Productions végétales
Les terres agricoles trop chères pour n’être cultivées  que cinq mois par année?
La hausse du marché des denrées au cours des dernières années a soutenu et encouragé la hausse du prix des terres agricoles, au Québec et partout dans le monde. Lorsque nous nous arrêtons et que nous réfléchissions quelques minutes à la situation, il est clair de constater que nous utilisons seulement cet investissement à 41 % de son potentiel. En d'autres mots, la terre est cultivée cinq mois par année et, le reste du temps, nous payons des taxes!
À ce prix, il est temps de commencer à préserver la pleine valeur de cet investissement. Mais comment contribuer à maintenir et à augmenter cette valeur que sont nos terres agricoles?
La première étape est de cultiver ce sol 12 mois par année. Facile à dire, mais lorsqu'on pratique une agriculture nordique comme la nôtre, il faut être quelque peu innovateur pour y arriver.

Chômage et création d'emplois…
Le défi est de maintenir le sol couvert de végétaux à l'année. Un sol, c'est comme une PME : si chaque hiver vous mettez vos employés au chômage, à long terme ils chercheront un emploi stable ailleurs qui leur permettra de travailler à l'année. Si vous mettez vos champs en chômage chaque hiver, vos employés – vers de terre, mycorhizes, bactéries et champignons – ne resteront pas dans votre entreprise : ils partiront par manque d'ouvrage! Il sera alors difficile de maintenir une rentabilité et, surtout, des employés de qualité. Tous ces microorganismes compétents laisseront leur place à des travailleurs occasionnels que sont les bactéries consommatrices de carbone. Résultat : une réduction de la matière organique des sols. Faute d'employés compétents, vous devrez travailler pour eux en labourant et en hersant vos sols afin de maintenir la productivité de votre entreprise!


Depuis environ deux ans, nous nous intéressons à la santé des sols afin de maintenir et d'augmenter la productivité de notre agriculture. En juin dernier, je vous présentais le tillage radish (photo 1). Cette plante est un atout incontournable pour décompacter vos sols et y favoriser l'infiltration de l'eau après une culture d'été comme les céréales ou les cultures de conserverie. En compagnonnage avec un mélange de ray-grass, trèfle incarnat et pois d'Autriche, vous obtenez un cocktail de racines et d'apport d'azote au sol qui seront bénéfiques pour la culture subséquente. Cependant, lorsqu'on est en rotation maïs-soya, la fenêtre d'implantation de cette plante est beaucoup plus limitée.

À la Ferme de recherche en productions végétales de La Coop fédérée, nous avons donc validé si l'implantation d'une plante secondaire pendant la culture principale avait un impact sur le rendement. Nos observations sont très encourageantes, comme l'indique le graphique 1.

Le trèfle et le ray-grass semés en culture intercalaire au stade de huit feuilles du maïs n'ont pas nui au rendement. Au contraire, une synergie semble se former entre la culture principale (maïs) et la culture secondaire (trèfle ou ray-grass). En plus de cette synergie, on obtient une meilleure portance du sol découlant d'un système racinaire accru et d'un couvert végétal qui protège la surface du sol (photos 2 et 3) contre la battance (compaction de surface causée par le choc de l'eau sur le sol) tel que démontré sur la photo 4.

Histoire de pousser la réflexion plus loin, pourquoi ne pas semer un blé d'automne immédiatement après la récolte de soya? Si le blé passe l'hiver, vous aurez une récolte de blé abondante. Dans le cas où l'hiver serait défavorable et que le blé ne s'implante pas adéquatement, vous aurez eu une culture de couverture comme prix de consolation, ce qui est une excellente chose en soi.

Le plus important, c'est de créer de l'emploi pour ces organismes bénéfiques du sol. Ils auront ainsi de quoi se nourrir tout l'hiver, tout en transformant le sol en un milieu favorable à l'introduction de la culture principale le printemps suivant.

Le but de cette réflexion : maintenir et augmenter la productivité de votre placement… Vos terres agricoles!



Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés