Cet azote est recommandé pour les producteurs qui veulent diminuer les passages au champ et maximiser l’efficacité de leur investissement en azote, tout en ayant le moins d’impact possible sur l’environnement.





L'azote joue un rôle majeur dans l’atteinte de rendement élevé en productions végétales. Depuis l’avènement des engrais minéraux de synthèse dans les années 50, peu de nouveaux produits sont apparus sur le marché. En 2007, le mouvement coopératif a innové en introduisant l’Azote Réflexe FRN.

Avant d’en expliquer le fonctionnement, il est important de bien comprendre la fertilisation azotée des cultures et les sources d’azote disponibles.
 
Figure 1. Cycle de l’azote



Les plantes assimilent l’azote en grande partie sous forme de nitrate (NO3-) et aussi sous forme d’ammonium (NH4+). Peu importe la source d’azote utilisée, pour qu’elle soit assimilée, elle doit être convertie sous les formes NO3- et NH4+. L’azote sous la forme nitrate (NO3-) est soluble dans l’eau, donc susceptible d’être lessivé. L’azote ammonium (NH4+) est retenu par les particules chargées (colloïdes) du sol, donc moins susceptible d’être lessivé (figure 1, Cycle de l’azote).
 
Figure 2. Besoin d’azote du maïs

Pour la fertilisation azotée minérale des cultures, différentes stratégies peuvent être adoptées pour fournir un approvisionnement en NO3- et NH4+ :
Épandre de l’urée en présemis incorporé;
Fractionner les apports d’azote en appliquant de l’urée ou de l’ammonitrate (nitrate) ou du Sol-Az 32 en postlevée;
Combiner les deux méthodes.

Le fractionnement fournit l’azote au moment où les cultures en ont besoin et minimise les pertes potentielles par lessivage, volatilisation et dénitrification. L’inconvénient avec cette méthode culturale est que, pour passer partout, le temps vient parfois à manquer puisque c’est aussi le moment de désherber et de faire les foins. Bref, il arrive que des champs soient fertilisés en azote trop tardivement ou tout simplement pas fertilisés.

Une façon d’éviter ces conflits de travail en juin, tout en évitant des pertes d’azote, est l’emploi de l’azote à libération contrôlée FRN (figures 2, 3 et 4).

Qu’est-ce que l’Azote Réflexe FRN?

L’azote à libération contrôlée FRN est un fertilisant à base d’urée enrobée d’un polymère biodégradable (la technologie d’enrobage est brevetée). Il a une analyse garantie de 44 % d’azote, et il doit être manipulé comme de l’urée. La granulométrie est similaire aux autres matières premières, ce qui rend le FRN très compatible pour les mélanges. Grâce à sa couleur vert pâle, le produit est unique et facile à reconnaître.

Le polymère qui recouvre le granule laisse pénétrer l’eau pour qu’elle y dissolve l’urée. La solution azotée sera ensuite libérée dans le sol au bout de quelques semaines (figures 5 et 6). Cette technologie permet donc de diminuer les risques de pertes d’azote. Appliqué en présemis, l’azote est disponible lorsque les cultures en requièrent beaucoup, soit après quelques semaines. Notez bien que le rythme de diffusion est influencé par la température. Plus il fait chaud, plus la diffusion est rapide et plus la culture nécessite d’azote.

Figure 3. Figure 4.

En consultant la figure 7, traitant de la libération de l’azote, on note que de 30 à 40 % seront dégagés durant le premier mois, assumant que la température du sol se situe entre 5 et 15 °C. La libération maximale a lieu lorsque la température du sol atteint de 15 à 20 °C Dans ce cas, en moyenne, de 80 à 90 % de l’azote sont libérés à l’intérieur de 60 à 70 jours. Ces données font de
l’Azote Réflexe FRN un excellent produit pour les cultures de maïs, de céréales, de canola et de pommes de terre.

La courbe de croissance du maïs indique que cette plante prélève un fort pourcentage de l’azote après le stade de 8 feuilles. Ce stade est atteint 50 à 70 jours après le semis, selon les conditions climatiques. L’azote qui se libère plus tardivement permet de diminuer les risques de pertes avant que la culture n’en ait vraiment besoin. Pour le blé de printemps, la consommation élevée d’azote débute vraiment à partir du tallage, soit environ 21 jours après le semis. Là encore, l’azote FRN est un produit vraiment bien adapté. Même son de cloche pour le canola qui consomme beaucoup d’azote à partir du stade rosette, soit environ 21 jours après les semis.

Figure 5.
Comment fonctionne la technologie de l’enrobage de polymère?


Figure 6. Figure 7.

Comment utiliser l’Azote Réflexe FRN?
L’azote à libération contrôlée FRN doit être appliqué seul ou en mélange avec d’autres fertilisants en présemis incorporé. Comme la libération est contrôlée, l’azote est disponible lorsque la culture en a vraiment besoin. Cette façon de faire permet de maximiser les passages au champ et évite d’avoir à repasser avec de l’azote en postémergence. Le passage en postémergence, qui trop souvent abîme les cultures, entre en conflit avec les autres opérations culturales, telles que les semis, la récolte des foins et le désherbage de postémergence.

Tous les types de sols sont adaptés au FRN. Rappelons que les sols légers sont très sujets au lessivage de par leur nature. Les sols lourds dotés d’un excellent drainage le sont aussi. Sur le plan économique, l’ Azote Réflexe FRN est plus cher par unité fertilisante que l’urée. Le prix se situe entre celui du Sol-Az 32 et de l’ammonitrate. En plus, il ne faut pas oublier l’économie d’un passage supplémentaire au champ.

Puisque le granule de l’azote FRN est protégée contre les pertes, son profil environnemental est excellent. L’azote une fois appliqué est disponible lorsque les cultures en requièrent beaucoup. Plusieurs travaux de recherche ont été initiés en 2007 afin de mieux maîtriser la régie de ce nouveau fertilisant innovateur disponible dans le réseau coopératif.


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés