Dernièrement, le réseau CO-OP était fier de vous dévoiler sa nouvelle gamme de maïs ensilage : Elite HTE. Rappelons que cette gamme de produits a été spécialement conçue pour une alimentation à haute teneur en énergie. Mais pourquoi nourrir ses vaches avec du maïs ensilage plutôt qu’avec une autre plante fourragère?

L’ensilage de luzerne, ou d’autres légumineuses, servi avec de l’ensilage de maïs représentent une combinaison presque idéale pour l’alimentation des vaches laitières. En effet, ces deux types de fourrages se complètent à merveille. Les protéines présentes en quantité élevée dans l’ensilage de légumineuses sont fortement dégradables. Toutefois, elles peuvent très bien être utilisées grâce à l’énergie rapidement disponible de l’ensilage de maïs. Cette action combinée optimisera la digestion par les vaches laitières. Cette synergie touche également les minéraux. Il existe donc une grande complémentarité entre ces deux fourrages pour combler les besoins des vaches laitières.

Dans certaines régions du monde, l’ensilage de maïs est le seul fourrage utilisé. Dans certains États américains qui bordent nos frontières, notamment New York, l’ensilage de maïs représente souvent plus des deux tiers de la ration fourragère. Au Québec, les quantités tournent plutôt autour du tiers ou de la moitié de la ration fourragère. On remarque toutefois de plus en plus d’engouement de la part des producteurs agricoles d’ici pour l’ensilage de maïs utilisé comme principale source de fourrages. Notez que lorsqu’on parle d’une ration alimentaire HTE (haute teneur en énergie), il s’agit d’une ration fourragère constituée de 75 à 80 % de maïs ensilage. Plusieurs raisons expliquent cette tendance vers une ration à haute teneur en maïs ensilage.


Assurance et simplicité
Le maïs ensilage HTE donne un rendement fourrager élevé, peu importe si la saison est humide ou sèche. Les aléas de la température influencent moins la récolte d’ensilage puisqu’il n’y en a qu’une seule par année, contrairement à plusieurs récoltes de foin.


Stabilité de la ration
La qualité fourragère de l’ensilage de maïs est généralement constante. L’ensilage possède une plus grande stabilité nutritionnelle, car la récolte se fait en une seule coupe. De la sorte, l’alimentation du troupeau est de beaucoup simplifiée. Puisque le maïs ensilage représente une excellente source d’énergie, les concentrés énergétiques seront utilisés en moins grande quantité dans la ration, à condition qu’il soit récolté au bon stade.


Diminution de la charge de travail
Les besoins en foin sec étant moins importants, le travail est d’autant allégé durant l’été.


Fourrage très appétent qui favorise la consommation
Les vaches adorent le maïs ensilage. On sait très bien qu’une bonne consommation de fourrages est un facteur essentiel à la réussite en production laitière. Une consommation constante de fourrages entraîne aussi une production de lait plus régulière tout au long de l’année.

Alain Fournier et Régent Leduc, agronomes au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ), ont présenté une étude économique (voir le tableau en page 62) sur l’utilisation de l’ensilage de maïs dans les rations pour vaches laitières. L’étude démontre que bien que le mariage d’ensilage de maïs et de légumineuses représentait le scénario le plus économique, la ration à haute teneur en ensilage de maïs semblait être une possibilité intéressante à envisager. Précisons que les différences de coûts entre les rations n’étaient pas significatives.

Il faut toutefois faire attention aux rations à teneur élevée en ensilage de maïs, car elles sont très énergétiques et risquent d’entraîner l’engraissement excessif des sujets en milieu et fin de lactation. Rappelons qu’une condition de chair inadéquate peut causer plusieurs désordres métaboliques. De plus, l’ensilage de maïs n’est pas très riche en protéines, ce qui demande de plus grandes quantités de suppléments protéiques pour combler les besoins des vaches laitières.

Dans les régions du Québec où l’on peut cultiver du maïs ensilage, les rations à haute teneur en ensilage s’avèrent certainement une possibilité de parer aux pénuries de fourrages.



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés