Entretiens
« Rien à perdre, tout à gagner » « Rien à perdre, tout à gagner » « Rien à perdre, tout à gagner »
Telle fut la réaction de Marie-Line Patry lorsqu'une administratrice en fin de mandat lui a proposé de se joindre au conseil de La Coop Agrivert. « Tant qu'on n'a pas essayé, on ne peut pas savoir si ça nous convient ou pas », a-t-elle alors raisonné. Bien consciente que ce rôle exigerait des efforts, elle s'est engagée « sans se mettre de pression » et en se donnant droit à l'erreur.
Avec le recul, l'agricultrice de 31 ans ne regrette pas sa décision. Entamant sa troisième année comme dirigeante, elle trouve même l'expérience très enrichissante. « Le respect règne au sein du conseil, et la bonne santé financière de la coopérative nous permet d'avoir des projets de croissance. C'est plus stimulant qu'une situation stagnante! » remarque-t-elle.

Ses premières années en poste ont d'ailleurs été fort bien remplies. L'an dernier, elle a notamment fait partie du comité chargé d'examiner l'acquisition d'une troisième quincaillerie, ouverte depuis à Louiseville. Conjointement avec la vice-présidente du conseil et une employée de la coopérative, elle a aussi participé à l'organisation de la journée Femmes et coopération de son secteur, tenue en mars 2012.

Marie-Line demeure toutefois bien modeste quant à sa contribution comme dirigeante. « Pour l'instant, j'ai l'impression de recevoir beaucoup plus que je n'apporte », affirme celle qui dit avoir encore bien des choses à appre

ndre, à commencer par les ficelles du métier d'agricultrice! « Comme je ne suis pas issue du milieu agricole, c'est seulement depuis mon mariage avec un fils d'agriculteur, en 2003, que je baigne dans le domaine », explique-t-elle.

Native du village de Maskinongé et diplômée en biologie, elle a d'abord travaillé comme technicienne de laboratoire avant de s'investir à temps plein à la ferme lorsqu'il est devenu clair que son mari, Marco Clément, allait prendre la relève. Estimant qu'un couple est encore plus fort quand la conjointe participe aux travaux agricoles, Marie-Line n'a pas hésité à faire le saut. « J'ai toujours aimé la nature et j'ai un côté hyperactif, ajoute cette femme qui n'a jamais craint de se salir les mains. J'aime bouger, travailler manuellement et je suis curieuse d'apprendre. Quand j'ai connu Marco, je n'ai pas eu peur de le suivre partout. Il m'a montré à traire les vaches, puis à conduire un tracteur. »

C'est en 2008 que le jeune couple a officiellement pris la relève de la ferme laitière de Saint-Édouard-de-Maskinongé, qui venait tout juste d'être couronnée première de sa région par Agropur pour la qualité de sa production. Tout en demeurant actionnaires de l'entreprise, les parents de Marco lui ont alors cédé la maison familiale pour s'établir au village.

Aujourd'hui maman de Vincent, trois ans, et de Julia, 18 mois, Marie-Line ne chôme pas. Responsable de la comptabilité – entièrement informatisée par ses soins –, elle s'occupe aussi de la traite et de l'alimentation du troupeau. Passionnée de lecture, elle trouve également le temps de faire du bénévolat à la bibliothèque de Saint-Édouard. Et même si son conjoint estime qu'elle en fait déjà trop, elle vient tout juste d'accepter le rôle de secrétaire du comité consultatif d'urbanisme de sa municipalité. Ce nouveau défi l'enthousiasme beaucoup. « On veut mettre en place des projets de revitalisation pour inciter les jeunes familles à s'établir à Saint-Édouard », cite-t-elle comme exemple. Ces familles auront certainement tout à gagner à s'installer dans une municipalité qui ne souhaite que leur présence ! 
Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés