Après plusieurs années sous la tutelle de La Coop fédérée, les administrateurs et le personnel de La Matapédienne, coopérative agricole se réjouissent de l’obtention de l’autonomie complète de leur coopérative depuis mars 2007.



La Matapédienne, le regroupement des anciennes coopératives agricoles de Saint-Léon-le-Grand, Causapscal et Amqui, a été fondée en 2003, mais continuait d’être supportée par La Coop fédérée. À ce moment-là, seulement les actifs court terme ont été transférés dans la nouvelle coopérative. « Dans les années 80, les trois coopératives étaient déficitaires et La Coop fédérée a été appelée en renfort pour permettre de conserver les actifs et maintenir les services coops dans La Matapédia. En 1984, le Centre agricole de La Matapédia était créé. Les coops de Causapscal et de Saint-Léon-le-Grand furent annexées en 1986 et 1987 », rappelle Laurier Doucet, qui agit comme directeur général depuis 1994.

Sous le règne de La Coop fédérée, le Centre agricole Coop de La Matapédia était géré par un conseil consultatif de sept personnes qui proposait les orientations à prendre. Ces orientations étaient soumises à La Coop fédérée pour approbation. « Nous avons appris à gérer comme une entreprise économique afin de retrouver le chemin de la rentabilité et de se reconstituer un capital nous permettant de cheminer vers l’autonomie, notamment pour obtenir du financement sans la garantie de La Coop fédérée », souligne M. Doucet.

Un plan a été amorcé en 1995 et de bonnes performances économiques ont commencé à être enregistrées de 1997 à 2003, ce qui a permis d’accumuler un fonds de relance. Une période de transition devant mener à l’autonomie complète a été enclenchée en 2003, au moment de la fondation de La Matapédienne. « En octobre 2006, nous avons mis en place une marge de crédit avec une institution financière locale. Depuis 2003, notre crédit court terme était soutenu par La Coop fédérée. Le transfert des actifs à long terme, soit les bâtiments, terrains et équipements, s’est fait en janvier 2007 et la transition s’est complétée en mars 2007 avec le transfert de la main-d’œuvre qui concrétise l’autonomie complète de notre coopérative. Il faut remercier La Coop fédérée pour le soutien offert pendant toutes ces années qui a permis aux agriculteurs de La Matapédia de reprendre le contrôle de leur entreprise. »

La route vers l’autonomie
Le chemin vers la croissance a été marqué par quelques décisions importantes comme la fermeture de la quincaillerie de Saint-Léon-le-Grand en 2000 et l’achat d’un compétiteur en quincaillerie à Causapscal, en 2002. « Nous avons acheté le compétiteur, qui était notre voisin, pour démolir et reconstruire une seule quincaillerie neuve, plus moderne et plus confortable pour nos clients. Les résultats furent au-delà de nos espérances avec des ventes regroupées aujourd’hui supérieures à celles des deux anciennes quincailleries qui opéraient séparément à Causapscal. Nous avons bien répondu à la demande du marché. C’est un des beaux projets que nous avons réalisés dans notre démarche vers l’autonomie. La croissance de la quincaillerie de Causapscal est au-delà de nos projections. Les ventes atteignent maintenant 2 M$ par année », commente M. Doucet.

La route vers l’autonomie comprend également un plan de relance dans le secteur de la machinerie, représentant 40 % du volume d’affaires de la coopérative. Un changement de direction en 2000 à la concession New Holland d’Amqui a été bénéfique. Cette concession dessert le territoire de la Vallée de la Matapédia, la Baie des Chaleurs et le nord du Nouveau-Brunswick. Le secteur de la machinerie se classe parmi les plus performants du réseau coop. « Ces résultats confirment aujourd’hui que le virage pris en 2000 était le bon », précise M. Doucet.

Le portrait actuel
La Matapédienne, coopérative agricole effectue maintenant des ventes annuelles de 16 M$ dans les secteurs de la machinerie, des productions animales et végétales, de la quincaillerie et du pétrole, pour ainsi devenir une entreprise majeure dans le portrait économique de la Vallée de la Matapédia. En 2006, les ventes par secteur se détaillent ainsi : machinerie (6 M$), productions animales et végétales (4,3 M$), quincaillerie (3,5 M$) et pétroles (2,5 M$). « Nos clients sont situés entre Saint-Moïse et Nouvelle, soit entre les territoires de Purdel et de la Coopérative agricole de la Baie des Chaleurs à Caplan. Nous ne sommes plus présents dans le secteur du porc », signale le directeur général.

La Matapédienne emploie 45 personnes pour une masse salariale de 1,6 M$ par année. La coopérative compte 177 membres entre Saint-Moïse et Nouvelle. Au cours des dernières années, une offensive a été menée pour le recrutement de membres auxiliaires, dont le nombre devrait dépasser 500 cette année. Ces membres sont des gens de la population locale qui utilisent les services de la coopérative, notamment la quincaillerie et le pétrole.

L’entreprise coopérative est dirigée par un conseil d’administration de sept personnes présidé par Renald Dumais. Les autres administrateurs sont Guy Gallant, Adrien Pitre (secteur est), Raymond Dubé (secteur centre), Luc Chamberland (secteur sud), ainsi que Marc Turcotte et Bruno Robichaud (secteur ouest).

« Le fait que nos administrateurs proviennent de quatre secteurs nous assure d’une meilleure répartition de la représentativité et garantit à chaque membre d’être représenté au conseil », explique M. Doucet.

L’avenir de La Matapédienne
« Nous avons appris pendant nos années avec La Coop fédérée. C’est maintenant à nous de faire en sorte de maintenir nos bonnes habitudes pour conserver une gestion efficace et poursuivre le développement de la coopérative. Notre cheminement vers l’autonomie est devenu un symbole de fierté pour les employés et les membres. Nous avons acquis une notoriété dans la communauté où nous sommes de plus en plus actifs, par l’entremise de dons et commandites, auprès de différents organismes de la région et particulièrement dans le secteur agricole. »
 
La Matapédienne, coopérative agricole est active dans
les secteurs de la machinerie, des productions animales et végétales, de la quincaillerie et du pétrole

Pour offrir des services-conseils plus pointus à ses membres, La Matapédienne s’est entendue avec sa voisine Purdel, du Bic, pour partager l’utilisation de leurs experts-conseils en fonction de leur spécialité respective. Cette approche permet aux deux coopératives d’offrir à leurs membres des services spécialisés, entre autres en productions végétales, ovine et bovine. M. Doucet croit à l’importance d’améliorer la complémentarité entre les coopératives tout en gardant leur identité.

En 2006, les administrateurs de la coopérative ont effectué une réflexion stratégique où il a été décidé de consolider les acquis, de maintenir les activités tout en étant plus efficace. « Nous avons ainsi rationalisé dans le transport. Les livraisons de supplément de l’usine de Saint-Romuald directement à la ferme ainsi que la réorganisation de notre équipe technique sont des exemples concrets d’optimisation », précise le directeur général, Laurier Doucet, pour qui La Matapédienne doit rester branchée sur les réalités d’aujourd’hui et garder à l’esprit qu’il faut améliorer les performances à la ferme au profit des membres.


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés