Depuis 40 ans, les lignées génétiques avicoles colorées sont produites en France afin de satisfaire une demande grandissante, aujourd’hui mondiale.

Qui n’a jamais entendu parler du fameux Label Rouge, ce poulet à valeur ajoutée qui a fait ses débuts en 1965? Les années ont passé et la demande pour un poulet à croissance lente avec des caractéristiques proches des volailles traditionnelles ne fait qu’augmenter.

Dès 1967, on réglemente l’étiquetage afin que seul le Label puisse porter les mentions valorisantes qui le distingueront des volailles standards. La production de poulet Label se situe à près de 80 millions à la fin des années 90. En Angleterre, au début de l’année 2008 (comparativement à janvier 2007), on a pu assister à une augmentation de 35 % des ventes de poulets élevés sur parcours (free-range), et ce, en raison de l’effet d’une série de documentaires concernant le bien-être des animaux. Les habitudes alimentaires de cette nation sont en pleines transitions et les producteurs ne suffisent plus à la demande.

Pour ce qui est du Label, les consommateurs apprécient la texture de la viande, sa saveur plus prononcée et sa faible teneur en graisse. La couleur de la peau et même des plumes, dans certains cas, entrent dans les critères de sélection. Plusieurs spécificités doivent être respectées afin d’obtenir la certification Label Rouge, dont un accès à l’extérieur et une durée d’élevage de 81 jours, durée qui n’a jamais été changée.



On retrouve deux types de génétique colorée, la croissance lente (pour la production de poulet Label) et la croissance différenciée, pour la production de poulets certifiés et organiques, deux autres appellations contrôlées. Pour l’obtention de poulets à croissance rapide (moins de 48 jours environ), on utilise la génétique conventionnelle ou dite standard (Cobb, Ross, Hubbard).

Le poulet de race Redbro, qui a fait ses débuts au Québec il y a plus de 10 ans, fait partie du groupe à croissance différenciée. C'est-à-dire qu’il a une croissance plus lente que le poulet standard, mais plus rapide que les races utilisées pour le Label. Quelques fermes de reproducteurs de La Coop fédérée fournissent depuis huit ans le Couvoir provincial en œufs de poulets Redbro. Les poussins et les œufs font alors beaucoup de chemin afin de rejoindre les clients de New York, Toronto et même Vancouver. Les marchés ciblés par ces clients sont ceux de la volaille vendue vivante ou abattue entière. Les Asiatiques sont friands de ce type de poulet à peau jaune et sa réputation n’est plus à faire.



Les caractéristiques du Redbro font de lui un poulet qui se démarque des autres. Avec sa génétique rustique, il est plus résistant aux stress de toutes sortes (température, état sanitaire de l’environnement, transport…). Sa croissance lente lui donne une bonne conformation, une ossature et une tenue sur patte forte. Il est donc moins sensible aux problèmes locomoteurs. On observe aussi un excellent développement du système immunitaire, ce qui le rend plus résistant aux maladies et, de ce fait, obtient une bonne note du côté viabilité. Sur le plan de l’abattage, le Redbro a une uniformité des carcasses adéquate et il y a moins de condamnations. Il est de conformation plus allongée et la teneur en gras abdominal est plus faible que celle d’un poulet standard. La peau, plutôt jaune (comme le bec et les pattes), présente une plus grande résistance. La chair est plus foncée et d’un goût différentiable.

Tous ces paramètres font du Redbro un poulet différent parfaitement adapté à l’élevage en liberté et sans antibiotique. Les termes poulet fermier et d’appellation contrôlée (régional) prennent alors tous leurs sens avec l’utilisation de cette génétique rustique.

Cet animal curieux et actif saura se distinguer dans votre assiette autant qu’à la ferme.

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés