Du citron au miel en passant par le jasmin et le… chocolat, les plantes aromatiques exhalent leur fragrance au bonheur du promeneur et du jardinier.


Plus une fleur est belle, plus nous sommes portés à plonger le nez dans ses pétales et humer son parfum. Comment parler de jardin d’odeur sans penser au lilas, à la pivoine, à la rose? Et que dire de la mémoire olfactive, si puissante qu’une simple odeur nous transporte dans le temps et ravive des souvenirs vivaces.

Pour profiter pleinement de vos plantes parfumées, plantez-les près des chemins, à portée de main (et de nez), sous les fenêtres ou près de la terrasse. Les feuillages aromatiques exhaleront leur parfum sous l’action des rayons du soleil et du froissement par le vent alors que les fleurs dégageront un parfum perceptible à nos narines lorsque le temps est doux, humide, avec une brise légère. Un milieu protégé par une haie, une clôture ou un brise-vent est donc préférable pour bien en profiter.

Le parfum des fleurs varie aussi selon les périodes d’activités de leurs insectes pollinisateurs. Par exemple, certaines fleurs pollinisées par des insectes nocturnes, comme les nicotines et l’héliotrope, dégageront leur parfum la nuit.

Attention aux plantes qui dégagent des odeurs plutôt désagréables pour certaines personnes : certains genévriers rappellent parfois l’urine de chat, le rhododendron et les sureaux rappellent les médicaments et l’armoise, le camphre…

Plusieurs herbes et vivaces copient ou volent des odeurs et dégageront ainsi des arômes de
citronnelle (thym, géranium, basilic), de menthe (nepeta), de miel (buddleia, trèfle), de jasmin (lis royal, hosta, tubéreuse) ou même de chocolat (menthe, géranium, cosmos)!

Coup de cœur
Le thym serpolet supporte le piétinement et les conditions de sécheresse extrême en plein soleil. Sa place est donc tout indiquée dans la pelouse puisqu’il ne fait pas partie du garde-manger des vers blancs.

La menthe, de la même façon, parfume la pelouse et de plus, protégerait les rosiers des maladies. Envahissante, on prendra garde de l’implanter au bord des trottoirs, dans une chaudière sans le fond ou dans les endroits ombragés où la pelouse ne survit pas.

Le basilic ocimum se décline avec plus de 80 cultivars répartis parmi plus de 35 variétés et espèces tout aussi parfumées que décoratives, qu’on peut utiliser dans les plates-bandes d’annuelles. On le taille quelques fois au courant de l’été, on le hache et le congèle dans des cubes à glaçons. Il se conservera durant plusieurs mois dans des bacs hermétiques ou des sacs à congélation.


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés