La production laitière, qui a longtemps été la plus importante dans la région du Témiscouata, laisse maintenant place à la production acéricole. Un comité a été mis sur pied afin de redynamiser la production laitière. Les premiers résultats sont fort encourageants!


La MRC de Témiscouata n’échappe pas au phénomène de déclin du nombre d’entreprises laitières sur son territoire à l’instar du reste du Québec. On a en effet observé une forte implantation d’entreprises acéricoles à la fin des années 90 pendant que le nombre de fermes laitières diminuait.

Pour mieux comprendre ce phénomène, le ministère d’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a mis sur pied, en 2002, un comité de redynamisation de la production laitière au Témiscouata. Il s’est inspiré des résultats positifs d’une initiative semblable réalisée en 2000 dans la MRC de La Matapédia.
 
Le président de Groupe Dynaco, Rosaire Beaulieu, et l’agronome Véronique Gagnon

Ce groupe de travail est constitué de plusieurs représentants d’organismes et de producteurs du milieu et sa permanence est assurée grâce au support de la direction régionale du Bas-Saint-Laurent (voir l’encadré sur les partenaires en page 58). Le comité vise à mieux valoriser la production agricole, favoriser le transfert de fermes et limiter l’abandon et la vente des fermes laitières et du quota laitier.

En premier lieu, une enquête fut commandée auprès de tous les producteurs laitiers de la MRC. Les principaux points soulevés furent l’attrait des ressources forestières et acéricoles, les problèmes reliés à la main-d’œuvre et à la relève agricole, et les besoins en investissement pour continuer en production laitière.

Dans le cadre de l’enquête, des agriculteurs ayant abandonné la production laitière depuis environ cinq ans ont été interrogés. Plusieurs jugeaient avoir pris leur décision un peu rapidement, sans avoir bien mesuré toutes les conséquences de la perte d’un revenu stable. Aussi, si c’était à refaire, plusieurs reverraient l’aspect fiscal et les options d’avenir. Vendre à 45 ou 50 ans...
oui, mais après?

Véronique Gagnon est agronome au centre de services de Notre-Dame-du-Lac du MAPAQ et secrétaire-responsable du comité de redynamisation depuis sa fondation. « Trois grands défis ont été ciblés, explique-t-elle. Le premier c’est la vulgarisation de l’agriculture auprès du grand public et le rassemblement des producteurs entre eux. Le second concerne la main-d’œuvre et le troisième la relève. »

Le sous-comité pour la relève a mis sur pied en 2006 le concours de dessin et d’écriture, L'agriculture, un monde à découvrir, pour des élèves du primaire. Le grand prix était une journée dans une ferme éducative pour toute la classe ou l’école du gagnant. Mme Gagnon en a profité pour faire la tournée des écoles afin de présenter le concours, parler d'agriculture et répondre aux multiples questions des enfants. Un contact direct fort apprécié des élèves, mais aussi des professeurs.

En 2007, la deuxième édition bonifiée du concours est lancée. En plus de Véronique Gagnon, des membres de la relève agricole et de La Financière agricole du Québec ont effectué des visites en classe. Au cours de la dernière année scolaire, 375 élèves répartis dans 15 écoles auront été sensibilisés.

Qu’attendre d’un tel comité?

Bien que l’éloignement et l’isolement ne semblent pas être des facteurs motivant l’abandon de la production, il n’en reste pas moins que les brunchs familiaux annuels organisés par le comité ont été de francs succès. En trois ans, 420 personnes représentant plus de 50 entreprises laitières sur les 76 que compte la MRC y ont participé. La formule semble si gagnante en fait, qu’en 2007 une compagnie privée d’alimentation animale a tenu un événement semblable simultanément.

Rosaire Beaulieu siège sur le comité en tant que producteur laitier, mais aussi en tant que président de Groupe Dynaco, coopérative agroalimentaire (voir l’encadré). « Je ne crois pas qu’on bouleversera l’agriculture avec notre comité de travail sur la redynamisation de la production laitière. Mais je constate que les producteurs nous suivent. Nous avons obtenu plus de 80 % de taux de réponse au questionnaire de l’enquête. » Mme Gagnon enchaîne que le comité, indirectement, semble créer un vent d’optimisme, de confiance et de dynamisme chez les jeunes. « Ils se sentent peut-être plus soutenus et valorisés dans ce qu’ils font, il y a de l'avenir pour ceux qui veulent avancer », observe-t-elle.
 
Sur son entreprise, M. Beaulieu vise la réduction
des coûts de production et l’augmentation de l’efficacité et de la productivité. Il met l’accent sur la longévité et la production dans son troupeau de 60 vaches enregistrées, classifiées et contrôlées. La production moyenne est de 10 500 kg de lait pour un quota produit de 66 kg de M.G. par jour (voir le tableau 2).


La MRC de Témiscouata compte 22 233 habitants et est occupée à 32 % par la zone agricole. L’agroalimentaire est la deuxième industrie en importance de la MRC, après l’industrie forestière. L’agriculture, avec des revenus à la ferme de 42,6 M$, est le maillon le plus développé. Les 396 fermes sont gérées par 549 propriétaires, dont 122 sont des femmes, appuyés par une main-d’oeuvre familiale de 407 personnes. L’agriculture de la MRC de Témiscouata crée 1464 emplois directs.
(Source : Portrait agroalimentaire de la MRC du Témiscouata 2005, MAPAQ, disponible en ligne au http://www.mapaq.gouv.qc.ca/)


Un des premiers diplômés de l’ITA, M. Beaulieu est copropriétaire de la ferme avec sa femme Lise Ouellet. Pour les travaux, il est secondé par le même employé depuis 18 ans et par ses 5 enfants de 12 à 21 ans. Il est convaincu qu’on peut bien vivre de l’agriculture et la coopération est au diapason de ses valeurs personnelles. « Comme producteur, on est limité à un impact local sur notre ferme, mais ensemble, on peut avoir un impact beaucoup plus loin dans la chaîne agroalimentaire. » Actif au sein du syndicat de base de l’UPA pendant 25 ans, il siège sur le conseil d’administration de Groupe Dynaco depuis 1985 et en est président depuis 8 ans. Avec un chiffre d’affaire de 166 millions de dollars et 450 employés, les activités de Groupe Dynaco sont diversifiées. 635 agriculteurs en sont membres, en plus de 880 membres auxiliaires.

Les partenaires
- Direction régionale du Bas-Saint-Laurent du MAPAQ;
- Syndicats de base de l’UPA;
- Centre local de développement;
- Société d’aide au développement des collectivités;
- Centre financier aux entreprises Desjardins du Témiscouata;
- Centre local d’emploi de Cabano;
- Commission scolaire du Fleuve et des Lacs;
- Groupe conseil agricole du Témis;
- Association de la relève agricole Agro-Témis;
- La Financière agricole, direction régionale Bas-Saint-Laurent;
- Banque Nationale du Canada.

TABLEAU 1
Évolution de la production laitière et acéricole de 1990 à 2004 dans la MRC de Témiscouata
De 1990 à 2004 le nombre d’entreprises laitières diminuait de 33 % alors qu’au même moment, le nombre d’entreprises acéricoles augmentait de 85 % et le nombre d’entailles de 400 %.
Productions
Nombre d’unités
1990
2004
% évolution
Production laitière Entreprises 120 80 -33 %
Acériculture Entreprises 140 259 + 85 %
  Entailles 850 000 4 198 906 + 394 %


TABLEAU 2
Évolution de la production laitière de 1985 à 2005
Année
Variation 1985-2005
1985
1995
2000
2005 Nombre %
Entreprises Témiscouata
Bas-St-Laurent
179
1 856
115
1 247
93
1 046
81
923
-98
-913
-55
-50
Vaches Témiscouata
Bas-St-Laurent
5609
60 026
4051
44 911
3539
40 774
3335
40 373
-2284
-19 653
-41
-33
Vache / ferme Témiscouata
Bas-St-Laurent
31,3
32,3
35,2
36
39,1
39
41,2
43,7
+9,9
+11,4
+32
+35
Quota* Témiscouata
Bas-St-Laurent
  2190
25 439
2156
26 784
2137
28 427
-53
+2 988
-2,4
+11,7
Quota / entreprise* Témiscouata
Bas-St-Laurent
  19
20,4
23,2
25,6
26,4
30,8
+7,4
+10,4
+39
+51
Quota / vache* Témiscouata
Bas-St-Laurent
  0,54
0,57
0,59
0,66
0,64
0,7
+0,1
+0,13
+18,5
+22,8
* Les premières données colligées pour ces critères datent de 1995.


TABLEAU 3
Bilan annuel du quota laitier au Témiscouata de 1998 à 2006**
De 1990 à 2004 le nombre d’entreprises laitières diminuait de 33 % alors qu’au même moment, le nombre d’entreprises acéricoles augmentait de 85 % et le nombre d’entailles de 400 %.
Année
1998
1999
2000
2001
2002 2003 2004 2005; 2006
Variation annuelle (kg M.G./jour) -37,8 -13 -84,9 -25 +42,4 +9,9 +3,1 +14,5 +50,5
**Donnée de 2006, non publiées officiellement lors de la rédaction. (Source des tableaux : Statistiques laitières du Bas-Saint-Laurent. Fiches enregistrement MAPAQ.)


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés