Entretiens
La génétique :  un outil précieux pour réduire  la variabilité de la carcasse

Nos ancêtres avaient compris qu'en cultivant certaines plantes côte à côte ou, au contraire, en évitant de faire voisiner certaines espèces, la fréquence des maladies et insectes diminuait et la productivité augmentait. Cette pratique est tombée dans l'oubli avec le temps, mais revient en force avec l'intérêt des jardiniers pour les cultures écologiques.

En effet, avec les années, les jardiniers ont regroupé en rangs les mêmes cultures pour « faciliter » l'entretien ou pour obtenir un effet esthétique. En créant des masses de plantes de la même espèce, réduisant ainsi la biodiversité, ils ont fourni aux insectes et maladies un formidable terrain de jeux dans lequel ils peuvent se développer sans effort.

Je vous propose de créer la pagaille dans votre potager, en mariant des cultures dans un même espace et en intégrant des plantes bénéfiques pour leurs effets pièges, répulsifs ou attractifs (pour les insectes bénéfiques). Après tout, les changements permettent de mettre un peu de piquant dans la vie et sauvent parfois des mariages!

Plantes bénéfiques et leurs effets dans la nature

Des armes vertes…
Plantées en pots – qui se transportent là où est le problème – ou en pleine terre, certaines plantes ont des propriétés répulsives. Leur odeur trompe les insectes, qui se fient à leur « nez » pour retrouver leur dîner. L'armoise (un classique ornemental), la rue ainsi que la sauge officinale agiraient de cette manière. D'autres plantes sont utilisées comme piège : elles attirent davantage les insectes nuisibles que les plantes potagères, ce qui fait qu'on peut traiter seulement ces plantes pour maîtriser le problème. En plus de leurs effets sur la lutte contre maladies et insectes, de nombreuses plantes attirent les insectes pollinisateurs, essentiels à l'obtention d'une bonne production de fruits (voir le tableau).

Des mariages réussis!
Règle générale, on évite de placer des plantes d'une même famille trop près l'une de l'autre, car elles sont souvent sensibles aux mêmes insectes et maladies. Les plantes très odorantes, comme les fines herbes, ont avantage à être placées parmi les plantes sensibles aux attaques des insectes, car elles brouilleront la piste de ces derniers.

Une liste des associations favorables et défavorables pour les légumes les plus fréquemment cultivés est disponible dans la section horiculture du menu gauche.
Cliquer sur Chroniques dans la colonne de gauche.

Pour plus d'information :
Livres : Yves Gagnon, La culture écologique et Le jardinage écologique
Sites Web :
Michel Verdon (Le jardin mangeable)
http://membres.multimania.fr/mverdon/compagnonnage1.html
Plaisirs nature (La jachère – les cultures associées – la rotation des cultures)
http://plaisirs-nature.fr/base/?page_id=167

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés