Vous souhaitez avoir des spécimens originaux dans vos plates-bandes sans risquer de les perdre lors des hivers difficiles? Optez pour les végétaux indigènes. Ces plantes souvent méconnues sont présentes naturellement et très adaptées aux conditions du Québec.

En plus de bien résister à nos hivers québécois, les plantes indigènes peuvent survivre dans des conditions difficiles telles que la sécheresse, l’humidité, l’ombre dense ou les sols alcalins et très acides. Il s’agit de bien observer les conditions de sol et l’ensoleillement afin de déterminer quelle espèce se développera aisément dans nos plates-bandes. Vous apprécierez le fait qu’elles nécessitent peu d’entretien puisqu’elles ne demandent que du compost comme fertilisant et un paillis naturel sur leurs racines. Demandez-les à votre centre de jardin. Voici quelques suggestions de plantes indigènes intéressantes à cultiver.

Pour une plate-bande d’aspect naturel
L’actée rouge ou blanche (Actea pachypoda) a un feuillage découpé et des baies rouges ou blanches toxiques, mais très décoratives. Cette vivace rustique tolère l’ombre et convient aux aménagements de type sous-bois. Elle cohabite très bien avec le myosotis du Caucase (Brunera macrophylla) ou les hostas qui préfèrent aussi les sols frais et riche en matière organique. L’anémone du Canada (Anemone canadensis) est un excellent couvre sol sous les arbres et entre les arbustes où le sol demeure légèrement humide. Son feuillage est découpé et elle produit de délicates fleurs blanches tôt au printemps. Elle tapisse et envahit même le fond des plates-bandes, ce qui est un avantage, parce que là où il n’y a pas de lumière les mauvaises herbes ne poussent pas! La fougère à l’autruche (Matteucia struthiopteris) atteint une hauteur considérable soit jusqu’à 150 cm en sol humide et frais. Elle peut être utilisée en massif ou pour faire un écran. On l’adore, car c’est elle qui nous permet de nous régaler de têtes de violon au printemps. Ses puissants rhizomes lui donnent la capacité d’envahir rapidement la plate-bande. On peut contrer ce vilain défaut en la plantant dans un bac sans fond enterré d’au moins 30 cm de hauteur. La clématite de Virginie (Clematis virginiana) est une grimpante plus vigoureuse que les clématites à grandes fleurs, mais malheureusement plus difficile à trouver en centre de jardin. Elle convient parfaitement à un aménagement de style champêtre sur une clôture, une tonnelle ou un bâtiment. Sa floraison blanche de juillet à septembre est légère et ses fruits chevelus sont très décoratifs.

Des plantes de conte de fée!
L’arisème petit prêcheur (Arisaema triphyllum) est une plante indigène de collection pour le jardinier qui a tout. Sa fleur rayée pourpre, vert et crème, qui semble sortie d’Alice au pays des merveilles, est spectaculaire. On la plante en milieu mi-ombragé dans un sol riche en matière organique. On lui réserve une place de choix afin de profiter au maximum de sa floraison. L’hamamélis de Virginie (Hamamelis virginiana) est un petit arbre méconnu aux vertus médicinales. Il était aussi utilisé autrefois par les Amérindiens comme baguette de sourcier. Sa floraison se produit à l’automne et ressemble à des étoiles jaune citron parfumées. Il atteint au maximum 5 m de hauteur et préfère un sol légèrement acide et frais. Une exposition mi-ombragée à l’est ou au nord-est est à privilégier.

Pour plus d’information sur les plantes indigènes :

La flore laurentienne en ligne http://www.florelaurentienne.com Le carrefour des plantes indigènes (Musée canadien de la nature) http://nature.ca/plnt/res/lft_gs_f.cfm
Pépinière Indigo http://www.horticulture-indigo.com/pepiniere.php Arboquebecium http://www.arboquebecium.com/les_arbres_indigenes.html

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés