Annette Jacques est une femme passionnée jusqu’au bout de ses doigts qu’elle tient occupés pratiquement tout le temps. Que ce soit pour tricoter une layette, tisser une couverture ou encore baratter le miel, elle y met le même coeur et le même désir d’accomplissement.



Que d’énergie cette Annette! Pas une phrase ne se dit sans faire allusion à ses abeilles, à son entreprise qu’elle développe avec son conjoint depuis 1983 et à ses merveilleux enfants dont elle vante le sens de la débrouillardise et du dévouement. Mariée à Marquis Lessard en 1975, le couple essuiera une faillite en 1981, quatre ans après s’être lancé en production porcine.

« Ça nous a pris 10 ans à se remettre de cette expérience», souligne Annette. Jamais le découragement n’aura pris le dessus. Marquis a suivi un cours d’électricien, j’ai continué à le seconder dans la production bovine que nous avons toujours gardée, à cultiver un grand jardin et à faire de l’artisanat. » L’agricultrice travaille le métier à tisser depuis qu’elleest toute jeune. Membre du Cercle des fermières depuis un peu plus de 10 ans, elle pratique l’artisanatsurtout l’hiver lorsque les abeilles hivernent. Un art transmis par sa mère qui semble encore bien en vie dans sa région de Tring-Jonction. « J’ai besoin d’avoir les mains actives », sourit Annette qui, en même temps, me montre son dernier tricot, une layette qui enveloppera son troisième petit enfant.

Famille tissée serrée
Elle parle abondamment de ses quatre enfants, Valérie, Josée, Isabelle et Jean-François qu’elle reçoit régulièrement autour d’une tablée bien garnie. « Ils ont le sens de la famille, de l’entraide et du travail bien fait. » L’esprit de corvée fait partie de la culture familiale. De cela, la Beauceronne en est très fière. Le 27 septembre 2005 restera l’un des plus beaux moments de sa vie. Élue Agricultrice entrepreneure de la Beauce, elle s’est lancée dans cette aventure avec l’aide et l’encouragement de son entourage. « La soirée de remise de prix s’est déroulée la même fin de semaine que les journées portes ouvertes de l’UPA où nous avons reçu au-delà de 600 visiteurs. » Un trop plein d’émotion qu’elle aime bien raconter. Ce prix est remis à la candidate ayant le plus contribué au développement de l’agriculture, ou d’une production, ou de différents produits, ou d’activités visant la diversification. Tout à fait le profil de l’apicultrice!

Comme une abeille
Annette Jacques est âgée de 39 ans lorsqu’elle décide, en 1995, de se lancer à temps plein en apiculture. Le travail des abeilles et leur organisation sociale piqueront sa curiosité et son désir de développer cette production. « J’aime m’inspirer de ces petites bêtes travaillantes et tellement bien organisées! » Intarissable quand elle jase de ses ruches, en constante progression depuis les cinq dernières années, et de sa miellerie en voie d’être agrandie et réaménagée au sein de l’entreprise. Outre la production de miel, la moitié des colonies sont régulièrement louées pour des services de pollinisation. Par année, Miel de Beauce produit aux environs de 11 340 kilos (25 000 livres) de miel dont les deux tiers sont vendus au détail sur les tablettes d’une trentaine d’épiceries et de marchés publics. Le reste est vendu à la Société coopérative agricole des apiculteurs du Québec dont elle assume la vice-présidence depuis 2007. Un réseau de membres avec qui elle aime mettre à jour ses connaissances sur la mise en marché du miel d’ici et d’ailleurs. Comme son conjoint Marquis, l’engagement au sein d’organismes fait partie intégrante de sa vie. « J’aime participer au processus décisionnel. Cela nous permet de faire valoir notre point de vue et de mieux comprendre ce qui se passe… » Comme une abeille, l’apicultrice est entièrement dédiée à sa profession, bien entourée de son monde!





Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés