La Coop fédérée et la Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ) ont mis sur pied le Fonds coopératif d’aide à la relève agricole. Un solide amalgame de ressources financières et de compétences de haut calibre qui contribuera activement à l’établissement des jeunes en agriculture et auquel s’est joint le Mouvement Desjardins. Le Fonds a été officiellement lancé à l’assemblée générale annuelle de La Coop fédérée en février dernier.

L’aspect financier est l’élément qui suscite le plus d’inquiétudes auprès de la majorité des jeunes de la relève agricole. Et c’est pourquoi il constitue le premier frein à l’enclenchement des démarches de transfert de ferme. C’est du moins ce qu’a révélé un sondage effectué au printemps 2007 par la FRAQ et La Coop fédérée, les deux organismes initiateurs du Fonds. « C’est sans doute ce qui explique qu’actuellement, les moins de 40 ans ne représentent que 15 % des agriculteurs », souligne Denis Richard, président de La Coop fédérée.

  Faits saillants du sondage réalisé par la FRAQ en 2007
En 2006, 33 % des producteurs agricoles du Québec avaient plus de 55 ans;s
Le groupe d’âge des moins de 40 ans ne représentait que 15 % des agriculteurs;
1100 jeunes doivent s’établir chaque année pour espérer maintenir 30 000 fermes au Québec, or on n’en compte actuellement que 700 par année, et ce, depuis plusieurs années;
 62 % des répondants au sondage ont indiqué que le manque
de financement est le premier frein à l’établissement.

Or, la relève et l’établissement en agriculture figurent parmi les principaux enjeux du secteur agricole des prochaines années. « Il est nécessaire qu’au bas mot 1100 jeunes s’établissent chaque année pour espérer maintenir un bastion de 30 000 fermes au Québec », fait savoir Benoit Martin, le président de la FRAQ. La réalité est tout autre. On n’en compterait annuellement que 700 qui choisiraient ce mode de vie, et cela, depuis plusieurs années. Un déficit de 400 jeunes, chaque année.

Selon les plus récentes données de Statistique Canada, le nombre de fermes québécoises a diminué de 36 % entre 1981 et 2006. Pas de doute, la relève agricole navigue en eaux troubles et il faut y remédier. Diverses mesures d’appui, issues d’organismes du milieu, ont contribué à ralentir la chute du nombre d’entreprises au cours des dernières années. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres.

La création du Fonds coopératif d’aide à la relève agricole arrive à point, mentionne Yves Mathieu, vice-président Marchés agricole et agroalimentaire au Mouvement des caisses Desjardins. Il s’inscrit, entre autres, dans trois des recommandations livrées récemment par la Commission Pronovost, à savoir la formation et le développement des compétences des jeunes, l’aide à l’établissement et les conseils professionnels. »

L’équipe coopérative
Si le réseau La Coop jouit d’une bonne réputation auprès des jeunes, ces derniers ont en revanche indiqué par la voie du sondage de 2007 qu’il pouvait faire mieux en matière d’aide à la relève et au transfert de ferme. « Il existait de grandes disparités dans les actions, souvent sporadiques et isolées, posées au sein du réseau La Coop, indique Claude Lafleur, chef de la direction de La Coop fédérée. Il était devenu impératif de les coordonner et de les développer afin d’en maximiser les résultats. »

« Mais il fallait faire preuve d’originalité pour ne pas dupliquer ce que, par exemple, les fédérations de producteurs ou encore La Financière agricole ont déjà mis en place, indique pour sa part Denis Richard. Le soutien financier du Fonds coopératif d’aide à la relève agricole s’orchestre donc en complémentarité avec les différentes offres que l’on retrouve sur le marché. Nous croyons fermement en la richesse du modèle d’affaires coopératif et la mise sur pied de ce Fonds permettra d’en faire bénéficier les jeunes. »

« La Coop fédérée et Desjardins ont toujours soutenu les activités des groupes de la relève un peu partout en région, fait remarquer Benoit Martin. La création de ce Fonds est un grand pas en avant qui contribuera largement à l’établissement. »

Les principaux objectifs du Fonds coopératif d’aide à la relève sont de faire la promotion de la coopération, d’offrir un support financier à la relève, de partager les résultats financiers du réseau La Coop d’une manière innovatrice et de développer les compétences de la relève.

Pour les atteindre, le Fonds s’appuie sur sept volets distincts. Précisons que l’obtention d’un soutien financier requiert, au préalable, le respect de critères d’admissibilité (voir l'encadré dessous).

Volet Support financier
Si un candidat achète en une année pour 50 000 $ d’intrants admissibles à sa coopérative et qu’il possède 30 % des parts d’une entreprise agricole, il aura droit à une contribution financière de 1500 $ (10 % de 15 000 $). Ainsi, 750 $ proviendront de la coopérative participante et 750 $ du Fonds coopératif d’aide à la relève agricole.

Support financier La Coop
Le Fonds coopératif d’aide à la relève agricole propose une aide financière à la relève d’une durée maximale de trois ans, non renouvelable. Ainsi, le volet Support financier permettra aux jeunes de toucher un escompte spécial relève de 10 %. L’escompte sera obtenu sur la valeur des achats d’intrants admissibles (productions animales, productions végétales et quincaillerie), proportionnels à la participation du candidat dans l’entreprise, et jusqu’à concurrence de 5000 $ par année par entreprise agricole. Le versement de l’escompte sera partagé également entre la coopérative locale et le Fonds coopératif (voir l'encadré Volet Support financier).

Support professionnel La Coop
Ce volet donne le droit à un programme d’aide auquel participent La Coop fédérée et le réseau des coopératives affiliées. Il assure aux candidats l’accès à un psychologue, un conseiller juridique ou un conseiller administratif.

Produits pétroliers Sonic
Voilà une autre occasion pour un jeune de la relève d’obtenir du soutien financier. En effet, ce volet permet au candidat admis de toucher un escompte de 2 cents le litre sur les achats de diesel coloré et de propane réalisés à la ferme au cours d’une année. Et ce, jusqu’à un plafond de 400 $ par produit ou un total n’excédant pas 700 $ en additionnant les deux escomptes.

EnvironnemenLa Coop
Ce volet n’entrera pas en vigueur au cours de la première année d’activité du Fonds. « On prévoit l’associer à un organisme environnemental reconnu, indique Denis Richard. Les jeunes pourront présenter un projet contribuant à réduire l’impact des activités de leur ferme sur l’environnement et obtenir pour cela du soutien financier. »

  Critères d’admissibilité au Fonds coopératif d’aide à la relève agricole
Être résident du Québec ou de l’Ontario;
Être membre d’une coopérative locale, de la Fédération de la relève agricole du Québec et d’une caisse affiliée à la Fédération des caisses Desjardins du Québec;
Être âgé entre 16 et 35 ans lors de l’inscription (dans le cadre du volet Support financier La Coop) et entre 18 et 40 ans (dans le cadre du volet Aide à l’établissement Desjardins);
Effectuer ses achats d’intrants majoritairement à la coopérative locale;
Posséder au moins 20 % des actions d’une entreprise agricole;
Détenir un diplôme d’études en agriculture (DEP, DEC, baccalauréat) ou une formation équivalente;
Tirer sa principale source de revenus de l’entreprise agricole et y consacrer la majorité de son temps;
S’engager à développer ses compétences professionnelles.

Développement des compétences
Selon des données tirées du rapport Pronovost, la relève agricole québécoise est, parmi les aspirants agriculteurs canadiens, la moins diplômée au pays. « La FRAQ a toujours fait la promotion de la formation auprès de ses membres, fait savoir Benoit Martin. En agriculture, les marges bénéficiaires sont de plus en plus serrées. Qu’ils soient plus efficaces en sachant mieux gérer leur entreprise permettra aux jeunes de tirer leur épingle du jeu. Pour faire mieux que la génération précédente, il faut posséder de meilleures connaissances. »

La Coop fédérée, la FRAQ et le Mouvement Desjardins ont donc jugé important d’assujettir l’obtention du soutien financier à de la formation. C’est pourquoi un volet Développement des compétences a été mis sur pied. Pour toute la durée de l’aide accordée, les candidats devront s’engager à développer leurs compétences professionnelles, selon leurs besoins et intérêts, grâce aux formations reconnues par le conseil d’administration du Fonds.

« Les formations ont été sélectionnées parmi celles figurant au programme offert aux élus du réseau La Coop et celles que propose Desjardins, précise Claude Lafleur. Cette façon de faire nous permet, dans l’éventualité où le jeune déciderait de devenir administrateur d’une coopérative, de reconnaître les crédits de formation accumulés dans le cadre du Fonds. Les formations offertes par Desjardins seront également créditées. » Les cours toucheront trois thématiques soit les connaissances agronomiques, la gestion financière et la coopération. Le jeune devra également s’engager à participer à la vie associative de sa coopérative.

Benoit Martin, président de la FRAQ : « La FRAQ a toujours fait la promotion de la formation auprès de ses membres. En agriculture, les marges bénéficiaires sont de plus en plus serrées. Qu’ils soient plus efficaces en sachant mieux gérer leur entreprise permettra aux jeunes de tirer leur épingle du jeu... »

Aide à l’établissement Desjardins
Ce volet comporte une aide financière annuelle de 50 000 $ que versera au Fonds le Mouvement Desjardins. Cette somme sera distribuée chaque année à six jeunes producteurs ayant démontré des qualités d’entrepreneurs et de visionnaires, à raison de 8333 $ par producteur. Les candidats devront l’utiliser annuellement sous forme de réduction de paiement de capital.

Mentorat Desjardins
Avec ce septième et dernier volet, Desjardins, par l’entremise du Groupement des chefs d’entreprises du Québec, versera une somme de 3000 $, répartis sur trois ans, aux six récipiendaires de l’Aide à l’établissement. Les jeunes pourront bénéficier du savoir-faire de leaders reconnus bien au-delà du secteur agricole. Il s’agit d’un réseau d’entraide composé de 1200 chefs et aspirants-chefs de PME.

« Grâce à ses différents volets, le Fonds favorisera de meilleurs réflexes de gestion, suscitera l’intérêt pour l’innovation, valorisera le métier d’agriculteur et mettra de l’avant les valeurs coopératives, mobilisatrices du développement économique des régions », exprime Yves Mathieu.

Pour ces deux derniers volets, la période de mise en candidature s’étend du 1er septembre au 30 novembre 2008.

L’arrivée de Desjardins au Fonds coopératif d’aide à la relève a été soulignée lors d’une conférence de presse le 2 juillet dernier à Québec.


L’heure des comptes
S’il remplit tous les critères d’admissibilité du Fonds, un jeune de la relève pourra toucher au total, en fonction de ses achats à sa coopérative, jusqu’à 28 433 $ pour trois ans. De cette somme, 7500 $ proviendront de sa coopérative locale, 7500 $ de La Coop fédérée, 2100 $ du Secteur des pétroles Sonic et 11 333 $ du Mouvement des caisses Desjardins.

Comment le Fonds sera-t-il alimenté? Essentiellement par des contributions récurrentes de La Coop fédérée, des coopératives agricoles membres du réseau et du Mouvement Desjardins. Le réseau La Coop fournira au Fonds 4,5 millions $ au cours des cinq premières années. Desjardins y versera pour sa part 260 000 $ pour trois ans.


Le Fonds, qui est doté d’un statut permanent, sera géré par un conseil d’administration composé de cinq personnes : Normand Marcil, administrateur à La Coop fédérée; Gaétan Roger, du comité consultatif des directeurs généraux des coopératives affiliées; Stéphanie Hamelin, du Mouvement Desjardins; Benoit Martin, président de la FRAQ et Jean-François Harel, secrétaire du conseil et premier responsable des communications à La Coop fédérée.

Bien sûr, tous les jeunes de la relève qui satisferont aux critères d’admissibilité ne pourront obtenir de l’aide dès la première année. Le choix des candidats sera géré par les coopératives locales et Desjardins pour les volets Aide à l’établissement et Mentorat. Mais ils peuvent être assurés qu’ils pourront en définitive en bénéficier.

« À La Coop fédérée, nous sommes fiers de venir en aide, par la création du Fonds, à ces jeunes qui portent l’avenir de l’agriculture du Québec dans leur projet d’établissement », exprime Claude Lafleur.

« Le Fonds coopératif est une belle preuve que lorsqu’on travaille tous ensemble, cela peut donner d’excellents résultats… », conclut Denis Richard.

Pour obtenir plus d'informations ou pour présenter une demande, contacter votre coopérative locale ou votre directeur de comptes agricoles du réseau Desjardins.

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés