Passionnés de génétique ou préoccupés par les composants du lait, les éleveurs laitiers semblent se tourner de plus en plus vers l’élevage mixte. Des anciens représentants, Jean-François Simard, de Saint-Ambroise-de-Kildare, et Denis Masse et Isabelle Roy, de Louiseville, exploitent des fermes où ils élèvent deux races laitières : Holstein et Ayrshire dans le premier cas, Jersey et Ayrshire dans le deuxième.



En 1994, Jean-François Simard se joint à la ferme familiale. À ce moment, le troupeau Holstein d’un oncle est venu grossir le troupeau Ayrshire existant. L’ancien représentant de La Coop fédérée mise sur la commercialisation d’embryons et de sujets mâles et femelles. On retrouve actuellement une cinquantaine de taureaux Holstein de préfixe Kildare dans les centres d’insémination canadiens et américains, tous parmi les 150 descendants de Kildare Mason Picolin TB-87 6*.

Jean-François, récemment nommé Maître-Éleveur Ayrshire, commercialise plusieurs centaines d’embryons Holstein et Ayrshire dans une vingtaine de pays. « Il se fait plus de lait dans le monde avec des races rouges et blanches qu’avec des vaches noires et blanches; dans certains pays, il est même d’usage de croiser les races rouges », souligne-t-il.

La recherche de marchés pour ses embryons lui a fait découvrir d’autres réalités et des opportunités. « En Nouvelle-Zélande, dit-il, la production de lait est saisonnière puisqu’elle se fait au pâturage avec un salon de traite extérieur. En hiver, les vaches sont taries et les éleveurs viennent magasiner embryons et génétique à notre Salon International Laitier. Ils recherchent des animaux rustiques. »


Les acheteurs proviennent surtout de Suède, de Finlande, du Danemark et de Nouvelle-Zélande, où le paiement du lait favorise une haute teneur en composants. « Les modes d’élevage et la réglementation vétérinaire en vigueur incitent aussi les éleveurs à rechercher des lignées avec une bonne santé du système mammaire et un comptage de cellules somatiques très bas. » Deux avantages nettement marqués chez les races de couleur, selon Jean-François.

Du côté Ayrshire, près d’une trentaine de taureaux Kildare sont en service aujourd’hui. La vache souche du troupeau est Kildare Heligo Xante EX-90 Élite 14*. Avec plus de 400 embryons à ce jour, sa famille est la première au Canada pour l’IPV et la production. En novembre 2005, la ferme Kildare se trouvait au cinquième rang des troupeaux Holstein canadiens avec un IPV moyen de +1212, et au premier rang du côté Ayrshire avec un IPV moyen de +1550. À titre de référence, l’IPV moyen du troupeau en deuxième position est de +1180.

Jean-François Simard, Hélène Poulin et leur fils Jérôme ainsi que Céline et Léo Simard.

Depuis les succès remportés par Picolin et Xante, Jean-François a essayé à quelques reprises d’introduire une deuxième famille souche Holstein dans ses troupeaux, jusqu’ici sans résultats probants. Dans la race Ayrshire, Valentine EX-92 Élite 2E constitue la pierre angulaire de la deuxième lignée de grande renommée. Cette vache est issue d’une lignée composée d’une dizaine de générations de mères à taureaux classées TB et EX. Fidèle à ses racines, cette vache récolte les honneurs : Réserve Tout Québec, puis une nomination Toute Canadienne en 2003. Une de ses filles, Victoire, est déclarée à son tour Réserve Tout Québec et Réserve Toute Canadienne en 2004, pour récidiver en 2005 en se méritant cette fois les titres Tout Québec et Toute Canadienne.

Pour pallier aux risques de miser sur une seule bonne famille, on doit user de stratégie. « J’achète de bonnes femelles de génétique moderne pour faire office de receveuses et de contemporaines », précise Jean-François. Aussi, les filles dont le potentiel génétique n’est pas optimal servent de receveuses. Ces taures vêlent généralement une ou deux fois puis sont vendues. Le taux de roulement du troupeau Kildare est élevé puisqu’on vise avant tout à maximiser la reproduction, et non la production.

Alimentation et terres Ferme Kildare Inc.

RTM composée de :
15 à 20 kg d’ensilage de luzerne
10 à 15 kg d’ensilage de maïs
1 à 2 kg de foin sec
8 à 12 kg de maïs humide
3 à 5 kg de supplément CO-OP (40 % PB)
10 à 300 g de minéral VIP

80 arpents (27 hectares) : maïs grain et ensilage
160 arpents (55 hectares) : prairies de luzerne et de graminées
10 arpents (3,5 hectares) : pâturages permanents pour les vaches taries






À la ferme Hautpré les Jersey et les Ayrshire cohabitent depuis 1996. « Elles sont arrivées avec Isabelle », note Denis avec humour. Aucun danger toutefois que les Jersey ne supplantent les Ayrshire en nombre au sein du troupeau : Ayrshire depuis trois générations, maître-éleveur depuis l’an passé, le troupeau Hautpré le restera! « Jamais je n’aurais pu faire entrer des Holstein ici », affirme Isabelle comme pour éliminer toute trace de doute qui pourrait subsister. « Les Jersey ont passé le test parce que c’est une race de couleur. »

Pour Denis, les races de couleur sont aussi synonymes de qualité de vie. « Nos frais vétérinaires se limitent aux flushs (surovulation) et nous n’avons aucune vache réformée pour faiblesse aux membres ou au système mammaire ou problème de vêlage ». Il apprécie la vigueur des veaux, la
rusticité des Ayrshires et l’agressivité des Jerseys dans la mangeoire.

« Les races de couleur ont aussi des ratios de composantes très intéressants, souligne Isabelle. Alors que celui des Ayrshire est idéal à 2,25, celui des Jersey, à 1,91, est parfait dans un troupeau Holstein où le ratio est généralement trop élevé! ». C’est sans doute ce qui explique en partie l’engouement actuel pour la petite vache aux allures de chevreuil. « Avant Noël, nous avons eu une paye de lait à 84 $ l’hectolitre », rappelle Isabelle à Denis qui ne peut… que lui donner raison.
« La demande pour les Jersey est en pleine effervescence, note Isabelle. Nous consignons des génisses à chaque vente Élite. Les gens sont prêts à payer pour de bonnes génisses d’exposition. À ce titre, les Jersey sont encore très abordables. »


Après avoir augmenté le troupeau jusqu’à 125 têtes, Isabelle et Denis comptent aujourd’hui 50 vaches avec les taries et celles qui sont à forfait. Le cheptel total dénombre 100 têtes, dont 40 Jersey. La famille et la qualité de vie sont importantes pour le couple. Lors de notre visite, en pleine tempête de neige, aucune trace de pas ne menait à l’étable et le café était bien chaud. Pourtant, cinq vaches exceptionnelles étaient prêtes pour la séance de photo. Dans un coin de l’allée, des bicyclettes pour les enfants et les huit trayeuses reposaient sur le chariot. Huit trayeuses? « Ça nous permet de faire la traite en 45 minutes », explique Isabelle.

La famille souche du troupeau Jersey d’Isabelle est issue de Response Farren EX-91, qui est sixième au classement canadien selon l’IPV avec 2194. Elle figure avec 7 de ses filles parmi les 20 premières de cette prestigieuse liste. Classée TB-86 à 2 ans, Hautpré Montana Farrell a donné 12 579 kg de lait à 3 ans 7 mois avec 5,06 % de gras et 4,18 % de protéine pour une MCR de 406-376-446 (record canadien en 2004). Avec une telle famille de vaches, pas surprenant que l’on en retrouve des fils dans les centres d’insémination. Une autre vache souche a été introduite dans le troupeau : Bromley Lane Saturn Jan EX-90, une vache de 4 ans en nomination Tout Canada pour 2005. À 3 ans 4 mois, elle complétait une lactation de 10 677 kg avec 5 % de gras et 3,8 % de protéine pour une MCR de 318-295-320.

Denis Masse et Isabelle Roy, en compagnie d'Étienne Germain (au centre), expert-conseil laitier et végétal à La Coop Agrivert.

Du côté Ayrshire on cumule les honneurs aussi avec la championne canadienne de tous les temps en production laitière : Hautpré Charlot Daliga ET-VG-87+Élite+, qui a donné 16 768 kg de lait en 305 jours en 2005 pour une MCR de 423-461-405. Daliga a également deux sœurs ayant produit près de 50 000 kg de lait chacune en quatre lactations. Issue d’une autre famille de vaches souches, Hautpré BBK Karole TB 88 (IPV de 2115), est aussi connue comme mère à taureau. Malgré tout, Denis estime que le potentiel génétique du troupeau est sous-exploité. « On pourrait passer plus de temps en commercialisation », dit-il. Un projet pour les prochaines années…

Discuter des qualités respectives des deux races avec le couple d’éleveurs relève du défi et mène à des échanges à travers lesquels on sent toute la complicité et la saine concurrence au sein du couple. Les rouges et blanches ne sont toutefois pas souvent perdantes aux yeux rieurs de Denis, qui consent presque à contrecoeur certaines qualités aux Jersey. Quoi qu’il en soit, qu’on les juge avant-gardistes ou hérétiques, les éleveurs qui font le choix d’un troupeau mixte restent un sujet de curiosité pour plusieurs. Et pour les adeptes, toutes les raisons sont bonnes.


Et le représentant dans tout ça?
Lorsque des éleveurs laitiers ont une formation en agriculture et sont en plus d’anciens représentants, leurs besoins en assistance technique sont différents. En plus d'apporter du
soutien technique en matière de régie et d'alimentation, Audrey Trottier, experte-conseil chez Profid'Or, assiste Jean-François dans la préparation de conférences et de présentations visuelles lors de visites à la ferme.

Étienne Germain a remplacé Isabelle lorsqu'elle a quitté son poste de représentante à La Coop Agrivert pour ses congés de maternité.

« Je leur apporte beaucoup d'information sur les nouveaux produits d'alimentation de même que sur la façon de les servir. »

Denis est agronome et juge que ses 20 ans de service chez Agrivert lui ont permis d’être un meilleur éleveur aujourd’hui. « J’ai vu beaucoup de situations différentes, procédé à des essais de produits avant de les recommander, dit-il. L’expérience cumulée chez nous et auprès de mes clients m’a permis de prendre des décisions plus éclairées. »

Classement des troupeaux Hautpré
AYRSHIRE
2EX
12TB
17BP
4B
JERSEY
2EX
5TB
6BP
2B

Alimentation et terres
Base de ration : ensilage de maïs avec urée
Moulée complète
Top dress
Minéral
Foin sec luzerne/dactyle

125 arpents (43 hectares), majoritairement en ensilage de maïs et le reste en petites balles carrées foin sec luzerne-dactyle



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés