Bilan
Prix Transfert de ferme, texte et photos d'Etienne Gosselin
 
L'exercice financier terminé le 29 octobre 2011 marquera l'histoire de La Coop fédérée à la fois par des ventes records de 4,6 milliards $ et un excédent avant ristournes et impôts sur l'excédent de 79 millions $. En 2010, les ventes se chiffraient à 3,9 milliards $, alors que l'excédent était de 36,1 millions $.

La hausse de l'excédent avant ristournes et impôts sur l'excédent est attribuable, d'une part, à une forte progression de l'excédent d'Olymel s.e.c., principalement pour le secteur porcin, dont la marge viande a connu en 2011 un sommet historique résultant du contexte mondial très favorable (voir Rapport d'Olymel en page 20). D'autre part, à l'activité Approvisionnement, dont la contribution nette de l'ensemble du groupe est en effet supérieure à celle de l'exercice précédent.

Cette progression spectaculaire des ventes provient, d'une part, d'une hausse des ventes de 509 millions $ de l'activité Approvision­nement; les secteurs de la commercialisation des grains, d'Énergies Sonic et des productions végétales comptent pour une grande partie de cette augmentation. D'autre part, du côté de la filiale Olymel s.e.c., les ventes ont augmenté de 97 millions $, ce qui s'explique principalement par la hausse des prix de marché pour le secteur du porc frais.

Pour l'exercice terminé le 29 octobre 2011, compte tenu des ristournes déclarées de 36,5 millions $ et des impôts sur l'excédent de 13,5 millions $, l'excédent net s'élevait à 29 millions $, alors que celui de l'exercice 2010 était de 18,7 millions $.

Activité Approvisionnement
Ventes en 2011 : 2,3 milliards $
Ventes en 2010 : 1,8 milliard $

Les ventes et revenus de l'Approvisionnement se chiffrent à 2,3 milliards $, une hausse de 27,8 % sur les ventes de l'exercice précédent, qui totalisaient 1,8 milliard $. L'inflation du prix des grains, des fertilisants et des produits pétroliers compte pour la moitié de cette hausse. Ce qui est toutefois fort remarquable, c'est que l'autre moitié de l'augmentation des ventes provient d'acquisitions d'entreprises, telles Agrico Canada Limited et Grower Direct Export, de même que de la croissance notable des volumes des ventes de grains et de fertilisants distribués par le réseau ontarien Agronomy ainsi que du volume des ventes d'Énergies Sonic.

L'excédent avant impôts est aussi en hausse de 16,9 millions $, soit plus de 35 %, et s'élève à 64,6 millions $, comparativement à 47,7 millions $ enregistrés au dernier exercice. u

Secteur des productions animales
Ventes en 2011 : 299,2 millions $
Ventes en 2010 : 263,5 millions $

À 299,2 millions $, les ventes du Secteur des productions animales ont progressé de 35,7 millions $ par rapport à celles de l'exercice précédent, qui totalisaient 263,5 millions $. La hausse du chiffre d'affaires résulte essentiellement de l'inflation du coût des intrants en alimentation animale.

La mise sur pied de la Filière porcine coopérative est l'événement marquant de l'exercice en productions animales. Entre autres réalisations, la Filière porcine aura contribué à l'amélioration marquée de la qualité de la viande; la prime versée pour les porcs certifiés La Coop allège d'autant la très forte pression économique que vivent les producteurs porcins du réseau La Coop. Le volume des ventes du secteur porcin accuse une légère baisse, toutefois moins importante que la diminution du cheptel québécois.

Secteur des productions végétales
Ventes en 2011 : 562,8 millions $
Ventes en 2010 : 484,1 millions $

Marquées par l'inflation du prix des intrants de 77 $ la tonne métrique, les ventes de fertilisants augmentent de 12,3 millions $ et se chiffrent à 125,1 millions $, par rapport à 112,8 millions $ au cours de l'exercice précédent. Les ventes industrielles dans ce secteur connaissent une baisse importante, causée d'une part par la transformation du marché industriel et, d'autre part, par des décisions de mise en marché visant à sécuriser l'approvisionnement du réseau La Coop. Quant au volume des ventes agricoles de ce secteur, il augmente de près de 8,4 % cette année, tandis que le marché québécois des fertilisants n'a crû que de seulement 3,6 %.

Les ventes de semences ont progressé de 15 % et s'établissent à 42,2 millions $, alors que nos parts de marché sont en légère augmentation. Au Québec, les superficies ensemencées en maïs sont en baisse de près de 1 % par rapport à l'exercice précédent, et les superficies ensemencées en céréales ont aussi diminué de 11,3 %, soit à environ 30 000 hectares.

Les ventes ont diminué de 5,1 millions $ en protection des cultures, mais avec là aussi une augmentation des parts de marché du réseau La Coop.

Les ventes consolidées d'Agronomy ont atteint 352,6 millions $, une hausse de 23 % par rapport à l'exercice 2009-2010. Le groupe de détail­lants ontarien Agromart a réussi une belle percée cette année grâce à un appro­vision­nement en ferti­lisants à prix concurrentiels.

Le chiffre d'affaires du Secteur des productions végétales est aussi en hausse de 26,3 millions  $, provenant des ventes d'Agrico Canada Limited au cours de deux de ses mois d'activité, soit depuis son acquisition le 1er septembre 2011 par La Coop fédérée.

Secteur des grains
Ventes en 2011 : 443,1 millions $
Ventes en 2010 : 256,7 millions $

Les ventes du Secteur des grains s'élèvent à 443,1 millions $, ce qui représente une augmentation de 186,4 millions $ sur l'exercice précédent, alors que le chiffre d'affaires était de 256,7 millions $. La commercialisation des grains a généré des ventes de 270 millions $, soit une hausse de 108,3 millions $ par rapport à l'exercice précédent. La récolte de maïs a été en hausse et les prix moyens ont augmenté de l'ordre de 31 % par rapport à 2010.

Dans la même veine, les ventes de Grains Elite enregistrent une hausse de 65 % et totalisent 155,4 millions $. La récolte record de 2010 combinée à la récolte hâtive de 2011 et à l'augmentation de 56 $ du prix moyen de la tonne métrique sont les principales raisons de cette croissance du chiffre d'affaires de Grains Elite. Enfin, l'acqui­sition de Grower Direct Export a procuré des ventes additionnelles de 17,1 millions $ au Secteur des grains.

Secteur Quincaillerie et machines agricoles
Ventes en 2011 : 223 millions $
Ventes en 2010 : 225,3 millions $

Les ventes de ce secteur demeurent relativement stables, à 223 millions $, comparativement à 225,3 millions $ au dernier exercice. Le recrutement de nouveaux marchands au sein de l'enseigne Unimat a permis d'éviter de subir la régression des ventes qu'a connue l'industrie au cours de l'exercice 2010-2011. En effet, la fin des programmes d'État, le resserrement de l'accès au crédit hypothécaire et la faible confiance des consommateurs envers l'économie semblent avoir porté un coup sévère à ce secteur économique canadien. Pour les machines et pièces, les ventes nettes ont augmenté de 1,1 million $ pour se situer à 16,3 millions $; les ventes de machines ont principalement généré cette hausse.

Secteur Énergies Sonic
Ventes en 2011 : 736,7 millions $
Ventes en 2010 : 564,2 millions $

Les ventes du Secteur Énergies Sonic ont totalisé 736,7 millions $, par rapport à 564,2 millions $ au dernier exercice. Le chiffre d'affaires des marchés résidentiel et commercial a progressé de 33 %, pour s'élever à 421,7 millions $. Cette croissance s'explique essentiellement par la hausse du coût des intrants de 27,1 % et par des volumes en croissance de 4,3 %.

L'inflation des prix de 27 % et une croissance de volume de 6 % ont permis au Service aux automobilistes, pour sa part, d'enregistrer une augmentation de 33 % de ses ventes. Celles-ci atteignent 271,1 millions $, comparativement à 204,4 millions $ à l'exercice précédent.

Les ventes du Service du propane ont progressé de 5 %, pour totaliser 43,9 millions $. Encore une fois, les prix sont la principale raison de cette hausse.

Conclusion
La Coop fédérée souhaite être une organisation coopérative de classe mondiale dans le secteur de l'agroalimentaire. Elle désire se distinguer par une forte identité coopérative chapeautée par l'éthique et le développement durable. Elle doit maintenir une croissance soutenue et rentable, avec des acquisitions ciblées ou par développement interne, et bien maîtriser la productivité ainsi que la structure de coûts.
En cette période de grande inquiétude et d'instabilité économique aux États-Unis et en Europe, il est rassurant de terminer l'année avec un aussi bon bilan! La coopérative le doit à ses membres, ses partenaires et ses employés. Nos résultats et ceux de tout le réseau marquent une sorte de consécration de notre movdèle économique, un modèle de solidarité et de bénéfices partagés, indépendant des dérives financières, qui s'en sort mieux dans une conjoncture difficile de chômage, de délocalisation et de remous sociaux compréhensibles.

En 2012, La Coop atteint l'âge vénérable de 90 ans. Le hasard fait bien les choses : c'est aussi l'Année internationale des coopératives, tel que l'ont décrété les Nations unies. Ce sera donc l'occasion de montrer qui nous sommes, de promouvoir les avantages du modèle coopératif et de faire connaître nos valeurs et notre contribution au développement socioéconomique de nos milieux. Nous sommes des gens au service des gens, des personnes au service d'autres personnes.

Nous avons aussi des défis à relever. La Coop fédérée doit rester branchée sur les réalités d'aujourd'hui et s'assurer que ses membres et leurs coopératives sont toujours sa priorité. Si nous voulons aider nos producteurs membres et leurs coopératives à dégager de meilleurs profits et à protéger les emplois – et même à en créer de nouveaux –, nous devrons innover, revoir constamment nos façons de faire et mettre en œuvre une réelle coordination du réseau La Coop.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés