Avec plus de 500 producteurs qui utilisent le logiciel Winporc et plusieurs années d’expérience en analyse technico-économique, le réseau de l’AGREPP est incomparable. Peu d’organisations mettent autant d’efforts à standardiser les données et à valider les résultats pour offrir un outil de comparaison aussi fiable à leurs producteurs. Voici donc les résultats 2004 de l’Association de groupes d’éleveurs en production porcine (AGREPP).


Résultats en maternité
La Ferme Érickson inc., dont le suivi technico-économique est assuré par La Coop Seigneurie, s’est classée première au rang des 10 meilleurs naisseurs avec une productivité de 27,86 porcelets sevrés par truie productive (voir la figure 4 - Groupe des 10 meilleurs naisseurs en 2004).


La moyenne provinciale, en 2004, affiche 23,56 porcelets sevrés par truie productive, par rapport à 22,58 en 2003. Ces résultats représentent la plus forte augmentation en un an depuis que sont tenus les registres de performances pour l’ensemble des maternités au Québec.

Entre 1990 et 1997, nous nous réjouissions d’une importante augmentation de 1,94 porcelet sevré par truie productive (passant de 18,40 à 20,34 porcelets). Toutefois, qui aurait pu prédire qu’entre 1997 et 2004, l’augmentation atteindrait 3,22 porcelets?
Pour une première année, le nombre de truies sur analyse a légèrement diminué, passant de 62 948 à 59 361 (voir la figure 2 - Évolution du nombre de fermes et de truies sur analyse de 1989 à 2005). Comme nous apportons une attention particulière à la validation des données, un certain nombre de troupeaux n’ont pu être retenus. Voici quelques raisons expliquant pourquoi ils ont été exclus : pas de suivi sur l’année complète, troupeaux en démarrage, données manquantes, pas de validations valables effectuées préalablement. Un certain nombre d’éleveurs n’ont toujours pas de suivi de gestion technico-économique. Cette information est toutefois primordiale pour progresser.


Indice d’efficacité en pouponnière (IEP)
Les pouponnières ont été comparées encore une fois à l’aide du critère d’indice d’efficacité en pouponnière (IEP). Cet indice est établi sur une base comparative à partir des résultats provinciaux de l’année courante en pouponnière. L’IEP provincial en 2004 est de 100. Contrairement à l’IEE (indice d’efficacité en engraissement), l’IEP a une base de référence fixe de 100 points chaque année. Plus les performances sont excellentes en pouponnière, plus l’IEP est supérieur à 100.



Les trois critères techniques retenus qui ont le plus d’incidence économique sont la conversion alimentaire (5 à 20 kg) pour 45 % des points, le GMQ technique (5 à 20 kg) pour 32 % des points et le pourcentage de mortalité pour 23 %. L’importance relative des critères a été obtenue à l’aide du logiciel Optiporc. Il est important de savoir que pour obtenir un calcul IEP, un producteur doit obligatoirement avoir la pesée de plus de 50 % de ses porcelets sortis de la pouponnière.


Résultats en engraissement
Pour l’année 2004, la Ferme Rojotal s.e.n.c., dont le suivi technique est assuré par La Coop Seigneurie, a remporté la première place avec un IEE de 226,7 (voir la figure 7 - Les 10 meilleurs résultats en engraissement en 2004).

Pour une quinzième année consécutive, nous avons une augmentation du nombre de porcs
vendus sur l’analyse, soit 1 381 310 porcs, ce qui représente près de 40 000 porcs de plus qu’en 2003.

L’analyse du classement carcasse regroupe tous les porcs expédiés par les producteurs qui utilisent le suivi informatique des coopératives, alors que l’analyse technico-économique en engraissement inclut seulement les élevages dont les résultats balancent parfaitement et qui sont validés quant à leur précision. Ainsi, pour l’année 2004, nous avons retenu 284 producteurs, pour un total de 991 678 porcs vendus, avec un indice moyen d’efficacité en engraissement (IEE) de 178,4. Le nombre de producteurs retenus pour l’analyse a baissé de 10, soit 35 432 porcs en moins, par rapport à l’année 2003. Pour être inclus dans l’analyse technico-économique, les élevages en rotation doivent balancer parfaitement leur inventaire et les bandes retenues dans les élevages en tout-plein tout-vide doivent être terminées dans l’année.


On n’insistera jamais assez sur l’importance de la pesée pour respecter la bonne strate de poids à l’expédition. Les abattoirs ont besoin d’uniformité quant au poids des porcs. Ainsi, plus les porcs sont de poids égal, plus l’indice moyen est élevé et, conséquemment, les producteurs reçoivent plus d’argent.

L’indice dans la strate 80-85 est une bonne indication qu’une carcasse répond aux critères demandés par la grille de classement. Le choix de la semence utilisée est un des moyens disponibles pour améliorer ce critère. Depuis trois ans, le groupe CO-OP dépasse la moyenne provinciale de l’indice dans la strate 80 à 85 kg (voir figure 6).


PASSEPORC Excellence
Le réseau AGREPP, leader au Québec en gestion technico-économique, souligne le travail remarquable et constant des producteurs et productrices en décernant aux meilleurs le PASSEPORC Excellence. Ce titre est réservé aux entreprises qui ont maintenu, au cours des trois dernières années, la meilleure moyenne d’efficacité en engraissement ou de productivité en maternité, tout en ayant fait partie du groupe des 10 pendant au moins un an. L’entreprise ayant obtenu le meilleur résultat reçoit la médaille d’or du PASSEPORC Excellence et est intronisée au Temple de la renommée de la production porcine. La deuxième reçoit la médaille d’argent et la troisième, la médaille de bronze (voir l’encadré des récipiendaires).


En résumé
Lorsque nous publions les 10 meilleurs résultats, autant en maternité qu’en engraissement, ce n’est pas un concours, mais le partage d’informations d’un travail bien fait. Tout n’est pas qu’une question de chiffres, mais avouons qu’il est motivant, dans l’atteinte de ses objectifs, de comparer différents paramètres techniques ou financiers avec ceux d’autres éleveurs! La façon de se comparer reste toujours incomparable.




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés