Dans plusieurs municipalités, l’utilisation d’herbicides à des fins esthétiques est contrôlée. Même si Dame Nature nous offre parfois de belles surprises lorsqu’on laisse pousser ce qu’on ne peut identifier, il est des endroits où le contrôle des indésirables est inévitable.



Mieux vaut prévenir que guérir; l’adage est vrai aussi pour le contrôle des mauvaises herbes. Après un bon désherbage, on peut disposer une toile géotextile, du carton ou du papier journal entre les plants et au pied des arbres et arbustes, qu’on recouvrira d’un paillis de copeaux ou de bois raméal. Le journal et le carton mettront de 1 à 2 ans à se décomposer, alors que le géotextile devra être repositionné et nettoyé des racines et des graines de mauvaises herbes chaque année. Dans les plates-bandes sans paillis et le jardin, on peut utiliser le gluten de maïs qui agira en empêchant les graines de mauvaises herbes de germer pour environ six semaines tout en étant une source d’azote.

Tout ça, c’est bien beau, mais comment se défaire du pissenlit bien ancré entre les dalles du patio? De plus en plus de solutions écologiques aux herbicides sont offertes en centre jardin. Il existe aussi des solutions maison : l’eau bouillante, le vinaigre et l’alcool à friction sont des produits d’usage courant efficaces contre les jeunes mauvaises herbes. On les utilise purs ou dilués avec de l’eau.

Les traitements sont plus efficaces lorsqu’effectués en plein soleil et répétés le lendemain. En tout temps, protégez bien les plantes que vous souhaitez garder à l’aide d’un écran protecteur (carton).

Petits trucs contre bibittes voraces
La cendre de bois et les coquilles d’œuf broyées gênent les limaces.
Pièger les perce-oreilles dans une boîte de conserve contenant de la vieille huile de friture enfoncée dans le sol jusqu'au rebord.
Les feuilles de rhubarbe en décoction ou telles quelles éloignent les mineuses, pucerons, acariens et limaces.

Quand les plantes aident les plantes
Les résidus de taille du cèdre (thuya) disposés au pied des plants de pomme de terre et d’aubergine éloignent les doryphores.
Les tagètes (oeillet d’Inde, marigold) éloignent les nématodes, ces vers microscopiques qui s’attaquent aux racines des légumes.
Les doryphores repèrent moins bien les pommes de terre lorsqu’on les cultive en compagnie des haricots.
Les capucines (nasturtium) sont non seulement comestibles, mais elles attirent les pucerons, les tenant ainsi à l’écart des légumes.
L’huile de neem, extraite de la plante appelée margousier, est reconnue depuis des années pour ses propriétés insecticide, fongicide et répulsive.
Les tomates, poivrons et courges sont plus productifs lorsqu’ils sont plantés en association avec des fleurs attirant les insectes pollinisateurs comme les cosmos, la mélisse, le pissenlit, le thym, les tagètes.
Les fines herbes ont souvent un effet répulsif sur les insectes ravageurs.

Pour en savoir plus

Éditions Pratico-Pratiques, Je jardine mon potager écologique; compagnonnage, compostage, conseils pratiques. www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/biblio/carnet.htm

Calendrier horticole Plus-Vert

Juillet Refaire les semis pour les épinards, carottes, haricots, radis, etc.

Enlever les gourmands sur les plants de tomate.

Appliquer un engrais à base d’algues.

Deuxième fertilisation de la pelouse.

Août Au potager : semis d’épinards, laitues, radis, etc.

Planter les annuelles à floraison automnale.

Diviser les vivaces à floraison printanière ou estivale.

Commencer à planter les bulbes et les arbustes et arbres.

Sur la pelouse : carottage des sols compactés et apport de compost, semis ou installation de
rouleaux de pelouse.


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés