Encore peu répandue au Québec, la valorisation résidentielle ou home staging vise à rendre une propriété attrayante pour une large proportion d’éventuelsacheteurs avant de la mettre en vente. Or, à ce rayon, les conseils d’un professionnel peuvent s’avérer très rentables : selon des études réalisées aux États-Unis – où cette pratique existe depuis une trentaine d’années –, les maisons mises en valeur se vendraient deux fois plus vite et jusqu’à 10 % plus cher!


« L’objectif consiste à créer un coup de cœur chez les acheteurs potentiels », explique Émilie St-Hilaire, designer d’intérieur au Centre de décoration Inov de La Coop des deux rives à Saint-Prime, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Comme le choix d’une maison est souvent affaire d’émotion, ce sont parfois les plus petits détails qui font toute la différence. Sans tenter de dissimuler les défauts, on met l’accent sur les points forts de la propriété, souligne-t-elle. « Le but est de créer le maximum d’impact au moindre coût possible. »

Combien devrait-on investir dans le home staging? « Pas plus que 1 % de la valeur marchande de la maison ou un maximum d’un dollar du pied carré, répond la designer qui compte plusieurs projets du genre à son actif. Pour une maison de 186 m2 (2000 pi2), par exemple, cela représente une dépense de 1000 $ à 2000 $, main-d’œuvre comprise. » Ce montant inclut également les honoraires de la designer qui sont déduits des achats faits à la boutique Inov.
 
Émilie St-Hilaire

Bien que la location de meubles et d’accessoires soit parfois nécessaire, Émilie St-Hilaire essaie de travailler le plus possible avec le mobilier du client. « Mais la plupart du temps, confie-t-elle, on enlève plus qu’on ajoute, parce que les gens ont tendance à surcharger. »

Les principes de base

C’est pourquoi la première règle en valorisation résidentielle consiste à désencombrer, c’est-à-dire retirer les meubles et les objets superflus qui font paraître les pièces plus petites qu’elles ne le sont en réalité. Un autre principe fondamental est de dépersonnaliser pour que l’acheteur puisse plus facilement s’imaginer vivre dans la maison. On enlève donc les photos de famille et les items qui reflètent trop les goûts particuliers du propriétaire, puis on les remplace par des objets décoratifs plus neutres. « La résidence doit avoir l’air d’une maison modèle », recommande Émilie St-Hilaire.

Les conseils d’un spécialiste seront également très utiles pour disposer efficacement les meubles et harmoniser le décor. « Il faut miser sur un style et des couleurs qui plairont à un large public », précise la designer. Et il va sans dire que la propriété doit être d’une propreté impeccable, à l’extérieur comme à l’intérieur. « Même si elle n’est pas neuve, la maison ne doit en aucun cas paraître défraîchie », ajoute-t-elle.

Une visite d’une heure suffira habituellement à cette professionnelle de la décoration pour pouvoir faire ses recommandations de mise en valeur de la maison. Une fois que le client aura réalisé les travaux recommandés (nettoyage, rangement, peinture, réparations mineures, entreposage-location de meubles, etc.), la designer consacrera environ six heures à la disposition des meubles et à la création d’une ambiance accueillante pour les visiteurs.

« Les acheteurs préfèrent généralement une maison clé en main, rappelle-t-elle. Ils ne veulent pas rénover : ils veulent occuper. » Autant donc mettre toutes les chances de son côté en donnant une cure de beauté à sa propriété!


Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés