Septembre va déjà bon train et plusieurs producteurs se rendent compte qu’ils ne bénéficieront pas encore cette année des jours supplémentaires de production offerts par la Fédération des producteurs de lait du Québec (FPLQ). Pourtant, dans un contexte où la plupart se disent plus serrés financièrement, il est primordial de profiter de toutes les possibilités offertes pour augmenter ses revenus. Il n’y a toujours que deux façons d’avoir plus d’argent à la fin de l’année : réduire les dépenses ou accroître les revenus. La première solution est bonne à court terme. Mais souvent, réduire les dépenses, en rognant sur la qualité par exemple, finit par nous rattraper et on se retrouve, au bout du compte, à payer plus. Il faut plutôt viser un bon équilibre.

Votre fédération vous offre depuis plusieurs années la possibilité de faire plus de lait que votre quota ne vous le permet pour la période automnale. Pourquoi? Parce qu’à cette période, la demande en produits laitiers dépasse l’offre et que la production est plus faible du mois d’août au mois de novembre. Selon la moyenne des quatre dernières années, il devrait se produire au moins 3,5 % de plus (33 millions de litres) durant cette période pour que la production soit équivalente à ce qui se produit pendant les huit autres mois de l’année. Vous avez donc la possibilité de profiter de deux jours supplémentaires avec votre quota mensuel. En outre, le lait est payé en moyenne un dollar de plus l’hectolitre pendant ces quatre mois. Alors, comment faire pour profiter de cet avantage? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Pour un producteur qui possède un quota de 40 kg/jr de matière grasse, les deux jours supplémentaires de production représentent environ 65 litres de lait à 4 % de matière grasse par jour. Cette production de lait se chiffre à plus de 5400 $. Cela vaut la peine de s’y arrêter. Certains producteurs cherchent par tous les moyens à économiser 2000 $ au chapitre de l’alimentation alors qu’il est possible d’aller chercher beaucoup plus en revenus.

Une simple augmentation du lait par vache, en comptant des frais d’alimentation plus élevés, permettra de faire un revenu supplémentaire intéressant.

Certes, il faut fournir des efforts. Selon la production actuelle, il peut être possible de simplement augmenter la production par vache en maximisant la consommation de matière sèche. C’est habituellement l’option la plus avantageuse. Une autre solution intéressante consiste à acheter des vaches supplémentaires fraîchement vêlées et les garder pour une certaine
période de temps. Beaucoup se plaignent du prix trop bas des vaches laitières, alors pourquoi ne pas en acheter à ce prix-là? L’achat de trois bonnes vaches peut représenter de 4500 $ à 5000 $ au total. Si on calcule que l’alimentation de celles-ci vous coûtera de 1200 $ à 1500 $ et que vous revendrez ensuite trois vaches de réforme à 700 $ chacune, il vous restera tout de même un profit net de plus de 1000 $. Cette option vous permet donc de faire un peu de ménage dans votre troupeau. Une fois les mois d’automne passés, vous conserverez les vaches que vous aviez achetées et vous éliminerez les moins bonnes de votre troupeau. Ainsi, vous ferez d’une pierre deux coups.


Sur une base annuelle, l’achat de 3 vaches pour les mois d’automne aura un impact positif sur le revenu total..

L’autre élément à considérer, si vous n’êtes pas en surproduction à cette période de l’année, est l’utilisation d’un lactoremplaceur pour alimenter vos génisses. Les lactoremplaceurs coûtent moins cher que le lait entier (environ 35-40 $/hl comparativement à 70 $/hl). De plus, le contenu en gras du lait entier est généralement moins bien adapté. Pour un troupeau moyen de 40 vaches, l’alimentation en lait des veaux peut facilement représenter de 20 à 30 litres par jour, selon la répartition des vêlages. C’est tout de même le tiers de ce que vous pouvez produire en surplus, sans frais supplémentaires.

Voilà donc trois points de régie très simples qui peuvent vous faire profiter d’un revenu supplémentaire, et ce, à peu de frais. Même s’il est déjà trop tard pour essayer d’augmenter le nombre de vêlages en fin d’été, ces solutions de rechange peuvent vous donner un coup de main. C’est un peu comme le travailleur qui fait des heures supplémentaires le samedi pour se payer quelques petites gâteries ou mettre de l’argent de côté pour les vacances en famille.

Bon automne!


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés