Depuis le 18 octobre dernier, le milieu agricole de la Côte-Nord est en liesse. On y célèbre tout particulièrement Ghislaine Morin, copropriétaire de la ferme de la Colline et fils inc., détentrice du prestigieux titre del’Agricultrice de l’année 2008.

Bien qu’encouragée par la fédération de l’UPA de la Rive-Nord à soumettre son dossier au concours, l’agricultrice de Sacré-Cœur, petit village de 2000 âmes situé à quelques dizaines de kilomètres au nord de Tadoussac sur la Haute-Côte-Nord, y a longuement réfléchi avant de dire oui. Cette battante s’est rendue à l’évidence qu’elle ne pouvait refuser une tribune lui permettant de faire connaître davantage son coin de pays et a accepté le défi.

« Je ne m’attendais tellement pas à cette reconnaissance, relate humblement la productrice laitière. Dans ma tête, ce titre était bon pour les agricultrices du centre ou du sud du Québec. Je peux vous dire par contre que depuis que j’ai remporté ce prix, je sens que la Côte-Nord n’est plus un monde à part. Elle existe bel et bien aux yeux des gens que je rencontre. »

S’impliquer pour être connue et reconnue
Depuis plus de 20 ans, Ghislaine Morin est active dans divers comités ayant tous comme objectifs de faire avancer l’agriculture sur la Côte-Nord. « En 1983, après avoir élevé mes 8 enfants, je ressentais le besoin de sortir de la ferme, de m’impliquer et de brasser les choses. On en retire beaucoup à partager avec les autres. C’est avec différents points de vue qu’on arrive à faire de grandes choses. »

Elle amorce donc sa carrière de militante en devenant administratrice à sa société d’agriculture pour ensuite y occuper la présidence de 1991 à 1996. Mais c’est réellement à titre de présidente de l’UPA de la Côte-Nord, de 1991 à 2006, que Ghislaine Morin a le sentiment d’avoir laissé sa trace dans le patrimoine agricole local. Usant de leadership et d’arguments étoffés, c’est en grande partie grâce à cette dernière si aujourd’hui on y cultive entre autres le bleuet.

« Je suis fière de toute ma carrière, mais il y a deux projets pour lesquels j’ai travaillé fort et qui me tiennent à cœur : la reconnaissance du territoire agricole sur la Côte-Nord et le projet d’irrigation des bleuetières », explique-t-elle avec passion. En effet, après cinq ans de négociations, madame la présidente convainc le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRN) de modifier le zonage des terrains destinés à la forêt au profit de l’agriculture. « Je leur ai démontré que la production de bleuets serait plus payante à long terme que l’exploitation de la forêt. Ce n’est pas facile d’être une femme dans un monde d’homme et faire valoir son point. Mais je pense que nous les femmes ont voit les choses d’un autre œil, on remarque les petits détails qui font une grande différence. Mon mari, Paul-Étienne Deschênes, dit que je mets la cerise sur le gâteau. »

Son pari tient plus que jamais la route. À ce jour, sur la grande Côte-Nord, on dénombre non seulement 30 bleuetières, mais également d’autres productions de petits fruits comme la canneberge, ainsi que des cultures en émergence, soit l’amélanchier, l’argousier et la chicouté.

Peu après ce succès retentissant et toujours dans le même désir de voir fleurir de nouveaux débouchés agricoles dans sa région, elle accepte de chapeauter un comité de recherche pour l’irrigation des petits fruits. Elle obtient alors un budget de 300 000 $ sur 3 ans pour l’irrigation de bleuetières. Au dire de Ghislaine Morin, les bleuets provenant du territoire côtier, au nord du fleuve Saint-Laurent, seront bientôt reconnus au même titre que ceux du Lac-Saint-Jean. Le climat froid permet d’y cueillir des fruits sucrés de grande qualité ayant surtout une teneur en antioxydant plus élevée que la moyenne.

Ferme de la Colline et fils inc.

ACTIONNAIRES
Paul-Étienne Deschênes, Ghislaine Morin, Robin Deschênes, Sylvie Hovington

TROUPEAU AYRSHIRE
55 têtes, dont 45 vaches en lactation
Quota : 23,07 kg/jour

CULTURES
Superficie totale de la ferme : 340 hectares
Superficie orgée : 4 hectares
Superficie canola : 20 hectares
Superficie prairie : 104 hectares


Une agriculture bien vivante
Depuis 1964, l’agricultrice de l’année exploite avec son mari une ferme laitière composée d’un troupeau Ayrshire de race pure. Le relief accidenté du paysage a grandement influencé leur décision du choix de la race, la Holstein étant trop lourde pour grimper les collines. « Chez nous, on dit qu’on préfère regarder la télé en couleur », lance-t-elle en riant. Pour rien au monde, elle ne déménagerait dans une autre région. Elle crie haut et fort à qui veut l’entendre qu’on peut vivre de l’agriculture sur la Côte-Nord.

Cela dit, elle reconnaît qu’être producteur agricole loin des grands centres comprend des inconvénients. Cependant, elle croit que cela développe le côté débrouillard et solidaire des résidents. « C’est vrai, les intrants sont loin de chez nous, on n’a pas accès à autant de spécialistes, on reçoit nos recettes par fax au lieu d’avoir un représentant qui nous visite, mais on contourne le problème en se regroupant et en s’entraidant. » Les fermes laitières et bovines du coin s’unissent et achètent toutes à La Coop Agrivoix, à La Malbaie. De cette façon, ils arrivent à réduire les coûts.

Nouveau cheval de bataille
À la question « quel sera votre prochain cheval de bataille », Ghislaine Morin répond qu’elle est maintenant à la retraite et qu’elle se repose. Elle s’empresse toutefois d’ajouter : « Si un projet pour promouvoir l’agriculture de la Côte-Nord se dessine, je serai une des premières à en parler c’est sûr. Je compte bien me servir de mon nouveau titre. »

Soyez assuré que nous entendrons encore parler de l’Agricultrice de l’année 2008. Elle confie avec une nouvelle étincelle dans la voix chérir un rêve depuis très longtemps. « J’aimerais beaucoup participer à un comité qui parle de l’avenir de l’agriculture sur la Côte-Nord. Être parmi un des décideurs pour la relève, pourquoi pas! » Le message est lancé.
 
Ghislaine Morin et Sylvie Hovington. La ferme de la Colline a été la première entreprise agricole de la Côte-Nord à pratiquer le contrôle laitier, à utiliser l’insémination artificielle, à enregistrer leurs animaux, à avoir installé un pipeline de lait et à produire du canola.


20 ans de passion et d’action

  Titre Réalisations
1983-1991 Administratrice à la Société d’agriculture  
1991-1996 Présidente de la Société d’agriculture Salon agroalimentaire de Sacré-Cœur
1991-2006 Présidente de l’UPA Côte-Nord Reconnaissance du territoire agricole
Rivière Saint-Athanase
Implantation de bleuetières
Projet d’irrigation
Sauvegarde du bureau du MAPAQ à Bergeronnes
Projet CÔTE-NORD : projet de R&D pour la culture de la chicouté en Basse-Côte-Nord
2003-aujourd’hui Présidente du Fonds d’investissement pour
l’entrepreneurship au féminin (FIEF) Côte-Nord
Octroie de prêts aux femmes entrepreneures de la région
1999- aujourd’hui Trésorière du Club agroenvironnement Côte-Nord  



Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés