Comme bien des agricultrices siégeant au bureau de direction de leur coopérative, Marlène Thibodeau a fait son entrée après le refus de son conjoint de remplacer l’administrateur sortant.

Ce bon vieux réflexe de penser d’abord aux candidats masculins pour siéger au conseil d’administration d’une coopérative agricole est encore bien présent. La preuve : sur les 492 élus au sein de l’ensemble des coopératives agricoles, 47 sont des femmes. Une proportion qui ne bouge pas beaucoup depuis les derniers dix ans… « Ce n’est pas juste une question de confiance en soi, souligne Marlène Thibodeau. Plusieurs femmes sont maintenant obligées de travailler à l’extérieur pour permettre une seconde source de revenus à l’entreprise. Et puis, il y a la maisonnée qu’il faut apprendre à gérer autrement. Sur ce point, poursuit l’agricultrice, disons qu’il ne faut pas être trop perfectionniste dans nos attentes… »

Élue administratrice de Groupe Dynaco en février 1998, cette agricultrice de Saint-Pamphile fera également partie du comité exécutif dès l’année suivante à titre de quatrième membre. Elle siège également à deux comités, soit ceux de vérification et de vie coopérative. « La vie coopérative me passionne, commente Marlène. C’est dans ma nature d’encourager la relève à la coopération, ainsi que la proximité avec nos membres, les propriétaires de la coopérative. »

Le travail à faire lui plaît et les efforts en valent la peine. « Ici en région, le réseau coopératif représente une force économique importante qu’il faut maintenir en vie. » Pour cette agricultrice, l’engagement au sein des organisations fait partie de la profession. Une façon pour elle de redonner à l’agriculture ses lettres de noblesse. Elle assume également la vice-présidence du syndicat des agricultrices de sa région, la présidence du gala reconnaissance de la Côte-Sud ainsi que le secrétariat de la société d’agriculture du comté de L’Islet. « Je m’investis activement dans tout ce que j’entreprends, poursuit Marlène et je le fais avec beaucoup de fierté… »

Du cœur à l’ouvrage qui se manifeste autant à l’étable lorsqu’elle fait la traite ou encore à son bureau lorsqu’elle fait le suivi de la comptabilité. L’entreprise Ferme Pamphily, qu’elle gère avec son conjoint, possède un troupeau de race pure de 85 vaches dont 44 en lactation. Depuis 2000, des stagiaires en provenance d’Europe y passent tout l’été. « C’est notre façon de montrer ce qui se vit au Québec sur une ferme familiale », tiendra-t-elle à préciser.


Se former

Le réseau des coopératives offre tout un programme de formation pour les membres ainsi que les élus des différentes coopératives. « C’est très aidant et motivant d’avoir accès à toutes ces connaissances, estime Marlène. Cette formation nous donne des outils pour mieux fonctionner au sein du conseil d’administration et aussi pour notre propre entreprise. » L’analyse financière, les communications et les relations publiques, les réunions efficaces, le commerce international et les défis de la coopération au 21e siècle font partie des sujets abordés. Au fil des crédits, quatre étapes peuvent être franchies, la dernière étant celle du commandeur de niveau 3. L’administratrice du groupe Dynaco est d’ailleurs en voie d’être promue au titre de commandeur de niveau 2.

Mère de 4 enfants âgés de 15 à 24 ans et grand-maman du petit Xavier, Marlène Thibodeau souhaite éventuellement pouvoir se donner un peu plus de temps pour elle-même et espère bien voir sa relève assurée, celle de la ferme bien sûr, mais aussi celle du conseil d’administration de sa coopérative!

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés