Citadelle est revenue auréolée d’un prix d’excellence du plus récent congrès annuel de l’Institut international du sirop d’érable (International Maple Syrup Institute – IMSI) qui avait lieu en octobre dernier à Akron, dans l’État de l’Ohio. C’est la création d’une gamme de sirop d’érable à consistance plus épaisse qui lui a valu l’attribution d’un des seuls deux grands honneurs remis en 2007 par l’organisme à des entreprises qui se sont démarquées sur le plan de l’innovation.

Citadelle a lancé Thick’n’ Rich Syrup sous l’étiquette de Shady Maple Farms, il y a quelques années, sur le marché américain, exclusivement. D’abord embouteillé comme tout autre sirop, il est maintenant offert en pots, en deux versions : l’une faite du précieux liquide solidifié de couleur claire et la seconde, à l’allure crémeuse. Ce sirop, qui a la consistance du miel, est destiné aux tartinades.

Et le produit n’a pas à être obligatoirement réfrigéré après ouverture pour conserver ses propriétés. La certification biologique lui a également été accordée.

« Nous sommes contents d’avoir reçu cet honneur parce qu’il signifie que l’industrie reconnaît nos efforts en matière d’innovation, réagit Jerry Kless, directeur ventes et marketing pour l’Asie, l’Océanie, l’Amérique latine et l’Afrique et responsable des projets spéciaux chez Citadelle. Le développement de nouveaux produits fait partie intégrante de notre mandat et Citadelle a d’ailleurs comme nouvel énoncé de mission : Producteurs de pures innovations. L’arrivée de ce sirop plus épais confirme que Citadelle continue d’être le chef de file de l’industrie puisque notre nouveau produit n’a pas de concurrence sur les rayonnages des détaillants. »
La coopérative de producteurs de sirop d’érable, qui fêtait récemment ses 80 ans, a investi beaucoup en technologie et en équipement pour mettre au point le Thick’n’Rich à son usine de La Guadeloupe, en Beauce. Elle a même breveté sa découverte tellement elle est originale.

M. Kless fait remarquer que sans délaisser la prospection de nouveaux marchés géographiques, Citadelle a mis l’accent au cours des récentes années sur le développement de nouveaux produits.

« Notre avantage, maintenant que nous sommes bien implantés dans quelque 35 pays, c’est d’être assurés que ces efforts que nous déployons en matière de technologie ne resteront pas lettre morte une fois qu’ils se traduisent en nouveaux produits. Nous pouvons plus facilement leur trouver des débouchés. »

Les ventes du Thick’n’Rich progressent continuellement depuis leur avènement, assure le directeur des ventes et marketing et Citadelle a entamé le processus qui permettra bientôt au produit d’être goûté par de nouveaux publics outre-mer. Cette percée pourrait être menée dès le printemps 2008. M. Kless affirme que la coopérative analyse les modalités de son introduction sur ces marchés en déterminant une stratégie d’implantation pour chaque marché visé. »

Citadelle évalue également comment elle reflétera dans sa mise en marché la distinction qu’elle a reçue à Akron. L’événement avait lieu du 21 au 24 octobre et l’assemblée annuelle de l’IMSI– la 33e de son existence – a confirmé Jerry Kless à la présidence de l’organisme pour un second mandat d’un an. Il est la troisième personne employée par Citadelle à tenir les rênes de cette association après son directeur général actuel, Luc Lussier, et un de ses prédécesseurs, Gilles Croteau.

Le rassemblement permet aux membres – des transformateurs, des manufacturiers et des associations de producteurs acéricoles exclusivement – «de maintenir l’enthousiasme envers le produit pur», aux dires de M. Kless. L’organisme n’a pas de véritable employé permanent. C’est dire que le président exerce un rôle d’animateur très important entre les congrès. Le conseil d’administration se réunit quatre fois l’an, des téléconférences ont aussi lieu et le président assure le suivi auprès des comités qui reçoivent des mandats bien précis. Le principe d’alternance prévaut à la tête de l’IMSI entre un représentant de l’industrie canadienne et américaine.

North American Maple Syrup Council
Comme par le passé, la rencontre de l’IMSI coïncidait avec celle du North American Maple Syrup Council (NAMSC) puisque certaines personnes sont membres des deux organismes. Cette dernière entité regroupe les associations de producteurs de sirop d’érable de quatre provinces canadiennes (l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et le Québec) et de douze États américains. Son principal mandat est de favoriser des projets de recherche qui vont concourir à l’amélioration de la production du sirop d’érable, d’œuvrer à une meilleure gestion des érablières et de permettre d’aborder de nouveaux marchés.

Citadelle avait délégué sept personnes aux 48es assises de la NAMSC : outre M. Kless, on y dénombrait notamment Cécile B. Pichette. Cette dernière, qui en était à sa cinquième participation au congrès annuel, observe que certains participants souhai-teraient modifier la durée du congrès, remettant en question la tenue des ateliers techniques.

« Ces sessions techniques sont très importantes, estime cependant Mme Pichette. Bien sûr, nous remarquons que les participants vieillissent, mais nous voyons encore des jeunes s’investir dans l’acériculture. Ils vendent souvent la ferme familiale, mais conservent l’érablière, car ils ne veulent pas se priver de revivre année après année cette période printanière de fébrilité qui entoure la production de sirop d’érable. Or, pour ces jeunes acériculteurs et même pour des producteurs de longue date, ces sessions techniques ne sont pas inutiles. Cette année par exemple, il a été question des plus récentes recherches américaines sur les injecteurs d’air et sur les produits antimoussants. Les conclusions de ces études diffèrent de celles que nous avons réalisées au Québec. C’est dire qu’il demeure bien des points à valider et qu’il devient encore plus important de poursuivre les recherches. Je crois d’ailleurs qu’il y a encore beaucoup d’innovations qui ne sont pas encore parvenues à nos oreilles. Le congrès est donc tout indiqué pour mettre à jour nos connaissances. »

L’assemblée a convenu de prendre le pouls de ses membres sur la poursuite de ces séances d’information avant de les retirer de l’horaire.

Le comité spécial mis sur pied par l’IMSI, et que soutient le NAMSC, sur l’harmonisation de l’appellation des catégories, des couleurs et des saveurs du sirop d’érable n’a pas encore déposé son rapport. Mme Pichette a pu apprendre que ses membres s’orientent vers des recommandations qui inviteront l’industrie à prioriser la saveur aux dépens de la couleur.

Au pays des amish
L’Ohio étant un État où la communauté amish est fort présente, Mme Pichette a profité des circonstances pour se familiariser avec celle-ci : visite d’un magasin exploité par des amish, d’une usine leur appartenant et où ils fabriquent de l’équipement pour les agriculteurs et les fameuses carrioles dans lesquelles ils se déplacent sur les routes, repas dans une salle de réception appartenant à cette communauté et, bien sûr, passage obligé dans une érablière amish.

« L’érablière disposait d’un équipement pour l’osmose, d’un évaporateur et de tracteurs alors que nous nous attendions à ce que les propriétaires s’en remettent à un appareil au gaz tiré par des chevaux », a exprimé avec surprise l’acéricultrice de Saint-Lin, au nord de Montréal, devenue vice-présidente du conseil d’administration de Citadelle en mai 2007. C’est dire que certains amish se permettent de déroger à leurs règles de vie…

Pour Mme Pichette, côtoyer de visu des amish constituait une première. Elle a d’ailleurs fait faux bond à la visite des installations de Dominion & Grimm, inscrite à l’horaire de l’assemblée, pour satisfaire sa curiosité. La plupart des 200 participants ont plutôt choisi d’allez zieuter l’endroit d’où origine la mise au point de l’évaporateur qui figure comme l’ancêtre des évaporateurs contemporains. Gustave Henry Grimm l’a conçu en 1882 avant d’établir dans les années suivantes une usine d’équipements d’acériculture au Québec. Plus d’un demi-siècle plus tard, à la suite d’une fusion avec Évaporateur Dominion et un rachat par des intérêts québécois, l’usine Dominion & Grimm emménagea dans le parc industriel d’Anjou où elle s’avère toujours, pour beaucoup d’acériculteurs québécois, un fournisseur incontournable.

Enfin, un nouveau président a été élu à la tête du NAMSC, Michael Girard, un acériculteur de Simsbury dans le Connecticut. Il dirigera l’organisme au moins jusqu’au prochain congrès, en octobre 2008, qui se déroulera à Amherst au Massachusetts. C’est le président sortant, Tom McCrumm, qui est le responsable de son organisation.
 




Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés