Dans les hauteurs de la municipalité du Bic se trouve la ferme laitière La petite suisse. De ce promontoire, le point de vue est fantastique sur l’estuaire du Saint-Laurent et l’arrière-pays. Ernest Mosimann et Patricia Maegerli ont acheté la ferme, en 1994, en sachant qu’en posant ce geste, ils allaient devoir amorcer une ère de grands travaux. Avec une capacité de 24 vaches seulement, la ferme ne permettait pas de vivre décemment de l’agriculture. Il fallait agrandir les installations et en construire de nouvelles.


De gauche à droite : Patricia Maegerli; Ernest Mosimann; Pierre-Luc, fils du couple Mosimann et Maegerli, René Bélanger de Vicwest et Lucien Landry, employé à La Coop Purdel.

En 1997, on commence donc les travaux. On bâtit d’abord une porcherie pouvant accueillir 1000 porcs en engraissement. « Les travaux de construction ont pris neuf semaines et ont été donnés à forfait, relate M. Mosimann. Nous achetions les matériaux et l’entrepreneur bâtissait avec ce que nous lui fournissions. » Le tout a coûté 325 000 $ pour un bâtiment de 15 mètres sur 61 (48 pieds sur 200).

Deux ans plus tard, en mai 1999, les producteurs entreprennent d’agrandir l’étable et de rénover la partie existante. Mais cette fois-ci, ils s’y prennent autrement afin de réduire les frais. « Unentrepreneur a été engagé pour faire la fondation, la tôle et la finition intérieure, affirme M. Mosimann. J’ai monté moi-même la structure, aidé par notre garçon Alexandre et le voisin. » Coût final : 250 000 $ pour un édifice d’une dimension de 27 mètres sur 34. M. Mosimann estime avoir économisé plus de 100 000 $ en participant ainsi aux travaux.

La structure de la porcherie est faite de bois et celle de l’étable, de métal et de bois. « Nous avons choisi ce qui était le meilleur marché à l’époque », relate M. Mosimann.

Aujourd’hui, la ferme est très diversifiée. Elle compte 75 vaches en lactation (150 au total avec la relève), 750 porcs en engraissement, 130 brebis et 200 hectares en culture dont le maïs ensilage, le blé, l’orge, le foin, la luzerne, le mil et le brome.

Parmi les particularités des deux nouveaux bâtiments, il y a la ventilation naturelle. « La porcherie a été la première de la région à être dotée de ce type de ventilation », affirme M. Mosimann. Bien sûr, cela se traduit par des économies d’énergie importantes en chauffage, climatisation et ventilation que nos agriculteurs ne sont toutefois pas en mesure de chiffrer. De plus, « il n’y a pas de bruit de ventilateur, ce qui est moins stressant pour les animaux et pour les ouvriers », signale Patricia Maegerli.

Les deux bâtiments disposent aussi de toits cathédrale afin de permettre une meilleure évacuation de l’air.

Dans la porcherie, M. Mosimann a réglé un problème d’éclairage (les ampoules devaient être changées à une trop grande fréquence) par l’installation d’ampoules fluocompactes, plus durables, plus résistantes et moins énergivores.

Au fil des années, des améliorations ont été apportées aux bâtiments. Les plus importantes se sont toutefois faites l’an dernier. M. Mosimann et Mme Maegerli ont alors modernisé le système d’alimentation de l’étable. « Nous avons installé une ration totale mélangée (RTM) avec convoyeur soigneur automatisé », affirme M. Mosimann.

Le système de traite des vaches a aussi été remplacé. Les producteurs se sont équipés de cinq unités de traite automatisée qui se déplacent sur rail de stalle en stalle. Chaque unité permet de traire deux vaches à la fois. Une économie appréciable de temps.

D’autres projets figurent sur la planche à dessin des agriculteurs. « Cet automne, nous prévoyons construire un hangar afin d’y entreposer des balles de foin, mentionne M. Mosimann. Le bâtiment, d’une dimension de 12 mètres sur 23, sera construit sur une vieille fondation. »

Plusieurs des matériaux ont été fournis par le Centre de rénovation des Îles, de La Coop Purdel, située au Bic. « Nous avons fourni la tôle, l’isolation, toute la quincaillerie [ex. : clous et vis] et une partie du bois », se rappelle Lucien Landry, employé à la coopérative et responsable de la quincaillerie à l’époque.

Les revêtements intérieur et extérieur des deux bâtiments proviennent de l'entreprise Vicwest. À l’intérieur, des panneaux de PVC blancs Ag-Tuf ont été installés à la grandeur (murs et plafond). Il y a plusieurs bonnes raisons à cela. « Il s’agit d’une solution de revêtement économique offrant un bon rapport qualité-prix, dit René Bélanger, représentant de Vicwest. Le produit, homologué par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), se nettoie bien, car il est antistatique et ne pourrit pas. Les panneaux résistent à la corrosion et s’ils sont posés avec des vis en acier inoxydable, aucune rouille n’apparaîtra à leur surface. » Comme autres avantages, les panneaux Ag-Tuf exigent peu d'entretien, sont légers, résistent bien aux changements de température et à la contamination. De plus, ils ne craquent pas, ne se déforment pas et ne propagent pas le feu.

À l’extérieur, l’UltraVic galvanisé a été choisi pour la toiture de la porcherie et l’UltraVic blanc et rouge pour les pignons et les murs. En ce qui a trait à l’étable, on a opté pour l’UltraVic rouge vif sur la toiture tandis que le blanc pur a été installé sur les murs.

« La tôle UltraVic est durable et possède une résistance supérieure à la charge de neige, affirme M. Bélanger. Depuis février 2008, Vicwest a changé de système de peinture pour tous ses revêtements d’acier. La nouvelle peinture, d'excellente qualité, fait en sorte que Vicwest peut offrir une garantie accrue. Elle est maintenant de 40 ans. »

M. Mosimann est très satisfait des produits Vicwest et pense d’ailleurs à utiliser à nouveau l’UltraVic pour recouvrir son futur hangar. Sa seule réticence : l’augmentation du coût de matériau, un problème pour lequel M. Bélanger avoue être impuissant. « Nous devons augmenter nos prix à cause de la hausse constante du prix des métaux, de celle du carburant et celle de la transformation des métaux. »

Réalité incontournable, l’augmentation du coût de la vie touche tout le monde, y compris, et peut-être surtout, les agriculteurs. Mais la vie continue et nos fermiers bicois restent optimistes.

Les revêtements intérieur et extérieur, tant pour l'étable que pour la porcherie, sont des produits Vicwest. Les panneaux Ag-Tuf, installés sur les murs intérieurs et le plafond, ont l'avantage de bien se nettoyer, de ne pas pourrir et d'être à l'épreuve de la corrosion. À l'extérieur, la tôle UltraVic estdurable et résiste à la charge de neige.

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés