Entretiens
La lutte contre les parasites intestinaux, Par Brigite Bocher, photo Pierre Cadoret
Photo : La Coop fédérée

Par « parasites intestinaux », on entend principalement l'Ascaris suum, un long ver blanc qui colonise le petit intestin à l'état adulte. Mais l'ascaris n'est pas ingéré par le porc à ce stade : il se contamine par l'entremise d'œufs présents dans son environnement. Ces œufs sont très résistants et peuvent demeurer dans les parquets d'élevage pendant des années, malgré les procédures standards de lavage et de désinfection.

Depuis plusieurs années, l'analyse des viscères des porcs abattus indique au producteur, par le pourcentage de taches blanches sur le foie, si le parasite est présent ou non dans les locaux de finition des porcs.

De l'estomac au poumon
Dans le cas de l'ascaris, il est question d'un cycle vital où l'œuf devient larve, passe au travers de la muqueuse de l'estomac, traverse le foie (produisant alors la tache blanche), pour enfin atteindre les poumons. De là, la larve est ingérée de nouveau, pour aller se nicher dans le petit intestin, devenir adulte et y pondre une grande quantité d'œufs, qui seront rejetés dans l'environnement. On imagine aisément l'inconfort de l'animal qui doit subir tout ce cycle, pour ensuite héberger le ver adulte et lui fournir en surplus des substances nutritives!

Photos : Olymel
Paracites intestinaux
Paracites intestinaux

Tout ce trajet de l'ascaris laisse des traces :

  1. Des traces immunitaires, car pendant que le porc tente de lutter contre cette migration et ce parasitisme, il ne lutte pas nécessairement contre les autres agresseurs et ne développe pas l'immunité que nous souhaitons qu'il obtienne.
  2. Des traces sur le rendement, car les aliments ingérés par le porc doivent aussi servir pour nourrir partiellement le parasite. Plus le taux d'infestation est élevé, plus ces pertes devraient être prises en considération.
  3. Des traces mécaniques :
    • Les foies qui ont été transpercés par les larves demeurent marqués de cicatrices blanches et ne peuvent être commercialisés pour la consommation humaine.
    • Les intestins qui ont hébergé le parasite adulte ont subi une transformation (épaississement) et ne peuvent servir de boyaux pour la production de charcuterie.
  4. Des traces en matière de salubrité et de rendement à l'abattoir :
    • Des intestins fortement parasités qui perforent sur la chaîne d'éviscération entraînent automatiquement l'arrêt de celle-ci pour qu'on procède à un nettoyage.
    • Les foies des porcs parasités ont 60 % plus de chances d'être parsemés de taches blanches, ce qui représente une perte de revenu pour l'abattoir de l'ordre de 0,85 $/porc s'ils ne peuvent être commercialisés pour la consommation humaine.
    • Les boyaux de porcs infestés sont automatiquement éliminés et ne peuvent plus être vendus pour la charcuterie. Cela représente une perte de revenu de 1,25 $ par porc pour l'abattoir. De plus, la perte du mucosa, membrane interne de l'intestin dont est extraite l'héparine (une molécule aux propriétés anticoagulantes), entraîne aussi une perte qui se situe entre 1,50 $ et 1,75 $ par porc.
Paracites intestinaux

Par le relevé d'abattage que vous recevez de votre abattoir, vous savez si vos porcs sont parasités ou non par l'ascaris. En l'absence de lésions, assurez-vous que les porcs qui entrent dans vos installations de finition ne constituent pas une menace pour l'environnement sain.

Gérez vos entrées de porcs de façon à pouvoir systématiquement effectuer un bon lavage et une bonne désinfection. Même si les œufs sont invulnérables aux procédés standards, il est démontré que la ténacité et la répétition de ces procédures sont bénéfiques à long terme sur le degré d'infestation de l'environnement.

En présence de lésions, agissez afin de les réduire, lot après lot, par des mesures thérapeutiques et préventives que votre médecin vétérinaire saura vous conseiller. Des aliments vermifuges existent et il est aussi possible de traiter par l'eau d'abreuvement. Selon vos installations et leur côté sécuritaire (absence de contamination croisée si vous fonctionnez en rotation), il y a toujours moyen d'avoir la maîtrise – et pour longtemps – sur les parasites intestinaux.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés