Entretiens
Louise Dallaire
Créer son potager permet de retrouver le goût savoureux des légumes frais et gorgés de soleil. Cela permet aussi de varier son alimentation, d'enrichir sa qualité de vie et de réduire son empreinte écologique.
Souvent cueillis encore verts, la plupart des légumes vendus en épicerie ont en effet bien moins de saveur que ceux récoltés à maturité à quelques pas de sa cuisine. De plus, on ne sait pas toujours quels pesticides ni quels engrais de synthèse ont été employés pour les faire pousser. On sait par contre que le transport de ces légumes, qui proviennent parfois du bout du monde, est très polluant et qu'il leur fait perdre une grande partie de leurs nutriments.

En cultivant ses propres légumes, on balaie du coup tous ces inconvénients et on bénéficie, en prime, de leurs précieux antioxydants !

Aménagement de son potager
Vous devez d'abord choisir avec soin l'emplacement de votre potager. Pour bien pousser, la plupart des plantes légumières nécessitent au moins six heures d'ensoleillement par jour de même qu'un sol fertile et bien drainé.

Une fois que vous aurez choisi le lieu idéal et décidé de la taille de votre jardin, débarrassez le sol des plantes, branches, grosses pierres ou tout autre débris qui s'y trouvent. Labourez la surface à cultiver à l'aide d'une bêche ou d'une fourche-bêche, ou encore d'un motoculteur, si votre jardin est très grand. Incorporez-y de la tourbe, du fumier, du compost et de la chaux granulaire Unijardin. Si votre sol est très lourd ou compact, ajoutez un mélange organique sans terre composé uniquement de tourbe de sphaigne, d'algues granulées et de chaux calcitique (Lambert) ou de la vermiculite.



Arrosage
Assurez-vous de disposer d'une source d'eau à proximité. Vous pourrez ainsi suppléer à Mère Nature et utiliser plus aisément des fertilisants solubles. Pour vous faciliter la tâche, installez des tuyaux poreux ou un système d'irrigation goutte à goutte dans chacune des rangées.

Maîtrise des ravageurs et des mauvaises herbes

  • S'il y a des chevreuils, des ratons laveurs, des chiens ou d'autres animaux dans votre voisinage, n'oubliez surtout pas d'installer une clôture grillagée !
  • Pour éloigner les insectes nuisibles, intercalez des herbes aromatiques et des fleurs aux propriétés répulsives entre vos plantes légumières (voir la liste plus bas).
  • Surveillez attentivement l'apparition d'insectes et de maladies. À titre préventif, pulvérisez insecticides et fongicides avant qu'ils ne se manifestent.
  • Pour réprimer les mauvaises herbes, sarclez régulièrement et mettez du paillis entre les rangées.
Selon le vieil adage Les bons outils font les bons jardiniers, le trousseau du parfait jardinier comprendra au minimum une brouette, une pelle ronde, un transplantoir, un râteau, un sarcloir, un balai à gazon, un coupe-bordure, une binette, un sécateur, un pulvérisateur, une bêche et une fourche à bêcher.



Ail – pucerons, pyrales, scarabée japonais, tétranyque rouge
Basilic – aleurode, moustiques, criocère de l'asperge
Bourrache – sphinx des tomates
Capucine – aleurode, punaise de la courge, chrysomèle rayée
Coriandre – pucerons
Géranium – piéride du chou, tétranyque rouge
Menthe – fourmis, pucerons, piéride du chou
Menthe pouliot – mouches, moustiques
Origan – piéride du chou, chrysomèle rayée
Ortie – insecticide général
Romarin – piéride du chou, mouche de la carotte
Rue – aleurode, scarabée japonais, chats, chiens
Sauge officinale – piéride du chou, mouche de la carotte, limaces
Souci – criocère de l'asperge, sphinx des tomates
Tagète (œillet d'Inde) – nématodes
Tanaisie – fourmis, pucerons, aleurode, scarabée japonais,punaise de la courge, chrysomèle rayée
Thym – piéride du chou
 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés