Dans l’édition précédente du Coopérateur agricole, nous avons vu que l’atteinte de l’équité lors du transfert de ferme est non seulementun exercice délicat et complexe, mais aussi une valeur qui a plusieurs sens et pouvant soulever bien des passions. Dans le présent article, nous allons voir sur quels ingrédients il faut miser pour réussir cet exercice.


Les études réalisées auprès des PME familiales démontrent que le meilleur moyen pour préserver ou solidifier le climat familial dépend, au plus haut point, de la manière avec laquelle les membres de la famille vont procéder : plus la démarche conduisant au partage des avoirs est juste et transparente, plus le résultat est psychologiquement acceptable pour tout le monde. En effet, un processus juste et transparent contribue à augmenter la satisfaction de tous et, fait non négligeable, stimule l’engagement des générations futures.

On est d’accord pour être en désaccord!
Vous trouverez dans le tableau de la page 64 les cinq étapes du mécanisme de décision sur les enjeux de justice et d’équité. Mais durant toute cette démarche, il est important que les membres de la famille s’entendent sur des règles de gouvernance, soit un code de conduite, à respecter.


Voici cinq règles importantes à établir avant de commencer l’exercice.

1- D’abord, chaque partie prenante doit faire preuve d’engagement tout au long du processus ou du moins lors de moments cruciaux. Cet engagement doit être motivé par le maintien du climat familial et ne doit pas être mécanique ou motivé par l’appât du gain… Sinon c’est voué à l’échec.

2- La transparence et l’exactitude concernant l’information clé est une autre caractéristique importante du processus décisionnel : chaque membre concerné par le transfert doit disposer de données exactes permettant de bien évaluer les enjeux. Mentionnons, à titre d’exemple, la valeur des actifs, les objectifs des parents, les besoins financiers des parties prenantes, etc. C’est aussi le moment pour les parents de mettre sur la table les règles non écrites, s’il y a lieu.

3- Le processus doit être marqué par la cohérence entre la parole et les actes ainsi qu’entre les valeurs et les décisions. Dans le contexte de transfert des avoirs, la concordance entre les volontés exprimées par les parents et leurs décisions finales aide à prévenir le sentiment d’injustice du genre « mon frère a tout eu et ce n’est pas ce qui était prévu! ». La cohérence inclut aussi la représentativité des membres à chaque étape : qui est légitimé à participer, à faire valoir son point de vue (parents, enfants, famille élargie, etc.)?

4- Les discussions doivent être marquées par une certaine éthique, c’est-à-dire des façons de faire les entourant, tels le respect entre les personnes, le respect du droit de parole, l’application du principe « on est d’accord qu’on puisse être en désaccord », la consignation écrite des décisions importantes, etc.

5- On devrait aussi faire preuve de souplesse sachant que les choix peuvent être modifiés en fonction de toutes sortes de facteurs comme le changement de situations personnelles, familiales, sociales, économiques. Quoi qu’il en soit, les justifications des choix définitifs devraient être connues de tous.

Vous pouvez voir à la figure de la page 64 les cinq règles qui marquent tout le processus de décision ainsi que les valeurs qui doivent s’intégrer au processus.

Les partenaires de la ferme, appuyés par les conseillers, devraient être encouragés à établir leurs visions de l’équité, les règles qu’ils envisagent de suivre de même que les sous-entendus au regard des différents enjeux entourant le transfert de ferme. Tout comme le fait que les conseillers gagneraient beaucoup à recentrer les interventions professionnelles non pas sur le résultat, mais sur deux éléments : le processus de discussion entourant la question d’équité lors du transfert et le diagnostic du climat familial que nous avons traité dans l’article de l’édition d’avril.

Toutes les familles agricoles diront qu’elles sont prêtes à tout pour préserver la famille, sachant que pour réussir une omelette il faut bien casser quelques œufs!


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés