Nous sommes en 2009 après Jésus-Christ. Après la déportation des Acadiens, en 1755, tout le Nouveau-Brunswick est habité par des anglophones... Tout? Non! Car un réseau composé d’irréductibles francophones résiste encore et toujours. Bienvenue en Acadie.


En mars dernier, une vingtaine de Québécois répondaient à l’invitation de Marc A. Turcotte, administrateur à La Coop fédérée et à La Coop Matapédienne, et se rendaient en Acadie y visiter deux coopératives membres du réseau La Coop. Ils en sont revenus formels : ce n’est pas dans la potion magique que les Gaulois de Caraquet et de Lamèque puisent toute leur vitalité. C’est dans leur sens communautaire. Un sens communautaire lié à leur langue, à leur culture, à leur histoire. Et la coopération est devenue ce véhicule qui canalise aujourd’hui toute la passion qui les anime et qui les pousse à prendre en main leur destinée.

Toutes deux situées dans la péninsule acadienne, au nord-est du Nouveau-Brunswick, La Coopérative de Caraquet Limitée et La Société Coopérative de Lamèque Limitée proposent au visiteur de beaux modèles de coopératives. Très différentes de nos coopératives agricoles traditionnelles, elles sont néanmoins d’une authenticité rafraîchissante pour notre réseau. Leur solidité financière, leur engagement indéfectible dans le milieu et leurs efforts pour protéger l’environnement expliquent en bonne partie le fort sentiment d’appartenance qu’elles suscitent dans leur communauté.

Les deux coopératives sont membres de la grande fédération Coop Atlantique où elles s’approvisionnement en épicerie, leur principal secteur d’activité, et elles sont devenues membres de La Coop fédérée pour l’approvisionnement en quincaillerie. Elles sont aussi engagées dans la distribution de produits pétroliers et dans le secteur de la pharmacie. Elles jouissent donc d’une belle diversité commerciale qui répond bien au besoin des communautés qu’elles desservent.

La Coopérative de Caraquet Limitée

Cette coopérative regroupe quelque 6700 membres et présente un chiffre d’affaires de 38 300 000 $. Pour la dernière année financière, les excédents se sont élevés à 1 067 000 $. Pas de dette. Seulement l’avoir des membres et quelques créditeurs au bilan de fin d’année. Le retour aux membres sous forme de ristournes, coupons et intérêt sur capital prêté s’élève à 1 040 155 $. Mais surtout, ce qui a fait pâlir d’envie notre délégation québécoise, c’est que la part des ventes que l’entreprise a réalisée avec ses membres est de 93 %. Admirable!

Les participants s’étaient donné rendez-vous à La Coop Matapédienne.

En collaboration avec la Fondation Saint-Pierre Inc., La Coopérative de Caraquet Limitée s’investit fortement dans le milieu grâce à une loterie 50/50 réservée exclusivement aux membres de la coopérative. Les membres en profitent, et la communauté aussi. Au cours des dernières années, la coopérative a fortement encouragé les arts et la culture. Pas étonnant qu’on lui ait remis, en 2008, un prix Éloïze pour son soutien aux arts et aux artistes.

La Coopérative de Caraquet Limitée poursuit par ailleurs un « Plan Vert », avec des services de récupération pour recyclage et l’offre de sacs réuti­lisables, comme il se doit. Mais elle va beaucoup plus loin : elle chauffe son magasin d’alimentation avec la chaleur récupérée des compresseurs du système de réfrigération et elle utilise des panneaux solaires et une station géothermique pour fournir l’énergie nécessaire à son dépanneur-poste d’essence. De belles réalisations dont les membres sont fiers, assurément.

La Société Coopérative de Lamèque Limitée
La Société Coopérative de Lamèque Limitée, quant à elle, est active dans les secteurs de l’alimentation, la quincaillerie, la jardinerie, la pharmacie et les produits pétroliers, elle vend des appareils ménagers et des meubles et elle offre le développement de photos. Elle réalise des ventes annuelles de l’ordre de 15 millions $. Près de 5000 membres y font affaire. Considérant que la région desservie regroupe une population totale de 11 252 habitants, on peut dire que pratiquement toutes les familles sont membres de la coopérative. Conséquence : les achats des membres représentent 97 % du chiffre d’affaires total. Ouf! Encore ici, c’est ce qu’on appelle une communauté tissée serrée.

Très engagée socialement, La Société Coopé­rative de Lamèque Limitée fait équipe avec d’autres coopératives de la région notamment la Caisse populaire des Îles et l’Association Coopérative des Pêcheurs de l’Île, pour réaliser divers projets d’envergure, notamment la mise en place d’une résidence pour personnes âgées et la fondation d’une coopérative d’énergie renouvelable. La Société Coopérative de Lamèque Limitée se distingue aussi par ses efforts soutenus pour protéger l’environnement, efforts qu’a reconnus publiquement le ministère de l’Environnement du Nouveau-Brunswick en lui remettant, en 2006, son Prix d’initiative environnementale pour la catégorie Entreprise

Les membres apprécient leur coopérative et elle le leur rend bien. La grande Coop Atlantique a d’ailleurs reconnu l’excellence du service et du rendement général de La Société Coopérative de Lamèque Limitée en lui remettant un prix d’excellence pour les années 1984, 1988 à 1991 ainsi que de 1993 à 2000. Et comme si ce n’était pas suffisant, la coopérative a poursuivi sa lancée de 2001 à 2007 en emportant chaque année le prix du leadership, toujours décerné par Coop Atlantique.

Vers l’avenir

Ces coopératives acadiennes n’ont pas fini de faire parler d’elles. Elles caressent maintenant un beau projet : un centre d’interprétation de l’histoire des coopératives en Atlantique. On en ferait un endroit où consigner et valoriser la richesse du patrimoine coopératif des Maritimes. Ce lieu pourrait aussi servir d’incubateur pour de nou­velles entreprises coopératives, de plate-forme pour la promotion et la mise en marché de produits coopératifs, d’étape dans un parcours scolaire et, finalement, d’attraction touristique.

En attendant la réalisation de ce projet emballant, nos Gaulois d’Acadie invitent tous les Québécois à se joindre aux festivités du prochain Congrès mondial acadien, qui se déroulera du 7 au 23 août 2009 dans la péninsule acadienne. Au menu, de grandes fêtes populaires, des manifestations culturelles, des activités thématiques et communautaires, des conférences scientifiques – bref, il y en aura pour tous les goûts.

Nul doute que la coopération y aura une belle place. Car les coopérateurs des régions de Lamèque et de Caraquet ne sont pas les seuls à tenir fièrement le flambeau acadien. Saint-Quentin, Baie Sainte-Anne, Rogersville, Saint-Louis-de-Kent et Richibucto, pour ne nommer que ceux-là, sont autant de villages gaulois où, par Toutatis, la coopération est devenue le véritable fer de lance de la culture acadienne.

Visitez le www.cma2009.ca pour les détails entourant le Congrès mondial acadien.
 
affiche
Un affichage soigné met en valeur la nature coopérative de l’épicerie. Un petit restaurant aménagé dans l’épicerie offre une cuisine familiale aux membres et clients.
affiche

Retour



Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés