Entretiens
C’est déjà le temps de planifier le printemps! Par Méloïse Gagnon
Argousier, camérisier, amélanchier et cerisier nain… Depuis quelques années, la culture de ces petits arbres fruitiers est en plein essor. Les propriétés nutri­tionnelles et anticancer de leurs fruits sont particulièrement recherchées. Nous avons la chance d’avoir des entreprises québécoises telles Végétolab, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui multiplient et acclimatent ces végétaux afin qu’ils soient productifs sous notre climat. Vous êtes curieux et souhaitez faire des essais le printemps prochain? Il faut y penser dès maintenant! Produits en quantités limitées, ils pourront être commandés en décembre et janvier dans vos quincailleries La Coop et Unimat.

Conseils généraux
La plupart des cultivars multipliés au Québec peuvent tolérer des températures hivernales de – 40 °C. Toutefois, il est préférable d’effectuer une analyse du sol afin d’en corriger les carences avant la plantation. On ne fertilise les nouveaux plants qu’au printemps, si nécessaire. On peut en recouvrir le pied de paillis naturel et y installer un tuyau perforé, car l’irrigation est très importante lors des trois ou quatre premières années d’implantation. Le sol doit être bien drainé. Il faut privilégier un endroit à l’abri des vents de l’ouest et du nord. Les oiseaux et les chevreuils peuvent vous faire compétition pour la récolte des fruits. L’installation de filets et l’utilisation d’un répulsif à chevreuil pourront s’avérer nécessaires. Vous avez avantage à planter plus d’une variété afin de maximiser vos rendements et de découvrir laquelle est la mieux adaptée à votre situation. Sources : Végétolab, Alma www.agrireseau.qc.ca

• Argousier (Hippophæ rhamnoides L.) (Photo ci-contre) Hauteur des plants: 2-4 m, selon la variété Utilisation des fruits : transformation seulement Distance de plantation : 2 m entre les plants et 4 m entre les rangs pH du sol: entre 6 et 7

Originaire d’Europe et d’Asie, cet arbuste se présente en plants mâles pollinisateurs et en plants femelles producteurs de baies. Le fait qu’il soit dioïque (fleurs mâles et femelles sur des plants différents) néce­ssite que des plants des deux sexes soient cultivés; il faut utiliser au moins 10 % de mâles. Le goût du fruit à l’état frais n’est pas exceptionnel. Par contre, c’est une des baies qui possèdent le plus de qualités nutritionnelles et médicinales. On la transforme donc pour mieux l’intégrer à notre alimentation.

• Camérisier (Lonicera cærulea L., chèvrefeuille comestible) Hauteur des plants : 1,5-2 m Utilisation des fruits: frais ou transformés Distance de plantation: 1 m entre les plants et 2,5-3 m entre les rangs pH du sol : entre 5 et 7

Les camérisiers n’étant pas autofertiles, vous devez donc en planter au moins deux variétés – et même trois – pour obtenir de meilleurs résultats. On les plante de préférence tôt au printemps, en ajoutant du compost et d’autres amendements et fertilisants, selon les résultats d’analyse du sol. Vous récolterez des fruits en juin.

• Amélanchier (Amelanchier spp.) Hauteur des plants : 3-6 m, selon la variété Utilisation des fruits: frais ou transformés Distance de plantation : 2 m entre les plants et 4 m entre les rangs pH du sol: entre 6 et 7

Utilisé depuis longtemps pour ses qualités esthétiques (floraison printanière et feuillage automnal) en aménagement paysager, l’amélanchier est moins connu pour ses délicieux fruits, que l’on récolte en juin.

• Cerisier nain (Prunus L. spp.) Hauteur des plants : environ 2 m Utilisation des fruits : frais ou transformés Distance de plantation: 1,5 m entre les plants et 4 m entre les rangs pH du sol: entre 6,5 et 7,5

Des plants très populaires et faciles à entretenir en raison de leur hauteur. Vos premiers fruits apparaîtront trois ans après la plantation, à partir de la mi-juillet selon le cultivar.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés