La Ferme Dupotier, de Saint-Donat dans le Bas-Saint-Laurent, est une entreprise laitière très performante qui cherche à demeurer à la fine pointe de la technologie, en suivant les conseils des experts-conseils de La Coop Purdel, située au Bic.


Le côté avant-gardiste de cette ferme a été développé par Gaétan Pelletier et Odette Drapeau, propriétaires de l'entreprise. Ils en sont à régler les derniers détails pour transmettre l'entreprise à leurs fils Frédéric et Nicolas qui posséderont chacun 50 % des actions de la compagnie et qui entendent poursuivre le travail amorcé par leurs parents pour demeurer à la fine pointe de la technologie. « C'est le secret de la réussite pour espérer continuer de se développer et augmenter la performance du troupeau », mentionnent les éleveurs Holstein, qui n'arrivent pas en terrain inconnu puisqu'ils travaillent depuis toujours avec leurs parents.

La Ferme Dupotier dispose de 146 hectares (360 acres) de terres en culture, toutes à Saint-Donat, et 162 hectares en forêt. Chaque année, 32 hectares sont utilisés pour semer de l'orge.

En prenant officiellement possession de l'entreprise, Frédéric et Nicolas deviennent la troisième génération de Pelletier sur la Ferme Dupotier, fondée en 1935 par leur grand-père Camille, puis cédée en 1976 à leur père Gaétan.

« Notre père a toujours été avant-gardiste et nous voulons poursuivre dans cette lignée. Il a été l'un des premiers à se tourner vers l'insémination artificielle et à sortir les taureaux de l'étable », soulignent les frères.

Frédéric est détenteur d'un diplôme d'études collégiales en production animale de l’ITA,
campus de La Pocatière. Nicolas possède un diplôme d'études professionnelles en production laitière du Centre de formation professionnelle Mont-Joli – Mitis.

De la performance
La Ferme Dupotier possède un très bon troupeau de 125 têtes, dont 65 vaches en lactation. La moyenne de production se situe autour de 11 500 kg de lait par vache. L'entreprise dispose d'un quota de 75,6 kg de gras par jour. Le troupeau se compose de 20 vaches TB, 35 BP et 12 B. Le lait de la Ferme Dupotier est composé de 3,95 % de gras et de 3,35 % de protéines.

Selon les propriétaires, ce haut taux de performance s'explique par une optimisation du confort des animaux. « Les stalles sont recouvertes de matelas et leur dimension offre beaucoup d'espace aux vaches. La vacherie construite en 1990 a permis d'augmenter l'espace disponible pour chacune des vaches. Aussi, nous utilisons beaucoup de litières pour qu’elles demeurent bien au sec. Un dresseur force les vaches à reculer pour faire leurs déjections dans le dalot. Nous utilisons également une ventilation tunnel, ce qui permet aux vaches de ressentir un moins grand stress thermique lors des grosses chaleurs d'été et améliore aussi grandement la ventilation tout au long de l'année », indique Frédéric.
 
Le troupeau Dupotier se compose de 20 vaches TB,
35 BP et 12 B.

Parmi les autres facteurs favorisant un gain de production, Nicolas parle de l'installation de bols à eau à fort débit et de la présence d'un nouveau système d'éclairage tout juste à la tête des vaches. « L'eau est le plus gros facteur pour produire du lait. Il est primordial que la vache boive beaucoup pour produire beaucoup. Or, il est prouvé que si le débit de vos bols est insuffisant, la vache se tanne et ne boit pas la quantité d'eau requise. Notre système permet de boire 15 à 20 litres d'eau à la minute », précise-t-il.

Les vaches demeurent dans l'étable à l'année et passent 16 heures dans la lumière et 8 heures dans la noirceur chaque jour. « Avec tout le confort qu'elles ont dans l'étable, elles sont bien mieux que dehors où elles auraient à composer avec la chaleur et les mouches », assure Gaétan, qui entend continuer d’être actif après le transfert officiel de l'entreprise.

Les génisses sont en stabulation libre depuis 2002. L'entreprise est autosuffisante sur le plan de la reproduction et utilise l'insémination artificielle. Le taux de saillie est de 1,8 par vache. L'intervalle entre les vêlages est de 408 jours.

Moulée complète

La vacherie construite en 1990 a permis d'augmenter l'espace disponible pour chacune des vaches.

En 1998, un système d'alimentation de ration totale mélangée (RTM) est installé afin de simplifier l'alimentation du troupeau. Depuis un an, la Ferme Dupotier utilise de la moulée complète en cube pour nourrir ses vaches. « Nous avons un silo de 35 tonnes qui nous permet d'obtenir des réductions de volume à notre coop. La moulée complète permet de maximiser la consommation des fourrages, pour ainsi optimiser la production de gras. Avant, chaque vache avait 15,5 kg de concentrés par jour. Aujourd'hui, nous sommes à 13,5 kg », explique Frédéric. L'alimentation est complétée par de l'ensilage d'un mélange de luzerne–mil et 3 kg de foin sec de graminée.

Soutien de l'expert-conseil
Depuis toujours, la Ferme Dupotier est membre de La Coop Purdel. « Nous avons un très bon soutien de nos conseillers et particulièrement de notre expert-conseil, avec qui nous travaillons en étroite collaboration. J'y ai moi-même agi pendant deux ans comme expert-conseil en production laitière et végétales, alors je suis conscient de l'importance de se maintenir à la fine pointe des nouveautés pour progresser », signale Frédéric.

Notre expert-conseil fait ses recommandations sur la programmation alimentaire, les plans de culture et le développement des stratégies les plus économiques. « Nos décisions sont toujours bien réfléchies, même si nous tenons à rester innovateurs et à l'avant-garde. Par exemple, nous n'avons jamais eu peur d'acheter du quota pour prendre de l'expansion », souligne le père.

Au chapitre de la répartition des tâches, Odette, la mère de Frédéric et Nicolas, s'occupe de la comptabilité. Frédéric se charge de la régie du troupeau et de l'alimentation, alors que Nicolas est responsable des travaux aux champs, la culture et la machinerie. Pour ce qui est de la traite des vaches, tout le monde y participe. « Nous prenons les décisions ensemble », disent-ils.
 
Les 65 vaches produisent en moyenne 11 500 kg de lait.

Frédéric et Nicolas venaient de compléter leurs semences lors du passage du Coopérateur.

Dès que le processus de transfert sera complété cet été, les frères Pelletier souhaitent continuer de faire progresser l'entreprise, notamment au plan de la productivité des vaches. « Nous aimerions produire 1,5 kg de matières grasses par jour, par vache, soit produire un quota de 100 kg avec 70 vaches », mentionnent-ils. La sélection génétique sera de nouveau placée en priorité.
Selon les frères Pelletier, il est toujours possible de vivre de l'agriculture, mais le défi est de maintenir une technologie de pointe. Selon eux, c'est l'efficacité qui apporte la rentabilité. « Nous avons toujours du plaisir à être en agriculture, mais le plus qu'on nous demande pour demeurer concurrentiel devra avoir un prix », concluent-ils.


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés