Jardiner à l’automne, c’est bien plus que « fermer » le terrain à l’Action de grâce et les couleurs ne sont pas que l’apanage des érables et autres feuillus flamboyants…


Pendant qu’on pense à envelopper les arbustes et conifères fragiles puis qu’on rabat les vivaces estivales, plusieurs variétés de vivaces ou d’annuelles continuent d’égayer les plates-bandes du jardinier prévoyant. Certaines réservent même l’exclusivité de leur floraison aux dernières semaines automnales.

Nous sommes frileux au Québec quand il s’agit de fleurir nos automnes. Aux États-Unis, ce marché accapare pourtant le quart des ventes de fleurs!

Il est vrai qu’en jardinerie, au printemps, les fleurs d’automne ne paient pas de mine, mais le choix ne manque pas et elles valent amplement d’être ramenées à la maison.

Les chrysanthèmes d’automne (Chrysanthemum x rubellum) sont rustiques en zone 3. Elles atteignent entre 40 cm et 1 m et s’affichent en rose, vieux rose, jaune, abricot, blanc ou rouge. Leur culture est facile au soleil ou à la mi-ombre, dans un sol riche et humide. La floraison dure de la fin d’août jusqu’à la fin de l’automne.

L’orpin (Sedum spectabile) est une vivace grasse rustique en zone 3 qui s’élève de 40 à 60 cm et dont la floraison s’étend d’août à octobre. De culture aisée, l’orpin préfère le plein soleil dans un sol neutre et bien drainé.

Les asters (Aster novae-angliae et Aster novi-belgii) sont rustiques en zone 4, de 40 cm à 1 m de hauteur et fleurissent de septembre jusqu’aux gelées. Leur floraison violette ou rose sera d’autant plus abondante qu’on aura prévu de rabattre les plants de moitié en juin. Leur culture est facile en plein soleil dans un sol riche, neutre et bien drainé.

Plus de 70 espèces d’annuelles et de vivaces sont regroupées sous la dénomination Helianthus tels le tournesol, l’hélianthe, la gaillarde et le topinambour. Leur floraison s’étale de juillet à octobre selon les espèces et cultivars. Les plantes de cette catégorie atteignent de 40 cm à 2,5 m et sont aisées de culture en plein soleil dans un sol profond, riche, bien drainé à sec.

Je m’en voudrais de passer outre d’autres vedettes de l’automne comme le cierge d'argent (Actaea simplex « Hillside Black Beauty »), l’hélénie d'automne Heliopsis helianthoides « Summer Sun », les graminées telles que Miscanthus sinensis « Berlin », la rudbeckie « Goldsturm », l'échinacée « Fragrant Angel », les népatas, les anémones japonaises et les roses trémières. Et que dire des bulbes à floraison automnale comme les colchiques. La plupart de ces plantes sont rustiques dans les zones 3, 4 ou 5.

Coup de cœur
La plante de l’année des Mérites horticoles 2008 du Jardin botanique de Montréal et une des Exceptionnelles 2008, le Pennisetum « Prince », une graminée annuelle au feuillage pourpre présentée par le Jardin Daniel A. Séguin de l’ITA de Saint-Hyacinthe, qui atteint 1,8 m de hauteur sur 1 m de largeur. Les Exceptionnelles sont choisies par le public dans les jardins de démonstration de l’ITA.
Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés