En ces temps plus difficiles en production porcine, l’importance de bonnes performances techniques est encore plus grande. Plusieurs réseaux de production ont révisé leurs façons de faire. L’adoption du tout plein tout vide et de la monosource en engraissement ont grandement contribué à l’amélioration des performances techniques, ce qui se reflète sur les résultats économiques. La gestion en bande de 2, 3 ou 4 semaines des troupeaux de truies aide à atteindre les objectifs en engraissement. Les progrès génétiques réalisés chez Sogéporc et une plus grande diffusion de ses produits contribuent à l’amélioration des performances en maternité et en engraissement (meilleure conversion alimentaire, indice de classement supérieur et augmentation du gain journalier). Voici, en résumé, les résultats 2008 de l’Association des groupes d’éleveurs en production porcine La Coop.

En maternité
Cette année, la moyenne de productivité du groupe des 10 meilleurs résultats est de près de 28,0 porcelets sevrés par truie productive par année. Le groupe des 25 % supérieurs de l’Agrepp atteint 26,5 alors que la moyenne est autour de 24 porcelets. Le tableau 1, à la page 46, donne les détails des 10 meilleurs résultats. On y voit que la ferme Rojotal inc. atteint presque 30 porcelets sevrés par truie productive par année avec un résultat de 29,9 porcelets sevrés.

Indice d’efficacité
Dans le but de classer les performances des différents élevages, nous utilisons des indices qui pondèrent l’impact économique de chaque critère technique. Les points techniques utilisés sont : la conversion alimentaire, le gain de poids quotidien, les pertes (mortalités et condamnations), l’indice de classement dans la strate de poids 90-95 kg et le pourcentage des porcs expédiés dans la strate de poids de 95 à 103 kg qui est la strate de poids désirée dans le programme porc La Coop. Nous avons donc un indice d’efficacité en pouponnière (IEP), en engraissement (IEE) et en sevrage vente (IESV). L’IEP est remis à 100 chaque année alors que l’IEE et l’IESV ont été fixés à 100 en 1991 et évoluent d’année en année.

Résultats en pouponnière
Les résultats sont standardisés de 5 à 20 kilos. Le groupe comprend des pouponnières de réseaux ainsi que des pouponnières de naisseurs-finisseurs dont nous sommes certains du poids de transfert en engraissement. Le groupe des 25 % supérieurs a un gain moyen quotidien (GMQ) de 401 g et une conversion alimentaire de 1,32. Le tableau 2, à la page 47, montre les 5 meilleures performances.

Résultats en engraissement
Standardisés de 20 à 107 kilos, les résultats indiquent une progression constante pour la conversion alimentaire et la mortalité depuis 2006. La conversion moyenne des 10 meilleurs classés sur l’IEE (voir le tableau 3, à la page 46) est de 2,32 alors que les 25 % supérieurs de l’Agrepp obtiennent 2,34. Des producteurs atteignent plus de 1000 grammes (1 kg!) de GMQ et plusieurs ont des conversions alimentaires entre 2,20 et 2,25.

Résultats sevrage-vente

Le tableau 4, à la page 46, révèle les résultats des 5 meilleures productions standardisées de 5 à 107 kilos. Ces élevages comprennent surtout des naisseurs-finisseurs ainsi que des bandes sevrage-vente de réseaux.
 

La comparaison avec les autres élevages est très importante. Elle permet de se fixer des objectifs réalistes. À partir de ses propres résultats Winporc, chaque producteur devrait prendre le temps de se fixer des objectifs pour l’année qui vient avec l’aide de son expert-conseil. Une fois des objectifs réalistes définis, il s’agit de mettre en place une stratégie et un échéancier précis pour y arriver. En ces temps difficiles, il faut veiller à ne pas laisser échapper d’occasion d’améliorer ses performances et ses résultats économiques. L’adhésion au programme porc La Coop, notamment, est un autre moyen d’augmenter la marge nette de l’entreprise porcine.







Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés