Entretiens
La gestion environnementale  au sein des projets de SOCODEVI, par Noémie Varin-Lachapelle
Noémie Varin-Lachapelle
Noémie Varin-Lachapelle

Les populations pauvres et les groupes marginalisés sont souvent plus vulnérables à la raréfaction des ressources naturelles et à la dégradation environnementale. Tant dans les pays en développement que dans les pays industrialisés, il est important d'intégrer de bonnes pratiques de gestion environnementale dans les projets de développement, pour tenir compte de cette vulnérabilité, mais aussi afin de s'assurer de maintenir un environnement sain pour l'ensemble de la population.

En Bolivie, la protection de l'environnement ne date pas d'hier. Depuis des milliers d'années, les peuples sud-américains quechua et aymara prennent soin de la Pachamama (la Terre mère), qu'ils considèrent comme un être vivant, la créatrice de tout, interconnectée avec l'ensemble des êtres vivants.

Aujourd'hui encore, la protection de l'environnement prend tout son sens pour AGROCENTRAL. Au cours de l'été 2010, le Service de l'environnement de La Coop fédérée, AGROCENTRAL, la Société de coopération pour le développement international (SOCODEVI), et l'APAD ont travaillé en collaboration afin de consolider et de poursuivre la mise en œuvre de bonnes pratiques de gestion environnementale pour des projets d'élevage en Bolivie.

Mission environnementale sur le terrain

L'auteure s'est rendue en Bolivie pour appuyer AGROCENTRAL1 et l'APAD2 dans la gestion environnementale de leurs filières porcine et avicole. La mission s'est déroulée du 18 au 31 août 2010, en compagnie de Martin Beaurivage et de Sébastien Valdievieso, de SOCODEVI-Bolivie. Ils lui ont été d'une grande aide tout au long du séjour, tant pour l'organisation et la logistique que pour les connaissances techniques et le contact avec les ressources locales.

  1. Agrocentral est une fédération de coopératives agricoles en Bolivie
  2. APAD est l'entité administrative responsable de la gestion des ressources des partenaires du projet de production animale du réseau AGROCENTRAL.

Productions avicole et porcine
En 2008, avec le soutien financier de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), SOCODEVI, organisation à but non lucratif de Québec dont La Coop fédérée est membre, a appuyé l'installation et le démarrage de fermes d'élevage pour la production de poulets, d'œufs et de porcs dans trois villages de la province du Chuquisaca, à environ 150 km de Sucre, la capitale du pays. En 2009-2010, une meunerie et un abattoir ont aussi été construits sur le terrain de la ferme avicole de Padilla afin d'assurer des services de proximité.

Actuellement, les productions avicole et porcine vont bon train! Inexistantes il y a quelques années dans ces zones pour les membres d'AGROCENTRAL, elles connaissent un essor intéressant, avec une production porcine (naisseur-finisseur) de 600 bêtes par année, une production annuelle de 26 000 poulets de chair et de 500 000 œufs de consommation. Ce développement d'une agriculture plus spécialisée et technicisée améliore les conditions de vie et d'alimentation de nombreuses familles d'agriculteurs et agricultrices membres d'AGROCENTRAL.

Ces projets de coopération permettent aussi un partage de connaissances, de technologies et d'équipement, par le moyen de l'intercoopération, entre des fédérations de coopératives agricoles travaillant dans des contextes différents. D'ailleurs, deux administrateurs de La Coop fédérée, Ghislain Cloutier et Sophie Bédard, se sont rendus dans la région à quelques reprises depuis le début du projet afin de faire partager leur savoir-faire respectif en productions avicole et porcine aux coopératives d'AGROCENTRAL. L'initiative a également bénéficié de l'appui technique et logistique de plusieurs personnes du réseau de La Coop fédérée.

La vérification de conformité environnementale (VCE)
La VCE est un processus qui permet de déterminer si les activités d'un organisme ou d'une entreprise sont conformes aux codes, règlements et lois en vigueur là où se situent leurs installations. Elle vise une amélioration continue de la gestion environnementale des activités. Des VCE ont été effectuées afin de dresser un portrait de la situation environnementale des installations pour trois lieux d'élevage: le complexe porcin de Serrano, la ferme de poulets de chair de Padilla et la ferme de poules pondeuses de Tomina.

REA Nouvelle règlementation
Dans le numéro de février 2011 du Coopérateur agricole, nous traitions des changements apportés au Règlement sur les exploitations agricoles (REA). Plus précisément, nous vous faisions part de l'obligation, pour les exploitations visées, de faire parvenir leur bilan de phosphore au MDDEP au plus tard le 15 mai de chaque année, sous peine d'impacts majeurs sur l'accès à l'ASRA et sur le remboursement des impôts fonciers, notamment. Le 4 avril dernier, le MDDEP rendait publique une note d'instructions visant à reporter, pour 2011 seulement, la date limite de transmission des bilans phosphore au 1er septembre 2011. Il est important de noter que ce report ne touche que la transmission par voie électronique et que la date du 15 mai 2011 est maintenue pour la transmission des bilans
en version papier.

Claudine Giguère, agr.
Conseillère spécialisée
en agroenvironnement
La Coop fédérée
claudine.giguere@lacoop.coo.

Pour réaliser ces études, des informations ont été obtenues au moyen d'entrevues avec les responsables des fermes, de visites sur les lieux et de consultation de documents relatifs aux fermes, y compris les évaluations environnementales effectuées initialement par SOCODEVI et AGROCENTRAL et les documents de suivi afférents. Ces constats et informations ont permis ensuite de valider certaines pratiques en cours, de réitérer des recommandations faites antérieurement ainsi que d'en offrir de nouvelles, compte tenu du contexte évolutif de ces productions animales boliviennes. Il a été très intéressant de constater que plusieurs mesures de protection de l'environnement et bonnes pratiques de gestion environnementale avaient été élaborées ou mises sur pied avant le début de la mission, comme la tenue de registres pour le compostage, l'entreposage des matières dangereuses ou la collecte des eaux de pluie.

Les recommandations se basent sur la législation et sur les bonnes pratiques reconnues de ces secteurs d'activité afin d'assurer une gestion environnementale adéquate des installations. Mentionnons toutefois que, puisque la réglementation bolivienne en matière d'environnement est peu étoffée, les VCE s'appuient majoritairement sur les lois et règlements applicables au Québec et au Canada. Il a donc fallu adapter ces recommandations afin qu'elles s'intègrent aux projets (logistique, expertise locale, contexte socioéconomique).

Par exemple, la gestion des lisiers liquides et solides représente un enjeu au plan de la production porcine. L'idée d'installer un petit biodigesteur centralisé pour traiter les lisiers avait été étudiée, mais c'est le compostage des lisiers solides sur une plateforme de compostage et l'épandage des liquides qui ont plutôt été privilégiés, et ce, dès le début de l'initiative. Le compostage et l'épandage représentent une solution plus avantageuse pour AGROCENTRAL, pour des questions de logistique touchant la valorisation des lisiers. De plus, le compost produit, qui est de très bonne qualité, est distribué aux producteurs. Il répond à des besoins importants de maintien de la fertilité des sols pauvres de la région, là où la disponibilité d'amendements organiques est faible. La plus-value que représente la distribution du compost est plus intéressante que celle de la production de biogaz. En effet, depuis la nationalisation du gaz naturel par le gouvernement d'Evo Morales, en 2005, cette ressource est très peu coûteuse. Il y a donc moins d'incitation à se tourner vers la production de biogaz pour alimenter en énergie le complexe porcin. Mentionnons également que la faible densité de la population aux alentours des installations, le peu d'infrastructures de distribution et les besoins énergétiques somme toute relativement faibles du complexe porcin n'ont pas favorisé l'usage d'une autre source d'énergie.

Par ailleurs, le traitement de l'eau potable, des principes de bons voisinages, les rejets d'eaux usées, la gestion des matières résiduelles dangereuses, des déchets biomédicaux et des animaux morts ainsi que les émissions atmosphériques ont été des enjeux étudiés. Des pratiques en cours ont été validées et des recommandations ont été réitérées ou offertes pour améliorer la situation. Surtout, la mission a permis de détailler certaines procédures et façons de faire pour faciliter le travail. Certaines de ces recommandations qui nécessitaient plus de travail ont abouti en plans d'action avec échéancier. Un plan de l'installation du complexe porcin a aussi été réalisé.

En conclusion, le Service de l'environnement de La Coop fédérée est très heureux d'avoir eu la chance de participer à cette mission en Bolivie. Il continue d'ailleurs à offrir son soutien au suivi de la gestion environnementale de ces projets d'élevage avec SOCODEVI. Ainsi, l'intégration de la protection de l'environnement dans des projets de développement international prend tout son sens. Elle en assure la viabilité et la durabilité pour permettre aux générations futures de bénéficier des ressources naturelles fournies par la Pachamama!

vu du Complexe porcin de Serrano - Août 2010 Vue d'une partie du site de la ferme avicole de Padilla - Août 2010
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés