Absolument pas. Plutôt une nécessité pour la productivité et la rentabilité de votre entreprise.

Comment est notre journée de travail après une mauvaise nuit de sommeil? Longue et inefficace. Et pour vos employés, c’est la même chose. De plus, s’ils sont malheureux, ils ne donneront pas leur plein rendement. Mais qu’en est-il de vos plus nombreuses (et payantes) employées, vos vaches? Non. Leur confort n’est assurément pas un luxe.

Pour obtenir une bonne production de vos vaches laitières, il faut d’abord des fourrages de qualité et en bonne quantité (la vache est un ruminant!) ainsi qu’une ration bien équilibrée. Toutefois, une ration parfaite servie à des vaches inconfortablement installées, dans des crèches insalubres, dans un environnement mal ventilé et ayant peu d’eau à leur disposition ne donnera pas forcément de bons résultats. Voici un survol des « conditions gagnantes » pour l’atteinte d’un bon rendement avec nos fameuses rations.


Dimension des stalles
Afin de concevoir des stalles confortables pour les vaches, il faut connaître leur comportement naturel. Pour ce faire, rien de mieux que de les observer au pâturage. Voyez comment elles se couchent et se lèvent, comment elles dorment la tête repliée sur elles-mêmes, et remarquez l'espace qu’elles prennent au repos. On comprend alors qu’il faut une stalle assez longue pour que la vache puisse avancer sa patte antérieure devant ses genoux en se levant. On constate la largeur requise pour qu’elles se couchent et se lèvent sans encombre. L’espace avant doit être bien dégagé pour permettre aux vaches de s’étirer le cou en se levant. Enfin, la barre d’attache ne doit pas entraver ce mouvement. J’entends déjà les commentaires…

1 Les stalles trop longues sont difficiles à garder propres! Vrai, si on omet de rallonger les chaînes et d’utiliser des dresseurs. Les dresseurs sont plus efficaces lorsqu’ils sont placés à 48 pouces de l’arrière de la stalle (du dalot). Avec des stalles plus larges, les dresseurs devront couvrir toute la largeur de la stalle. Il faudra sans doute modifier ceux actuellement commercialisés.

2 Une barre trop haute permettra aux vaches de passer en dessous! Faux. Si les vaches ont suffisamment d’espace pour se déplacer librement et qu’il y a un muret assez élevé, elles se lèveront naturellement et sans encombre.

3 Avec mes « entre-deux », les vaches risquent de se blesser lorsqu’elles présentent de forts signes de chaleurs (avec une chaîne longue)! Vrai. Il suffit d’entourer la chaîne autour de la barre d’attache pour les 24 à 48 heures que durent les chaleurs. Pour éviter d’obstruer l’élan de la vache, ce n’est pas tant la hauteur de la barre d’attache qui est importante que la disposition de cette dernière. Une barre très élevée, mais située à égalité du muret avant de la stalle n’entravera pas le mouvement de la vache lorsqu’elle se lève. Toutefois, elle sera continuellement gênée par la barre lorsqu’elle mange, ce qui pourrait provoquer des lésions au cou. La barre peut être moins haute, mais plus en avant du muret. La figure de la page 38 montre un résumé des grandeurs recommandées par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ontario, la disposition des stalles et la longueur de la chaîne.


Litière et propreté
La propreté et la litière sont aussi très importantes. Qu’il s’agisse de litière (paille, copeaux de bois ou autres matériaux), de matelas ou de tapis, la vache doit pouvoir se coucher confortablement. Au début, les dresseurs peuvent causer un certain stress chez les vaches. Pour éviter cette situation, il suffit de brancher occasionnellement les dresseurs pour que les vaches s’habituent à ne pas se souiller. On recommande de passer une fois ou deux de plus dans la journée pour nettoyer les vaches et, du coup, surveiller l’arrivée des chaleurs.

Abreuvement
Le lait est constitué de 85 à 90 % d’eau. Une vache s’abreuve de 10 à 12 minutes par jour. Il faut donc un grand débit dans l’abreuvoir pour permettre la consommation nécessaire à chaque vache, et ce, à tout moment. On recommande un débit minimum de 10 à 12 litres à la minute, même lors de grandes demandes (après l’alimentation ou la traite) pour subvenir aux besoins des vaches.


Ventilation
Froid intense l’hiver, canicule l’été. La ventilation des étables représente un grand défi. La ventilation naturelle, avec de grandes ouvertures aux murs, est très populaire depuis quelques années. Mais en raison des plus grandes canicules que nous subissons (temps chaud et humide sans vent), ce type de ventilation s’avère moins efficace. C’est pourquoi plusieurs se tournent vers la ventilation « tunnel ». Elle consiste à installer plusieurs ventilateurs à un bout de l’étable et à pratiquer des ouvertures à l’autre bout. Ce type de ventilation est très efficace lors de canicules, mais beaucoup moins par temps très froid à cause de l’entrée d’air unique.

Plusieurs nouveaux bâtiments sont dotés de ventilation mixte, soit « tunnel » et naturelle. C’est coûteux, mais très efficace. Pour les vieilles structures, il faut évaluer les possibilités cas par cas en fonction de la situation géographique, de la hauteur du plafond, de la faisabilité de pratiquer des ouvertures, etc. Rappelons-nous que la ventilation sert à contrôler la température, mais surtout, à permettre un changement d’air et un contrôle de l’humidité.

Taille des sabots
Si on fournit aux vaches une litière confortable, leurs sabots s’useront moins et nécessiteront une taille plus fréquente, soit au moins deux fois par année. La qualité de la taille a une grande incidence sur le maintient de la vache et sa longévité. Il faut bien connaître la morphologie du pied et du sabot pour obtenir de bons résultats et améliorer le confort de la vache. N’oublions pas qu’une vache dont les sabots sont en mauvais état démontrera beaucoup moins de signes de chaleurs. « Avec des cailloux dans les souliers, on n’a pas envie de danser! »

Il est important de tailler les sabots afin d'obtenir un bon angle du pied et un bon aplomb.

 

Recommandations du MAAO en 2002 relativement aux stalles entravées : barre frontale surélevée, chaînes longues, stalles plus longues et plus larges et plus d’espace pour la tête assurant un meilleur accès à l’abreuvoir. (Gracieuseté : H. House)

Stress
Pour minimiser le stress, il faut manipuler les vaches avec soins et dans un environnement calme. Apportez une attention particulière à la période de transition alors que la vache subit un grand stress relié au vêlage.

Ces recommandations s’appliquent pour les vaches en stabulation libre ou entravée. Dans le cas des stabulations libres, la raclette n’est pas une décoration! Elle doit passer souvent pour assurer une bonne propreté de l’allée d’alimentation. Une brosse rotative, de n’importe quel type, est aussi fortement conseillée. En plus de nettoyer les vaches, elle stimule la circulation sanguine, ce qui améliore la production.

Prenez le temps d’observer vos vaches et vos installations. Les vaches ont-elles l’air bien? Combien sont confortablement couchées, quelque temps après la fin de la routine matinale? Au moins 85 % d’entre elles devraient l’être. La litière est-elle adéquate? Le débit des abreuvoirs est-il suffisant? Sont-ils propres? À quand remonte la dernière taille des sabots? Fait-il bon dans l’étable (chaleur, humidité, ambiance)?

De simples questions qu’on oublie souvent de se poser. Faites-en l’exercice!

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés