de la protéine et autres nutriments.

Le phosphore est également nécessaire au bon fonctionnement des muscles et du système nerveux.

Le calcium et le phosphore sont donc des minéraux requis pour plusieurs fonctions vitales et doivent être fournis en quantités adéquates dans la ration quotidienne des chevaux. Sinon, le cheval puisera dans ses réserves qui, en l’occurrence, sont constituées de son système osseux. Heureusement, ces réserves peuvent se refaire si la diète du cheval est rapidement corrigée. Mais si elles ne sont pas reconstituées, les carences qui en découleront se traduiront par de sérieux problèmes de squelette et de dentition.

Les quantités de calcium et de phosphore requises par le cheval dépendent de son âge et de son poids. Bien entendu, il faut éviter les excès. Le ratio entre ces deux éléments est également d’une grande importance, car il influencera leur efficacité d’utilisation. Le ratio calcium-phosphore optimal se trouve entre 1,2 et 2 pour 1, selon les quantités de chaque minéral et l’âge et le poids du cheval. Les moulées pour chevaux sont équilibrées en respectant ces critères. Les poulains en croissance, les juments en lactation et les chevaux sous travail intense sont ceux qui requièrent le plus de Ca et de P.

Le sodium (Na) et le chlore (Cl) sont deux autres minéraux majeurs essentiels qui composent le sel, entre autres. Ils jouent un rôle important dans l’organisme du cheval. Ils aident aux contractions musculaires, à l’équilibre des électrolytes et acide-base des cellules, à la production laitière et à la sécrétion de salive qui est essentielle pour une bonne digestion. Les besoins de ces minéraux sont souvent exprimés en sel et varient considérablement selon le niveau d’activité du cheval. Plus celui-ci transpire, plus il perd du sel. La génétique, l’alimentation, l’âge, la température et l’humidité sont d’autres facteurs pouvant influencer les besoins en sel.

La disponibilité de l’eau est très importante pour assurer une bonne consommation de sel. Les autres minéraux sont tout aussi importants, mais en quantité moindre. Ils ont des fonctions différentes dans l’organisme. Par exemple, le potassium joue un rôle essentiel dans l’équilibre acide-base et la pression osmotique. Le magnésium fait partie du système osseux et contribue à l’activité de plusieurs enzymes. Le souffre entre dans la composition de différents acides aminés faisant eux-mêmes partie intégrante des protéines. Le sélénium joue un rôle dans le système immunitaire. On le retrouve d’ailleurs dans toutes les moulées et tous les minéraux puisque les fourrages en sont déficients. Le cuivre et le zinc contribuent au développement normal du système osseux chez le poulain.

Suivre les besoins
Différentes recherches ont permis d’établir les besoins nutritionnels des chevaux selon des exigences spécifiques (croissance, entretien, lactation, reproduction, niveau d’activité). L’important est d’obtenir une ration journalière équilibrée par rapport aux besoins du cheval. Les fourrages servis aux chevaux ne contiennent pas des quantités suffisantes de minéraux, c’est pourquoi on en ajoute à la moulée. Les quantités de minéraux qu’on retrouve dans les moulées Célébrité tiennent compte des besoins des chevaux et vous aideront à combler ceux de votre cheval.

Si la quantité de moulées servie est moindre que les recommandations de l’étiquette, il importe de combler la portion des minéraux manquants par un supplément, tel que le minéral Équilibre, le Fort-eq, le Vitaforce ou le Pro-bloc cheval. Un cheval ayant une condition de chair adéquate et n’ayant pas besoin d’une grande quantité de moulées, parce que le foin lui apporte la protéine et l’énergie nécessaires, aura besoin de ce supplément. N’hésitez pas à demander l’avis de l’expert-conseil de votre coopérative!


*L’auteure est représentante de territoire, Secteur ruminants, à La Coop fédérée.




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés