Entretiens
Madame sourire, Isabelle ST-Pierre
Aimer les gens, le travail d'équipe, s'intéresser à la gestion, avoir une soif d'apprendre et de comprendre sont les étincelles qui ont poussé Suzanne Nadeau à s'engager au sein du conseil d'administration de La Coop Saint-Pamphile en 2005.

Une journée de réflexion, la lecture d'un portrait de dirigeante et les arguments de la rédaction ont réussi à maîtriser l'inconfort de Suzanne. Cette femme modeste accepte finalement qu'un article portant sur son engagement auprès de sa coop soit publié. « Je n'aime pas être à l'avant-plan ni parler de moi. Si j'accepte, c'est pour ma coopérative. »

Originaire de Saint-Méthode, près de Thetford Mines, Suzanne quitte son patelin pour la ville
de Québec où elle effectue un stage de trois mois comme secrétaire comptable. Non seulement ce stage lui confirme son intérêt pour les chiffres, mais elle y rencontre l'homme de sa vie : René. Qui prend mari prend pays. Après deux ans à Saint-Pamphile, le couple s'installe tout près, à Saint-Adalbert.

Celle que l'on surnomme gentiment Madame sourire occupe actuellement la fonction de répartitrice pour l'Association des transporteurs en vrac de Montmagny L'Islet. Malgré ses engagements
professionnels, cette mère d'une fille de 17 ans a toujours fait don de son temps et de ses talents pour contribuer au mieux-être de ses semblables et de sa communauté d'adoption. En plus d'effectuer la comptabilité de La Fabrique, d'agir comme répartitrice pour les pompiers de Saint-Adalbert, de siéger au conseil d'administration de la Caisse populaire du sud de L'Islet et sur celui de La Coop, cette femme enjouée et passionnée de littérature a mis sur pied, en compagnie de quatre autres femmes, une bibliothèque pour la population de Saint-Adalbert. « L'engagement, c'est naturel pour moi », précise-t-elle. Pourtant, elle reconnaît qu'il faut néanmoins une certaine dose d'audace. « Je fonce. Peut-être un peu malgré moi. »

Avec un chiffre d'affaires de 12 millions $ et 1547 membres, La Coop Saint-Pamphile œuvre dans quatre secteurs : l'alimentation, la quincail­lerie, la meunerie et l'électronique (La Source). Bien enra­cinée dans la communauté, en 2009, La Coop a soutenu financièrement 44 organismes, redistribué plus de 117 000 $ en récompenses d'achat et en ristournes tout en procurant de l'emploi à 63 per­sonnes. Selon Suzanne, sensibiliser les membres à l'importance d'acheter localement et créer un sentiment d'appartenance sont les deux plus importants défis de la coopérative : « Il en va du maintien de notre contribution dans la commu­nauté », soutient-elle.
Au conseil d'administration, Suzanne est l'unique représentante de la gent féminine. Elle reconnaît certaines différences entre les hommes et les femmes, notamment en ce qui concerne la vision, les talents et les préoccupations. Selon elle, cette différence constitue une richesse dans la mesure où les membres de l'équipe font preuve d'ouverture et tentent de comprendre le point de vue de l'autre.

Comme administratrice, cette femme géné­reuse a un souci constant pour la gestion de l'équilibre entre la satisfaction des besoins des membres et la nécessaire rentabilité de la coopérative. « Comme le bien-être des gens est important pour moi, je trouve nécessaire qu'on explique nos décisions. Quand nous avons changé de bannière à l'épicerie, nous avons convoqué tous les membres à une réunion spéciale. La participation a été excellente. »

Celle qui célèbrera cette année 25 ans de bonheur conjugal voue une confiance iné­bran­lable en la vie. « J'essaie toujours de voir le positif, même dans le malheur. » Lorsque l'on apprend qu'elle a été victime d'un hold-up et que son conjoint fait partie des mira­culés qui se remettent d'un trauma­tisme crânien sévère, on a envie de faire sienne cette devise.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés