Entretiens
Le contrôle  des salmonelles , par Brigitte Bocher

* Articles portant sur le cahier
des charges porc La Coop déjà publiés :

Lutte contre les parasites intestinaux
(numéro de juillet-août, page 34; site Web :
www.lacoop.coop/cooperateur
/articles/2011/05/p28.asp
)

La génétique : un outil précieux pour réduire la variabilité
(numéro de mai-juin, page 28;
site Web : www.lacoop.coop/cooperateur
/articles/2011/05/p28.asp
)

Le jeûne avant l'abattage, payant pour tous!
(numéro d'avril, page 38; site Web : www.lacoop.coop/cooperateur
/articles/2011/04/p38.asp
)

Depuis plusieurs années, les producteurs de porcs sont régulièrement informés de la présence ou de l'absence des salmonelles dans leur troupeau. Cette information mérite qu'on s'y attarde, dans la mesure où elle a un impact sur plusieurs maillons de la chaîne alimentaire.

  1. Sur le porc lui-même, car il peut en être malade s'il souffre du sous-groupe (sérotype) typhimurium, ce qui entraîne une diarrhée pouvant être mortelle si elle n'est pas traitée.
  2. Sur le travailleur qui côtoie les animaux : un porc malade peut contaminer son gardien si ce dernier ne prend pas les mesures nécessaires au moment de sa manipulation. On parle ici d'une zoonose, c'est-à-dire une maladie transmissible du porc à l'homme.
  3. Sur la salubrité de la viande à sa sortie de la chaîne d'abattage ou de transformation : un animal porteur de la bactérie, dans ses muscles ou autres organes, peut contaminer une partie de la zone de travail en abattoir et augmenter les risques de toxi-infections alimentaires du consommateur. En tout temps, des mesures particulières sont prises lors de l'abattage des porcs pour diminuer le risque de contamination des carcasses. Ces mesures sont maximisées lorsque le statut de l'animal qui entre à l'abattoir est connu.

On a donc tout avantage à tenir compte de l'information sur le statut du troupeau qu'on a à gérer, qu'on soit producteur, technicien, agronome, médecin vétérinaire, transporteur ou abatteur.

Lorsque la prévalence de la bactérie est très faible – voire quasi inexistante – dans son troupeau, il est important de chercher à conserver précieusement ce statut. Il existe diverses méthodes de prévention. En s'assurant de connaître le statut des animaux qui entrent dans ses bâtiments, on augmentera ses chances de préserver un excellent statut. En effectuant un bon lavage et une bonne désinfection à chaque cycle de production, on maximisera aussi le maintien de ce précieux statut. En matière de biosécurité, il faut demeurer éveillé et s'assurer de bien gérer toutes les introductions. Finalement, l'utilisation judicieuse des antibiotiques, de concert avec son médecin vétérinaire, permettra de maintenir une faible circulation de la bactérie.

Si vous croyez que vos porcs sont infectés par la bactérie Salmonella typhimurium, il est très important de prévenir votre médecin vétérinaire et d'avoir la maîtrise sur l'infection. Il faut s'assurer que les porcs se rétablissent, quele délai d'attente (la période de retrait) du médicament est respecté et que l'abattoir est au courant du « vécu » des bêtes lorsque celles-ci arrivent dans ses installations. Tous seront alors en mesure de gérer adéquatement le risque généré par ces animaux.

Il se peut aussi que votre élevage soit infecté par un autre sérotype de salmonelle. Malheureusement, certains sérotypes peuvent affecter le consommateur de viande de porc sans nuire aux porcs eux-mêmes. On parle alors d'une toxi-infection de l'homme associée à la viande de porc. On doit donc aussi prendre en compte cette donnée afin de pouvoir agir principalement à titre préventif.

Si votre service technique vous avise que votre élevage est porteur d'un sérotype autre que typhimurium, redoublez d'efforts afin de comprendre pourquoi cette infection circule chez vous et quels sont vos leviers pour en diminuer la circulation.

La salubrité de la viande produite dans les élevages québécois est la responsabilité de tous. Chaque maillon de la chaîne de production a son rôle à jouer. L'interaction entre ces maillons est la clé du succès collectif.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés