Avec la mise en place de l’agence de vente dans l’agneau lourd et le système de classification des agneaux, produire pour répondre au besoin du marché est impératif; c’est une question de gros sous.



Selon la grille de classification mise en place (figures 1 et 2), il faut viser à produire des agneaux ayant une conformation de 3 et +, avec un taux de gras adéquat, c’est-à-dire entre 7 et 13 mm. Les minimum et maximum étant de 5 et 17 mm pour demeurer dans les limites de l’indice 100. Comme consommateur d’agneau, lequel achèteriez-vous sur la tablette d’épicerie, semaine après semaine?.

Facteurs influençant la qualité des agneaux produits
Avec la même régie, la même alimentation et la même bâtisse, pourquoi y a-t-il une grande différence entre la qualité des agneaux produits?

Plusieurs raisons peuvent l’expliquer :

Race
Certaines races ont plus de facilité que d’autres à déposer du gras. Mais attention, si vos agneaux sont gras, la race n’est pas la seule coupable! Au sein d’une même race, vous pouvez retrouver des variantes importantes dans le potentiel de croissance et la capacité à déposer du gras. Il peut parfois y avoir plus d’écart entre les lignées d’une race que de différences observables entre deux races.

 
Trois carcasses d’agneaux
avec (de haut en bas) des niveaux de gras dorsal de 12, 16 et 21mm.

 
N’hésitez donc pas à utiliser de très bons béliers terminaux qui compléteront bien vos brebis. Dans la majorité des cas, on recherche des béliers qui produisent des agneaux à croissance rapide et qui ont moins tendance à déposer du gras.

Sexe et poids d’expédition
Pour un même poids de carcasse, puisque les femelles ont tendance à déposer plus de gras que les mâles, il faudra surveiller attentivement le poids d’expédition selon le sexe. Avec votre alimentation et votre génétique, il se peut que vous déterminiez assez rapidement que vos femelles doivent avoir des poids d’expédition de 3 à 5 kg plus légers que les mâles. Les résultats de classification vous le confirmeront. De plus, selon votre génétique et votre alimentation, vous aurez fort probablement un poids carcasse à ne pas dépasser, car le gras dorsal augmente avec le poids des carcasses (voir la figure 3).

Alimentation

Voici un volet très important pour produire des lots d’agneaux uniformes et qui répondent aux besoins du marché. L’apport protéique est essentiel pour produire de la masse musculaire. Pensez aux athlètes qui s’entraînent et qui prennent des suppléments protéiques (légaux!). Il faudra porter attention à l’alimentation des agneaux lourds en plus de se méfier du réflexe de couper trop rapidement l’apport protéique de la ration. Il faut éviter le gaspillage de protéines et les coûts qu’il entraîne. Mais il faut aussi éviter les carences protéiques qui auront des effets néfastes sur le produit fini.

Pour des agneaux sous la mère, le besoin est clair et a été établi avec de la moulée dosant autour de 19 à 20 % de protéine. Arrive le sevrage et, trop souvent, on sert un mélange de grain et de supplément manquant de protéine. Afin de diminuer le stress du sevrage, on devrait garder la même moulée 7 à 10 jours après le sevrage.

Ensuite, on recommande de servir la ration agneaux lourds, qui sera un mélange de grain et supplément ou une moulée complète. Pour cette première étape, c’est-à-dire du sevrage jusqu’à 30 à 35 kg de poids, une moulée (ou mélange maison) autour de 17 % de protéine serait une étape logique et pas trop stressante dans l’apport alimentaire. Tout particulièrement pour des agneaux qui viennent de perdre leur mère et leur ration début agneaux 19 ou 20 %. Ce n’est donc pas le temps de servir un mélange 5 pour 1, grain-supplément, car vous manquerez de carburant! Ayez toujours un bon fourrage servi à volonté, tel un foin sec de mil en début d’épiaison.
 

Ensuite, à partir de 30-35 kg de poids jusqu’à l’abattage, des concentrées autour de 15 % de protéine compléteront le travail dans la majorité des cas. Il est difficile de tracer une ligne précise, car il y a un très grand nombre de races, de différences de performances entre elles et même entre les lignées d’une même race. Certains troupeaux auront du succès avec de la moulée 15 % servie plus tôt, alors que d’autres n’en n’auront pas. Quel taux de protéine devrait recevoir les mâles et les femelles, les agneaux qui ont un croisement terminal et ceux qui ne l’ont pas? Bref, il pourrait être possible de mettre ça très compliqué.

Résultats de classification variable

Pourquoi, avec un lot d’agneaux du même bélier, mes résultats de classification sont-ils très variables? Pourquoi suis-je souvent obligé de vendre des agneaux légers, alors que ces derniers étaient très beaux au sevrage?

Tenons pour acquis que la qualité de l’air et de l’eau est sans reproche. Que la litière est abondante et la santé du troupeau excellente. Parmi les facteurs de régie qui affectent beaucoup la performance des agneaux lourds, complémentaire à la génétique, il y a l’entassement et l’alimentation. Pour le premier critère, il faut prévoir de 6,5 à 10 pi2 (0,6 à 0,9 m2) par agneau, de la phase sevrage à abattage. Les agneaux réagissent très mal à l’entassement excessif, leur performance étant très affectée à la baisse.

Triage
Pour ce qui est de l’alimentation, il faut se rappeler que nous travaillons avec les champions du triage et que même le plus merveilleux des programmes, calculé trois chiffres après le point, ne donnera pas les performances attendues si les agneaux peuvent trier leurs aliments favoris. Vous avez déterminé que le mélange parfait pour vos agneaux était du 4 pour 1. Vous avez mélangé le tout parfaitement, et voilà que vous servez ce mélange à volonté, avec du foin sec à libre choix en tout temps, le buffet est servi!

Résultat : certains agneaux ont la diarrhée, d’autres ne font pas de gain, ou encore sont très gras. Bref, ça ne va pas bien. Les premiers, ce sont les amateurs du supplément ou de la source de protéine; ils mangent leur portion et celle des autres. Ils consomment trop de protéine pour rien, et la vitesse du transit digestif est accélérée. Ceux qui ne feront pas beaucoup de gain sont ceux qui boudent le buffet, car il ne reste que du grain et les moins compétitifs à la mangeoire quand le mélange frais est servi. Enfin, vous avez les agneaux qui mangent du grain, seulement du grain. Le manque de protéine consommée aura un effet néfaste sur le développement de leur carcasse (baisse de rendement en viande) et du gras dorsal (plus gras).

La moulée complète


Afin de diminuer (moulée texture) ou éliminer (moulée cubée) les risques de triage, augmenter les taux de gain et avoir un produit plus uniforme, la moulée complète est une alternative très intéressante. Avec l’augmentation du prix des céréales, elle devient souvent avantageuse quant au coût de la ration. Votre expert-conseil coop peut vous le calculer chez vous en fonction du prix des aliments, et vous aider à prendre la décision la plus économique. Pour ce faire, il utilisera le logiciel Opti-Ovin Coop, dans lequel vous entrerez le prix des grains, des suppléments et de la moulée proposée. Le logiciel fera l’ajustement en fonction de la conversion alimentaire obtenue ou anticipée. Comme il faut généralement moins de moulée pour faire 1 kg de gain que d’un mélange grain-supplément, une moulée un peu plus chère la tonne peut être avantageuse sur le plan économique.

Autres points à considérer, avec l’augmentation des gains moyens quotidiens généralement obtenus avec la moulée complète par rapport au mélange maison grain-supplément, on diminue le nombre de jours par agneau en inventaire. Cela a pour effet de libérer de l’espace pour les autres ou permet de garder plus de brebis. Cette économie d’espace a une valeur monétaire.

Comme producteur, vous vous dites sûrement : comment la moulée peut-elle être moins chère que le grain et le supplément que j’achète? Qu’est-ce qu’ils mettent là-dedans? direz-vous. Même si un ingrédient peut être économiquement avantageux pour usage à la ferme, il est parfois impossible à utiliser pour différentes raisons. Par exemple, l’ingrédient pourrait difficilement s’écouler dans le silo ou se conserver. Aussi, il se peut que vous ne puissiez dépasser un certain pourcentage dans la ration. Pour une meunerie, qui a en inventaire une multitude d’ingrédients, il est facile et économiquement avantageux de cuisiner une recette à moindre coût, tout en conservant les caractéristiques nutritionnelles nous permettant d’obtenir les performances techniques attendues.

Quel taux de protéine choisir

Produire des agneaux avec de bons indices de classification, pour en retirer le maximum sur
le plan économique, est un défi de tout instant pour les propriétaires d’entreprises ovines.

Vous avez retenu l’option moulée et votre troupeau est assez gros pour vous permettre d’utiliser deux silos à moulée pour vos agneaux lourds. Vous pourriez travailler avec de la moulée croissance Ovation 17 % et 15 %, et effectuer le transfert aux poids d’environ 35 kg. Par contre, pour des raisons de quantités utilisées, de capacité d’entreposage et de taille de troupeau, si vous devez vous servir d’une seule moulée pour tous les agneaux lourds, la nouvelle moulée Ovation croissance 16 % sera un excellent choix. C’est un compromis qui vous donnera d’excellents résultats et vous simplifiera la vie. Informez-vous des quantités à commander pour profiter des escomptes de volume. Si vous achetez du grain et du supplément en petites quantités à la fois, il vous en coûte probablement plus cher pour faire votre mélange maison que d’acheter un aliment déjà tout prêt.

De plus, cette moulée peut servir à vos brebis en lactation (à valider selon la qualité de vos fourrages). Si vous produisez du grain à la ferme et que vous avez de bons fourrages, la meilleure façon de l’utiliser sera de le servir à vos brebis. Avec de la moulée en vrac servie aux brebis qui allaitent et aux agneaux en croissance et finition, on commence à simplifier le volet alimentation. Pour faire le tour de vos besoins en alimentation, il ne manque que la moulée début agneaux pour les petits, le Trans-Ovi pour préparer les brebis à l’agnelage et des minéraux à libre choix – en bloc ou en texture – et le tour est joué.

Produire des agneaux avec de bons indices de classification, pour en retirer le maximum sur le plan économique, est un défi de tout instant pour les propriétaires d’entreprises ovines. Il faudra travailler sur plusieurs plans en même temps, comme ceux de la génétique, de l’environnement et de l’alimentation. Il faudra valider les résultats à la suite des décisions prises et ne pas hésiter à remettre en question vos façons de faire ou alors continuer dans la même voie si les résultats sont au rendez-vous. Gardez à l’esprit que le vrai patron, c’est le consommateur. Il veut un beau et bon produit de façon régulière. Notre objectif est de vous aider à atteindre les vôtres et prendre les meilleures décisions possibles pour rentabiliser au maximum votre entreprise.


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés