Porc
En filière
Le 1er juin dernier s'achevait l'écriture du premier chapitre de l'histoire de la Filière porcine coopérative, lancée officiellement le 21 avril 2011. Une première année d'existence plutôt positive, qui laisse les producteurs rencontrés optimistes pour la suite des choses.
Le président sortant de la Filière porcine coopérative, Clément Pouliot, a d'abord rappelé aux 130 personnes réunies à Québec la ristourne de 8,25 millions $ (à raison de 10 $ par porc produit et de 7 $ par dose de semence) annoncée en février dernier, à partager entre 141 membres de la Filière, qui en compte aujourd'hui 185.

Cette ristourne s'ajoute à la bonification de 3 $ par porc pour le porc certifié La Coop, soit de 5 à 8 $ pour les producteurs « aliments complets » et de 3 à 6 $ pour les producteurs « fabrication à la ferme ».

Rompre l'isolement
À l'échelle internationale, force est d'admettre que l'intégration verticale en production porcine est devenue le modèle dominant. Reproduire les forces de l'intégration en combinant les valeurs entrepreneuriales des producteurs autonomes aux vertus de la coopération, voilà le pari de la Filière porcine coopé­rative, une chaîne de valeur permettant d'offrir un produit de haute qualité capable de rivaliser sur la scène mondiale, sur les marchés les plus lucratifs. « Nous avons besoin d'entrepreneurs compétents et disciplinés au sein du réseau », soutient Claude Lafleur, chef de la direction de La Coop fédérée.

La Filière porcine coopérative exige une étroite collaboration entre tous ses maillons – fournisseurs de génétique (Sogeporc), fournisseurs d'aliments (meuneries du réseau La Coop), producteurs de porcs, transporteurs d'animaux, abattoir (Olymel) – pour la production d'une viande certifiée et uniforme, produite en respectant un cahier des charges nouvellement révisé. « Alors que nos concurrents achètent des fermes, nous visons, de notre côté, une coordination efficace à l'intérieur d'une filière », explique Robert Brunet, directeur général de la Filière et directeur des productions animales à La Coop fédérée.

Les producteurs rencontrés, qui ont librement adhéré à la Filière, étaient unanimes à dire que son avènement et leur adhésion à celle-ci n'étaient pas pour eux « la moins pire des solutions » face aux difficultés vécues ces dernières années, pas plus que la Filière ne représente une « perte d'autonomie » pour ces fiers entrepreneurs. « S'il reste des réticences, elles ne sont pas rationnelles, mais émotionnelles », résume Claude Lafleur. Mentionnons d'ailleurs que la gouvernance du comité de coordination de la Filière porcine coopérative est assurée par des producteurs démocratiquement élus.

Bref, cette mise en commun des forces et des intérêts dans une sorte de système de souveraineté-association redonne certainement tout son sens au mot « coopération ».



La Filière porcine coopérative est fière de vous présenter le www.porclacoop.coop ! Depuis le 1er juin, les producteurs de porc membres de la Filière porcine coopérative peuvent se référer à ce nouveau site Internet pour tout ce qui concerne la filière. Le nouvel outil est également une façon de présenter à tous la mission collective de la Filière porcine coopérative ainsi que le produit de qualité qu'elle développe avec ses membres, le porc certifié La Coop.

Pour le consommateur, ce site Internet répond au besoin de connaître l'histoire entourant la production porcine, de savoir d'où provient la viande qu'il consomme. Pour le producteur, il affiche fièrement l'expertise et l'engagement collectif de centaines de personnes engagées dans un programme de production adapté à la réalité d'aujourd'hui.

Le site Internet permet aussi de démontrer le modèle filière aux producteurs de porcs intéressés à se joindre aux 185 membres actuels, de diffuser des actualités pertinentes, de rappeler les événements à venir et de faire partager des photos et des vidéos.

Visitez le www.porclacoop.coop pour découvrir ou redécouvrir la Filière porcine coopérative ! (Source : Jessy Blanchette, conseillère en communication à La Coop fédérée)




La spécialiste de renommée internationale du comportement et du bien-être des animaux, Temple Grandin, sera parmi nous le 31 juillet prochain.

Professeure à l'Université Fort Collins, au Colorado, et détentrice d'un doctorat en sciences animales, cette femme remarquable, autiste de haut niveau, a révolutionné le bien-être des animaux d'élevage en respectant leur nature profonde, en pensant comme eux et en mettant tout en œuvre pour leur procurer une vie décente.

Auteure d'une dizaine d'ouvrages et de multiples articles sur l'autisme et le bien-être animal (voir l'encadré), Temple Grandin visitera une ferme du réseau La Coop ainsi que l'abattoir d'Olymel de Vallée-Jonction. Elle prononcera également une conférence au Campus Notre-Dame-de-Foy à Saint-Augustin-de-Desmaures, au cours de laquelle elle nous fera part des meilleures pratiques à mettre en place en matière de bien-être animal, tirées notamment de son ouvrage Improving Animal Welfare : A Practical Approach, fruit de la collaboration des plus éminents spécialistes en la matière à travers le monde.

Propriétaire d'une entreprise de conseils sur les conditions d'élevage des animaux, Temple Grandin a mis au point des méthodes innovatrices pour rendre plus humaine la manipulation et l'abattage des animaux d'élevage. Aujourd'hui, la moitié des bovins de boucherie aux États-Unis et au Canada sont manipulés dans des installations qu'elle a conçues. En outre, plusieurs grandes chaînes de restauration rapide, dont McDonald's et Burger King, suivent de près ses directives en matière d'élevage et exigent de leurs fournisseurs qu'ils portent une attention toute particulière à la façon dont les animaux sont traités.

En 2010, Temple Grandin a été nommée, par le prestigieux magazine Time, l'une des 100 person­nalités les plus influentes au monde. Sa vie hors du commun a également fait l'objet d'un téléfilm américain diffusé sur la chaîne HBO en 2010 (lauréat des prix Emmy et Golden Globe). Elle est la preuve concrète que, malgré leur condition, les gens atteints d'autisme ou du syndrome d'Asperger peuvent accomplir de grandes choses. C'est un véritable honneur de l'accueillir parmi nous. Un événement à ne pas manquer pour quiconque s'intéresse au comportement et au bien-être des animaux !

Pour inscription :
Rendez vous sur le site www.porclacoop.coop ou
Contactez Catherine Michaud, agronome
Conseillère en logistique | Production porcine | Secteur des productions animales
catherine.michaud@lacoop.coop
Téléphone : 418 839-5572 Poste : 2267

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés