Avec ses 1000 brebis, Bergerie Patapédia réalise des gains de productivité importants grâce notamment au contrôle de la photopériode et à l’utilisation d’aliments bien adaptés aux besoins du troupeau.

Les propriétaires actuels, les frères Marc et Jean-Luc Couture, sont la troisième génération de producteurs installés dans le rang de l’Église Sud à l’Ascension-de-Patapédia. Le grand-père de Marc et Jean-Luc s’est installé sur sa terre lors de la fondation de cette municipalité du Bas-Saint-Laurent, en 1937. À l’époque, il produit du lait, du bœuf et des moutons. En 1968, le père de Marc et Jean-Luc, Georges, fait l’acquisition de l’entreprise et exploite la première bergerie commerciale, tout en poursuivant l’élevage de bœuf. En 1990, Marc se joint à son père.

L’entreprise œuvre toujours dans la production de bœufs de boucherie, production qui sera complètement abandonnée avec l’arrivée de Jean-Luc, en 1993, pour une spécialisation dans la production d’agneaux lourds. « À ce moment, nous avions 400 brebis. Nous avons grimpé à 800, puis retombé à 60 en raison de la tremblante avant de remonter à 1000 », racontent les frères. Aujourd’hui, Bergerie Patapédia compte quatre actionnaires, soit Marc et Jean-Luc et leurs conjointes Rachel Gallant et Manon Lévesque.

1000 brebis
L’entreprise ovine compte un troupeau de 1000 brebis croisées Arcott Canadien et Charollais en réclusion totale sur photopériode à l’année depuis un an. « C’est un nouveau système avec l’utilisation de lumières pour les chaleurs qui nous permet d’être plus réguliers dans notre production d’agneaux lourds et d’augmenter notre productivité. Nous avons des accouplements à tous les 40 jours et des agnelages à l’année, ce qui facilite la mise en marché, simplifie le suivi et augmente le nombre d’agneaux produits. Aussi, il y a beaucoup moins de brebis non gestantes après les accouplements. Notre taux de réussite dépasse les 90 % à la première chaleur. Cela augmente de beaucoup notre productivité car les cycles reprennent plus rapidement au lieu d’attendre la prochaine chaleur pour retenter l’accouplement. Les échographies sont aussi beaucoup plus faciles à suivre avec la photopériode parce que les groupes sont suivis d’étape en étape», expliquent les frères Couture, qui comptent sur une trentaine de béliers pour développer leur productivité.

Bergerie Patapédia produit 95 à 98 % d’agneaux lourds qui sont mis en marché par l’agence de commercialisation Agneaux de l’Est, surtout sur les marchés de Québec et de Montréal. Ils sont vendus à l’âge de trois mois et demi ou quatre mois, à un poids de 100 à 110 livres debout.

Les brebis sont séparées en six groupes de 160 à 200 bêtes selon leur cycle : en gestation, en agnelage ou au repos après le sevrage des agneaux. « Nous commercialisons une quarantaine d’agneaux par semaine », indique Jean-Luc, qui se charge des travaux à la Bergerie pendant que son frère s’occupe de la gestion des champs et que Rachel, la conjointe de Marc, effectue la comptabilité. « On se complète bien. Nous sommes fort occupés, mais les résultats sont intéressants et nos nouvelles installations facilitent le travail », note Marc.

« Nous sommes complètement autonomes, autant en foin qu’en céréales », précise Marc. L’entreprise possède 324 hectares (800 acres) de terres en culture, un peu de forêt et la possibilité d’exploiter une érablière. « L’aménagement forestier estfait, mais ce n’est pas facile de se lancer en acériculture avec les contingents », signale Marc, qui est conseiller municipal et chef pompier à l’Ascension-de-Patapédia. Son frère Jean-Luc est actif au sein de l’UPA et sa conjointe Rachel milite au sein de la Maison familiale rurale des Plateaux, un projet en développement. L’entreprise fait partie d’une coopérative d’utilisation de machines agricoles (CUMA) pour l’utilisation de l’échographe et réalise des travaux à forfait pour la récolte des céréales, le labour et la vidange de bergerie.

Les frères Marc et Jean-Luc Couture.

Alimentation
À ce chapitre, les frères Couture s’en remettent aux conseils de leur expert-conseil à La Coop La Matapédienne. « Auparavant, nous utilisions notre orge que nous mélangions avec le supplément Ovation à raison de quatre parts d’orge pour une part de supplément. En plus du foin sec et de l’ensilage, nous avons opté pour une moulée complète comprenant de l’orge, de l’avoine, du maïs et des suppléments que nous utilisons depuis quatre mois, avec de bons résultats. En plus de sauver du temps, nous avons remarqué une croissance plus rapide des lots d’agneaux et davantage d’uniformité. » Précisons que les agneaux de 0 à 2 mois reçoivent de la moulée Pulp-0-20.

L’alimentation varie selon le cycle de la brebis, surtout en ce qui a trait à la composition de la moulée. « Une brebis passe cinq mois en gestation, deux mois en lactation, un mois de repos puis le cycle recommence », souligne Jean-Luc. Les brebis ont en moyenne 1,3 agnelage par année avec une moyenne de 1,8 agneau par agnelage, pour une production annuelle de 2300 agneaux. La ration des brebis en préparation à l’agnelage contient du supplément Trans-Ovi. Des blocs Ovation sont présents en tout temps dans les parcs.

Bergerie Patapédia àl’Ascension-de-Patapédia.


À la fine pointe
Bergerie Patapédia compte trois bâtiments à la fine pointe de la technologie, construits en 1992, 1997 et 2003. « Les trois bâtisses sont reliées entre elles, ce qui facilite la manipulation et la gestion de troupeau car toutes les brebis sont sous le même toit », mentionnent les propriétaires. Une première bergerie froide abrite les brebis gestantes qui arrivent pour l’échographie. Le deuxième bâtiment est chauffé. C’est la maternité. Enfin, une troisième bergerie froide sert à la lactation, à l’accouplement et à l’engraissement. « Nous avons un projet de construction d’un parc d’engraissement, surtout depuis que l’on produit plus », indique Marc. Les frères Couture ont chacun trois enfants et ils espèrent bien qu’il y aura une relève pour l’entreprise située dans la MRC d’Avignon, en Gaspésie.

Agneaux distinctifs
À compter de juin, Bergerie Patapédia mettra sur le marché un agneau distinctif nourri, entre autres, aux algues marines. Un agneau spécifique à la Gaspésie et destiné au marché haut de gamme.

Des agneaux nourris à la moulée complète
Amélioration du gain de poids en engraissement de
100 grammes par jour
Amélioration de l’uniformité des lots
Diminution du tri des aliments
Diminution du temps nécessaire à l’alimentation des agneaux
Diminution du risque d’erreurs dans la préparation des aliments
Formulation plus polyvalente

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés