Entretiens
RItes d'automne

L'automne arrive et il reste une panoplie de travaux à faire au jardin. Il est en effet toujours temps de planter vivaces, arbres et arbustes, en prenant soin d'appliquer à leur pied une bonne couche de paillis naturel.

Plantez en petits massifs des bulbes à fleurs (tulipes, jonquilles, muscaris, etc.) sous les arbres et dans les plates-bandes afin d'obtenir un peu de couleur tôt au printemps. Protégez aussi vos végétaux plus sensibles au gel, aux bris physiques et à l'exposition aux produits chimiques (principalement les sels de déglaçage).

On protège du gel les végétaux dont la zone de rusticité est supérieure à la nôtre, comme par exemple un noisetier tortueux, rustique en zone 5, dans une localité située en zone 4a. La neige est un excellent outil de protection, simple et économique; elle peut suffire à protéger dans certaines régions. Ainsi, même si vous êtes en zone 4 et que vous avez des plantes de zone 4, en l'absence quasi-totale de neige, vous pourriez observer des dommages causés par le gel.

Voici quelques méthodes de protection hivernale à implanter au bon moment, c'est-à-dire lorsqu'il commence à faire froid pour travailler à mains nues et que les mélèzes tournent au jaune!

Sécheresse hivernale et bris physiques

Les végétaux qui conservent leurs feuilles l'hiver, tels que les conifères, l'érable du Japon, le houx et les rhododendrons, continuent de transpirer (perte d'eau par le feuillage) même l'hiver. Si l'automne est sec, il faut absolument arroser abondamment le sol avant qu'il gèle et recouvrir le pied des plants de paillis naturel, qui limitera l'évaporation de l'eau. Pour les végétaux exposés aux grands vents, installez à leur pourtour des piquets et entourez-les d'une clôture à neige. On y ajoute un textile blanc, conçu pour la protection hivernale et meilleur que la jute. Pour les gros spécimens plus larges que hauts, on place aussi une clôture en bois sur le dessus. Il existe également des agents antitranspirants chimiques, qu'on peut vaporiser sur le feuillage, mais ils sont difficiles à trouver sur le marché. Les arbustes rustiques bénéficieront d'être ficelés de bas en haut sur un piquet. Côté arbres, une bonne taille favorisant un tronc droit et fort ainsi que des branches charpentières équilibrées demeure la meilleure protection. Enlevez avant l'hiver les branches faibles, malades ou mortes, qui risquent de chuter lors des tempêtes de verglas.

Gel, éclatement de l'écorce et sel

Les jeunes arbres profitent de l'ajout d'un protecteur blanc perforé à la base du tronc. En plus de diminuer les risques d'éclatement du tronc par sa couleur blanche, il réduit les risques de blessures causées par les rongeurs. Évitez l'utilisation de drain agricole, qui, en raison de sa couleur noire, surchauffe sous le soleil printanier et fait craqueler l'écorce de l'arbre.

Les textiles blancs conçus pour la protection hivernale offrent une excellente protection contre le gel et le sel. Certains textiles possèdent d'ailleurs un côté plus résistant au sel, mais tout de même perméable à l'air. Pour les rosiers moins rustiques, tels que les hybrides de thé et les floribundas, on les rabat à 30 cm du sol avant de les butter avec de la terre contenant des écorces ou de la mousse de tourbe. Disposez ensuite sur le rosier un cône en styromousse, en vous assurant de percer quelques trous d'aération sur le dessus.
Bon hiver!

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés