« Aliments Carrière est une porte d’entrée en Amérique du Nord, indique Christophe Château, directeur de la communication et du marketing au Groupe Bonduelle. C’est une entreprise à notre échelle, d’une culture semblable et dont les technologies ressemblent aux nôtres. »



Le marché du légume en Amérique du Nord, en croissance de 2 % par année depuis 2001, se monte aujourd’hui à 114 milliards $ US. « Les légumes comptent pour près de 11% des achats d’aliments et boissons, contre 6 % en Europe, note Daniel Vielfaure, directeur général de Bonduelle Amérique du Nord, qui a œuvré au sein d’Aliments Carrière au cours des 12 dernières années. Sur ce marché, les projections pour 2011 – tant pour le légume frais, réfrigéré, surgelé ou en conserve – affichent des hausses. »
 

Bonduelle entend s’y positionner et en enrichir la gamme offerte. Les sept usines d’Aliments Carrière – quatre au Québec et trois en Ontario – sont à proximité des grands centres du Québec, de l’Ontario et du nord-est des États-Unis qui recensent quelque 190 millions d’habitants.

Bonduelle est en mode croissance. Depuis 30 ans, son chiffre d’affaires a augmenté en moyenne de 10 % par année. L’entreprise mise sur le développement de produits et de marchés et sur l’acquisition d’entreprises. Ses produits, commercialisés sous quatre grandes marques – Bonduelle, Cassegrain, Frudesa, et maintenant Arctic Gardens, la marque vedette de Carrière – sont distribués dans 80 pays. L’ambition de Bonduelle, fondée en 1862, est mondiale. Elle veut faire du légume l’avenir de l’alimentation. L’entreprise s’est également donnée pour mission de lutter contre l’obésité en favorisant la consommation de légumes.

En juillet 2006, l’entreprise française avait déjà acquis 23 % du capital action d’Aliments Carrière, dont le siège social est situé à Saint-Denis-sur-Richelieu. Issue de la fusion, en 1987, des entreprises appartenant aux familles Carrière et Ostiguy, Aliments Carrière est devenue, au fil des ans, « la plus grande organisation canadienne de transformation de légumes pour la surgélation et la mise en conserve ».

« Cette première acquisition de capital a permis à Bonduelle d’évaluer le marché et la clientèle en Amérique du Nord », indique Daniel Vielfaure. Après un apprentissage réciproque, un an plus tard, en juillet 2007, plus que satisfaite du constat qu’elle faisait de Carrière, Bonduelle rachetait
le reste des actions de l’entreprise québécoise au coût de 175 millions $.

Au sein du groupe Bonduelle, Aliments Carrière représente 20 % du chiffre d’affaires total qui se monte à près de 1,5 milliard d’euros. Bonduelle compte sept filiales, 6700 employés, 30 sites de production et des implantations commerciales dans 23 pays. Elle réalise les deux tiers de son chiffre d’affaires à l’international.

« Carrière est un fleuron, exprime Christophe Bonduelle, président du groupe français. C’était la bonne occasion que nous attendions pour nous établir en Amérique du Nord. Nous possédions, déjà une petite filiale dans l’état de New York où l’on produit du haricot extra fin. L’achat de Carrière est venu sécuriser cette branche-là. »

Le chiffre d’affaires d’Aliments Carrière a doublé au cours des huit dernières années. Il a atteint, à son dernier exercice, 337 millions $. Du total des ventes, 72 % sont réalisées au Canada, près de 26 % aux États-Unis et un peu plus de 2 % à l’exportation. L’entreprise s’est récemment installée dans les Maritimes avec grand succès. Les produits surgelés, sous la marque Arctic Gardens, accaparent 61 % de la production totale de l’entreprise, contre 39 % pour les produits en conserve. L’entreprise emploie 2650 personnes, dont 1600 sur une base saisonnière.

Gilles McDuff avait vu d’un bon œil la première acquisition de capital par Bonduelle. « C’était, selon nous, un mariage intéressant, mentionne le directeur général de la Fédération québécoise des producteurs de fruits et légumes de transformation. Bonduelle apportait un savoir qui allait profiter à Carrière. »

L’entreprise française est reconnue pour miser sur l’innovation. Sous peu, elle mettra en marché, en France, dans les restaurants McDonald’s, sous le nom Croq’OLégumes, des boules de légumes enrobées d’une base de maïs qui remplaceront les frites. Chez Bonduelle, on ose espérer que ce produit sera un jour lancé dans les McDonald’s au Canada. Le marché du légume frais, surgelé et en conserve en Europe est en avance de trois à cinq ans sur celui de l’Amérique du Nord. Avec Bonduelle, Carrière a déjà lancé les légumes vapeur Steam, sous la marque Arctic Gardens.

Bonduelle fonctionne à forfait avec des producteurs à peu près partout où elle a des infrastructures de production. Au total, Bonduelle transige avec 4600 producteurs agricoles qui cultivent 110 000 hectares. De ce nombre, Carrière a sous contrat 32 494 hectares, dont approximativement 20 000 au Québec que possèdent 550 producteurs. « Ces ententes demeureront, même si Aliments Carrière est passé entre les mains de Bonduelle », fait savoir Daniel Vielfaure.

La Fédération administre le plan conjoint des légumes de transformation, soit les pois, les haricots, le maïs sucré et les concombres. Cette fédération regroupe, au total, quelque 400 producteurs. Pour les producteurs de brocolis, de carottes, de choux-fleurs et d’oignons espagnols, entre autres, les ententes de production avec Aliments Carrière ne sont pas couvertes par un plan conjoint.

Gilles McDuff ne cache toutefois pas qu’il aurait souhaité que Carrière demeure majoritairement entre les mains de gens d’ici. « Bonduelle est positionnée en Europe, en Russie, en Amérique du Sud, dit-il. Aliments Carrière sera-t-elle en concurrence avec ces unités de production? »« Où on fonde beaucoup d’espoir, lance du même souffle Gilles McDuff, c’est en matière d’innovation et de technologie. » Chez Bonduelle, grâce à de nouveaux procédés mis en place dans des usines de maïs au Québec et en Ontario, on a déjà réussi à hausser la productivité. Des améliorations seront aussi apportées en matière de traçabilité et de rendements aux champs. De nouveaux produits et de nouvelles filières seront élaborés au Québec et en Ontario. Et l’apprentissage est réciproque, car Aliments Carrière possède une expertise très poussée en matière de gestion de l’eau qui profitera au groupe français. Bonduelle mise sur le savoir-faire des gens sur place qui connaissent les marchés locaux.

« Bonduelle pourrait faciliter l’ouverture de marchés d’exportation pour ce que nous produisons déjà ou encore pour de nouveaux légumes que l’entreprise souhaitera acheminer sur divers marchés, observe aussi Gilles McDuff. Cela pourrait se traduire par des accroissements d’acrage pour les producteurs québécois. »


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés