Le 8 janvier dernier, Diony Forme, un tout nouveau centre de conditionnement physique à ouvert ses portes à Saint-Denis-sur-Richelieu, un fort joli village de la Montérégie où l’on ne se gène pas pour faire honneur aux patriotes. De l’extérieur comme de l’intérieur, rien ne distingue véritablement ce gym d’un autre établissement de ce type – bâtiment bien aménagé, large fenestration, équipements dernier cri – sinon qu’il est avantageusement situé en bordure de la rivière, à l’intersection des routes 137 et 133. C’est dans son code génétique – sa structure administrative – que l’on dénote la différence. Diony Forme est une coopérative de santé et de mise en forme.

« Le village était dépourvu d’infrastructures de conditionnement physique et le milieu rural en pâtissait, fait savoir Michel Robichaud, propriétaire de l’agence immobilière Royal Lepage à Saint-Denis-sur-Richelieu, et président fondateur de la coopérative Diony Forme dont la mise sur pied a été amorcée il y a trois ans. Des études ont récemment révélé que les citoyens habitant en banlieue ou en milieu rural sont en moins bonne forme physique que les citadins des grands centres où tout est bien souvent à portée de marche. » Aussi, les habitants de Saint-Denis-sur-Richelieu, s’ils souhaitaient s’adonner à une activité physique dans un centre de conditionnement, devaient-ils se rendre à Saint-Hilaire ou Saint-Hyacinthe, soit à près d’une demi-heure de voiture du village.

« Il y a 10 ans, lorsque j’ai tenté pour la première fois de mettre sur pied un centre de condi­tion­nement, des sondages avaient indiqué que seulement 6 ou 7 % de la population en général fréquentait ce type d’établissements, indique Michel Robichaud. C’était encore insuffisant. Aujourd’hui, on compte entre 12 et 18 % d’adeptes du gym. De plus, avec le vieillissement de la population, le besoin est de plus en plus important et la demande est vouée à augmenter. »

Le choix de la formule coopérative allait de soi pour Michel Robichaud qui en est un fervent adepte (il est lui-même client à la quincaillerie Comax de Saint-Denis-sur-Richelieu) tout comme du conditionnement physique, d’ailleurs.

Pour lancer le projet, ses instigateurs – outre Michel Robichaud, trois personnes siègent au conseil d’administration de la coopérative – ont bénéficié d’un grand soutien de la municipalité de Saint-Denis-sur-Richelieu. Un entrepôt de 10,7 mètres sur 12 (35 pieds sur 40) mis à leur disposition à loyer avantageux a permis de lancer le projet sur les rails. En effet, les 2500 résidents du village, d’où provient initialement la demande de se doter de ces installations sportives, souhaitaient que l’entre­prise soit fonctionnelle et qu’elle ne devienne pas, au fil des ans, un boulet financier.

« D’une pierre deux coups, fait remarquer Michel Robichaud, car avec ce gym la municipalité évitait la construction d’un coûteux centre civique, alors qu’il ne s’agissait, pour nous, que de donner une nouvelle vie à une structure existante. »

Diony Forme, coopérative de santé et de mise en forme, possède 28 équipements de musculation et d’entraînement cardiovasculaire.

Les promoteurs de la coopérative de santé ont fait appel à l’entrepreneur Jean-Pierre Gaudet, de Saint-Denis-sur-Richelieu, « qui achète déjà en grande partie ses matériaux chez nous », informe Marco Turcotte, coordonnateur Matériaux à la quincaillerie Coop de Saint-Denis-sur-Richelieu. Bois, acier, revêtements de plancher, comptoirs, plomberie, peinture, etc., la métamorphose de l’entrepôt en centre de conditionnement a nécessité un investissement de 130 000 $. De plus, ajoute Michel Robichaud, la proximité de la succursale s’est avérée un net avantage. « Nous avons beaucoup économisé en coûts de transport en faisant affaire localement », dit-il.

« Même si nous sommes plutôt habitués à des projets agricoles ou résidentiels, indique Marco Turcotte, nous avions tous le nécessaire pour la rénovation de cette structure principalement construite d’acier. » L’aménagement intérieur a été réalisé par l’entreprise ST Design. Quant à la conception graphique, elle a été confiée à Jade Lussier.

Près de 1,5 mètre carré (16 pieds carrés) d’espace ont été néces­saires pour chacun des 28 équipements de conditionnement physique. « Il s’agit d’équipements remis à neuf qui ont pu être acquis pour 50 000 $ au total, alors qu’ils en auraient coûté trois fois plus à l’état neuf », mentionne Michel Robichaud. Diony Forme a reçu l’aide de commanditaires locaux pour en faire l’acquisition, notamment la pharmacie, la quincaillerie Comax et la caisse populaire.

Diony Forme est une coopérative à but non lucratif. « Elle est opérée essentiellement par des bénévoles », précise le président. La part sociale coûte 50 $ et les frais d’adhésion s’élèvent à 300 $, plus taxes, par année. Les membres y ont accès environ une soixantaine d’heures par semaine. Aussi, la coopérative de santé et de mise en forme emploie, à l’heure et selon la demande des membres, deux spécialistes en éducation physique qui élaborent des programmes personnalisés de conditionnement.

Un peu plus d’un mois après l’ouverture, la coopérative comptait déjà 150 membres âgés de 13 à 81 ans. « On vient s’y entraîner pour garder la forme, bien sûr, mais aussi pour sortir de l’isolement, se changer les idées, rencontrer des gens, fait savoir Michel Robichaud. L’exercice pratiqué régulièrement est un excellent moyen de lutter contre la détresse psychologique. » Le nombre de membres sera toutefois limité à 250 de manière à contrôler l’achalandage et assurer à chacun une bonne accessibilité aux installations. Une liste d’attente sera dressée et dès qu’un membre se retirera, il sera remplacé par le premier qui figurera sur cette liste.

Sous toute réserve, précise Michel Robichaud, la coopérative de santé et de mise en forme compte mettre en branle d’ici deux ou trois ans la phase 2 de son plan de développement. Il consistera à agrandir le bâtiment (l’espace nécessaire est déjà disponible) afin de pouvoir offrir une panoplie de cours : aérobie, tai-chi, tai-bo, yoga, Pilates. Michel Robichaud est confiant : « Il y a déjà de la demande de la part de nos membres pour ce type d’activités », dit-il

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés