Le réseau Zoo-Innovation du Conseil québécois de valorisation des biotechnologies a organisé une conférence, le 1er décembre dernier à Saint-Hyacinthe, à laquelle ont participé de nombreux spécialistes en santé porcine. Voici ce dont il a été question en matière de vaccins innovants pour lutter contre les maladies en production porcine.

Keith Haffer, de la firme Advantage Bio Consultants, Inc. dans l’État du Dakota du Sud, a donné un aperçu des tendances du marché mondial pour les vaccins en production porcine. Selon M. Haffer, il existe une importante demande de vaccins pour contrôler les maladies émergentes telles que la grippe porcine, le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (SRRP), le syndrome de dépérissement multisystémique en post-sevrage (SDMPS) et les infections causées par les bactéries Haemophilus parasuis (souche très virulente) et Clostridium perfringens (types A et C).

M. Haffer a expliqué que la prochaine génération de vaccins utilisera de nouvelles technologies, telles que OGM, vecteurs viraux vivants, plasmides ADN, cellules de plantes, protéines recombinantes et produits synthétiques. Les vaccins seront administrés de façons différentes, soit par voie orale, intranasale, intradermique ou intraoculaire.

Cinq chercheurs de l’Université de Montréal ont présenté des vaccins porcins innovateurs. Le Dr Mario Jacques, du Groupe de recherche sur les maladies infectieuses du porc, a développé un vaccin qui prévient la pneumonie porcine.

La technologie du Dr Jacques, qui fait appel à deux nouvelles protéines de surface de la bactérie Actinobacillus pleuropneumoniae, peut être administrée par voie intranasale ou intramusculaire. La Dre Ann Letellier, de la Chaire de recherche en salubrité des viandes, a quant à elle présenté un nouveau vaccin oral à base de microsphères pour encapsuler une protéine immunogène de Salmonella typhimurium. Le nouveau vaccin développé par la Dre Letellier est enrobé d’un polymère qui le protège contre la dégradation et augmente son absorption. Ce vaccin réduit la contamination des carcasses et le risque de toxi-infections alimentaires chez les humains.

Le Dr John Morris Fairbrother, du Groupe de recherche sur les maladies infectieuses du porc, a poursuivi en présentant un nouveau vaccin oral contre la diarrhée post-sevrage associée à la bactérie E. coli. Le vaccin développé par le Dr Fairbrother, bientôt commercialisé sous le nom de ColiPROtec, est fait de bactéries vivantes administrées dans l’eau. Efficace, peu coûteux et facilement utilisable, il répond à la fois aux besoins des éleveurs, des vétérinaires et de l’industrie porcine.

Par la suite, un nouveau vaccin efficace pour contrôler les infections dues au Streptococcus suis, un agent de zoonoses sévères, a été présenté par la Dre Josée Harel, du Groupe de recherche sur les maladies infectieuses du porc. Ce vaccin est produit à partir de la protéine SAO recombinante (antigène exprimé lors d’une infection à Streptococcus suis) qui le rend plus immunogène chez les animaux, tout en offrant une protection supérieure.

Benoit Charbonneau, du Laboratoire des maladies infectieuses virales vétérinaires, a pour sa part traité du développement des vaccins pour prévenir de nouvelles maladies virales telles que le SRRP et le SDMPS. Ces vaccins se servent des adénovirus recombinants pour générer une réponse immunitaire chez le porc. Les adénovirus ont été déjà utilisés avec succès comme vaccin contre d’autres pathogènes viraux tels que la rage et le rotavirus.

L’administration des composants bioactifs par voie orale serait un des facteurs importants pour diminuer les coûts reliés à l’administration massive de vaccins dans les fermes. L’entreprise PerOs Systèmes Technologies Inc. de Québec a présenté la technologie OraljectTM, un nouveau système de livraison oral qui permet de protéger les composants bioactifs contre la dégradation lors du passage intestinal.

Le Réseau Zoo-Innovation du Conseil québécois de valorisation des biotechnologies vise à favoriser l’innovation et le transfert de technologies dans le secteur des sciences animales au Québec. Il est une composante sectorielle du Réseau Bio-Innovation®.
Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés