Entretiens
Poser un diagnostic  avant de chauler

La recherche a établi les bénéfices du chaulage des érablières victimes de dépérissement comme moyen d'améliorer leur état de santé afin d'assurer leur pérennité et leur productivité. Toutefois, le mouvement actuel de chaulage et de fertilisation des érablières a pris beaucoup d'ampleur, à un point tel que certaines étapes ont été mises de côté, et ce, au détriment de la bonne réalisation de ces mesures correctives et de l'atteinte des résultats escomptés.
la voie vers un démarrage en production laitière n'a pas été rectiligne et toute tracée d'avance
Un cas évident d'absence de cicatrisation des entailles.

Contrairement à ce qui est parfois véhiculé, le chaulage ne donne pas des résultats instantanés. La chaux met au moins deux ans avant de commencer à pénétrer l'humus. Le chaulage ne convertit pas un peuplement mixte en érablière et il n'augmente pas nécessairement la croissance lorsque certaines précautions sur la dynamique forestière n'ont pas été considérées dans la planification de l'amélioration de l'érablière. De plus, l'augmentation du rendement de sève d'érable à l'entaille à la suite du chaulage et de la fertilisation n'est pas validée par les scientifiques.

En effet, l'ajout de chaux dans une érablière saine – ou dans une érablière aménagée inadéquatement ou ayant un mauvais drainage – peut engendrer des résultats non désirés et provoquer des retombées négatives sur l'investissement à long terme, pouvant aller jusqu'à causer le dépérissement d'un peuplement de densité élevée.

Il est donc recommandé de bien planifier tout projet de chaulage et de fertilisation, notamment en faisant faire un diagnostic de l'état de santé de l'érablière, avant de magasiner un service d'épandage. Cette approche permet de déterminer avec rigueur si l'érablière présente des signes de faible vigueur et de cibler la cause du problème, le cas échéant. Il faut savoir qu'il y a plusieurs causes de dépérissement, entre autres les changements dans la dynamique forestière, les variabilités de la fertilité des sols, les méthodes d'exploitation et les perturbations naturelles. La défoliation, la décoloration des feuilles, la faible croissance, la cicatrisation lente des entailles et l'absence de régénération sont toutes des symptômes de dépérissement qui peuvent indiquer un problème autre que l'acidification des sols. Une simple analyse de sol n'est donc pas suffisante pour conclure à un problème de santé.

la voie vers un démarrage en production laitière n'a pas été rectiligne et toute tracée d'avance
Démonstration d'un échantillonnage de sol au Centre ACER

Afin de déterminer s'il faut ou non appliquer un amendement, il est nécessaire d'avoir recours à un ingénieur forestier qualifié dans le domaine de l'évaluation du bilan de santé en érablière. L'agronome peut être impliqué dans la partie qui touche aux sols, notamment pour l'échantillonnage et la recommandation de chaux et de fertilisants. Dans ce cas, il doit apposer sa signature pour les recommandations prescrites. Le document de synthèse forêt-sol livré au producteur doit cependant être signé par un ingénieur forestier.

Que fait ce dernier quand il doit traiter un tel dossier? À l'aide de photographies aériennes, il détermine de façon préliminaire les secteurs distincts de l'érablière. Une attention particulière est portée aux secteurs de densité élevée, puisque l'aménagement du boisé devra se faire avant toute autre forme d'intervention. En forêt, l'ingénieur forestier délimite les peuplements homogènes selon leurs caractéristiques topographiques, leurs conditions de drainage et leur régénération en érables. Par la suite, pour récolter les données forestières nécessaires, il délimite des parcelles d'observation temporaires et prend des échantillons de sol.

Dans les parcelles d'observation, l'ingénieur forestier évalue les indicateurs de vigueur des érables matures, la régénération, la compétition au sol, la fertilité du sol, le drainage et le profil du peuplement. Afin de le guider dans ses observations, des seuils d'intensité ont été élaborés pour chacun des indicateurs. Ces seuils ont été rassemblés dans une clé d'observation conçue par le Centre ACER, l'Association des propriétaires de boisés de la Beauce et le ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

Pour donner plus de valeur aux observations de peuplement prises sur le terrain, il est possible d'implanter un point d'observation semi-permanent. Cette technique est particulièrement intéressante pour un suivi des travaux. En effet, il est possible de mesurer certains indices forestiers quatre à cinq ans après une intervention sylvicole ou une application de chaux, ce qui permet ainsi de traduire d'une façon précise le résultat obtenu.

la voie vers un démarrage en production laitière n'a pas été rectiligne et toute tracée d'avance
Échantillonnage du sol. La motte retirée du sol à l'aide de la pelle montre, du haut vers le bas, l'humus, l'horizon gris et l'horizon brun minéral. Ce sont l'humus et le minéral seulement qu'il faut récupérer sans les contaminer avec l'horizon gris.

Pour faire l'étude de la fertilité des sols qui sera incluse dans le bilan de santé de l'érablière, l'ingénieur forestier procède aussi au prélèvement d'échantillons de sol. La recherche a démontré qu'une dizaine d'échantillons sont nécessaires pour chaque secteur homogène. Lors de l'échantillonnage, une attention particulière doit être portée à l'horizon de l'humus où les principaux échanges nutritifs s'effectuent. Un mauvais échantillonnage peut facilement suggérer l'application d'une quantité beaucoup trop élevée de chaux. Ainsi, il n'est pas recommandé de prélever ces échantillons par carottage, comme en agriculture. Cette technique engendre un risque élevé de contamination entre certaines couches présentes dans l'horizon de l'humus et celles de l'horizon minéral, ce qui crée automatiquement des recommandations d'amendement erronées. En effet, entre l'humus et le minéral, on trouve fréquemment une couche grise, inerte et délavée de tout élément nutritif. Cette couche ne doit pas être considérée dans l'échantillonnage, au risque de diagnostiquer une partie de l'érablière comme plus pauvre qu'elle ne l'est réellement.

Si une application de chaux ou de potasse est prescrite, celle-ci devra s'appuyer sur les résultats du logiciel spécialisé Delfes. Bien qu'en apparence simple, ce logiciel plein de subtilités doit être utilisé par un professionnel – agronome ou ingénieur forestier – ayant reçu une formation. En effet, Delfes est un outil toujours en évolution, qui génère des résultats nécessitant une interprétation poussée.

la voie vers un démarrage en production laitière n'a pas été rectiligne et toute tracée d'avance
Brutale projection de particules de chaux sur la zone d'entaillage du tronc d'un érable. Les conséquences de cette pratique sont encore inconnues. Pour une meilleure homogénéité, il est préférable d'éviter les obstacles lors de l'épandage.

Avec toutes les données recueillies, l'ingénieur forestier élabore le plan d'intervention final, qui comprend une carte indiquant les secteurs homogènes et les points d'observation temporaires ou semi-permanents, des tableaux synthèses des données forestières et des résultats d'analyse des sols, une recommandation synthèse ainsi qu'un échéancier des interventions prioritaires. Notez bien qu'il est possible que l'application de chaux ou de potasse ne soit pas recommandée. Vous aurez alors la meilleure nouvelle de la journée!

À l'étape de l'application, il est important de commander la chaux prescrite, de trouver un service d'épandage pouvant effectuer une application homogène, adapté à la topographie de votre érablière et qui n'abîmera pas les arbres en place. Les effets du chaulage en forêt sur la faune et la flore sont inconnus au-delà d'une quantité de trois tonnes de chaux à l'hectare. L'application de potassium (K) est autorisée, mais celle de phosphore (P) est fortement déconseillée. Pour toutes ces raisons, et vu les avantages d'un chaulage adéquat mais aussi les risques associés à un chaulage inapproprié, le recours à un ingénieur forestier et à un agronome est quasi nécessaire pour le producteur.

 


Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés