Entretiens
La filière avicole La Coop sort de sa coquille

Le 20 juin dernier se tenait la première Journée provinciale avicole, une occasion pour le réseau La Coop de consulter les 129 aviculteurs présents, de les informer et de les rassembler autour d'un modèle coopératif plus pertinent que jamais.

La rencontre, qui se tenait au majestueux Pavillon Mont Arthabaska, à Victoriaville, réunissait des éleveurs tant de poulets que de dindons ou de poules pondeuses. L'horaire de la journée devait donc tenir compte des intérêts de tous.

Consulter
Si les producteurs avicoles étaient nombreux, on pouvait en dire autant des « chandails bleus », les experts-conseils et spécialistes de La Coop fédérée et de 16 coopératives actives en aviculture qui étaient présents pour permettre aux producteurs de « mettre des noms sur des visages et des visages sur des noms », comme l'a exprimé le premier directeur avicole, Sylvain Lefebvre. D'ailleurs, tout au long de l'après-midi, l'animation était assurée par ces différents intervenants avicoles du réseau La Coop, qui se sont relayés au micro de manière à répondre à cet objectif de visibilité, explique la conseillère en marketing de La Coop fédérée, Caroline Lapointe.

La première activité de l'après-midi fut d'abord l'occasion de sonder les producteurs avicoles sur les défis qu'ils vivent au quotidien et sur leurs attentes quant aux produits et aux services de La Coop et de ses experts-conseils. Constats : les producteurs veulent encore et toujours maintenir un haut degré de performance techno-économique en demeurant à l'affût des nouvelles tendances d'ici et d'ailleurs dans le monde. Ainsi, ils peuvent mieux s'adapter aux nouveaux besoins et attentes du marché. Ils exigent donc beaucoup de leurs conseillers avicoles, qu'ils veulent compétents, proactifs, accessibles et assidus quant aux suivis à effectuer.

Plus de 125 éleveurs de poulets, dindons et poules pondeuses ont fait l'expérience de la première Journée provinciale avicole de La Coop fédérée, le 20 juin dernier.

Informer
L'après-midi de conférences a commencé par l'exposé de la productrice avicole bien connue Monique Hénault, de Saint-Félix-de-Valois, venue faire partager ses 56 ans d'expérience en agriculture. Citant l'exemple de ses premiers poulaillers chauffés au charbon et dans lesquels il fallait distribuer la moulée et l'eau manuellement, elle a rappelé que l'aviculture a beaucoup changé et qu'elle changera encore beaucoup.

De son côté, Guylaine Lacroix, directrice R et D chez Olymel, qui connaît bien l'évolution des habitudes de vie des consommateurs, est venue les communiquer à un auditoire avide de mieux comprendre cette « bête ». Aliments plus naturels, plus verts, produits localement, haut de gamme, qui font rajeunir et dont les allégations sont prouvées scientifiquement : Guylaine Lacroix a pu donner un aperçu des tendances auxquelles son équipe est à l'affût afin de concocter des produits qui répondent aux besoins et aux habitudes des consommateurs. L'exemple le plus récent : la gamme Smart Nature, lancée par Olymel en mai dernier.

« Cette journée, c'est pour nous l'occasion d'exposer ce qu'on a dit qu'on ferait. C'est aussi une occasion pour nous de nous engager publiquement. D'ailleurs, à la fin de la journée, nos directeurs des ventes sont montés sur l'estrade pour répondre ouvertement aux questions des clients, ce qui montre bien notre désir de transparence et d'intégrité – des mots à la mode que nous essayons toutefois d'incarner au quotidien. »

– Sylvain Lefebvre, premier directeur avicole, La Coop fédérée>

« Au début du projet Chrysalide, la fermeture du couvoir de Saint-Félix-de-Valois ne m'apparaissait pas comme une bonne nouvelle. J'étais passablement sceptique quant au regroupement des services-conseils et à la fabrication délocalisée des aliments. Le regroupement des services des coopératives, auquel La Coop Agrodor a adhéré, m'a toutefois donné accès à un service d'expertise avicole de haut niveau. Et l'implantation de fabrication de moulée dans des usines ciblées a permis d'accroître la qualité de la moulée, avec un service de livraison équivalent jusqu'à maintenant. »

– Sylvain Bertrand, Ferme Aux Saveurs des Monts

D'autres conférenciers sont quant à eux venus présenter les nouvelles gammes d'aliments haute performance pour poulets (Denis Caron, La Coop fédérée), souligner les améliorations apportées au couvoir dans une optique de qualité totale (Gilles Lizotte, Couvoir La Coop), faire l'état de la situation du bien-être animal dans le secteur des pondeuses commerciales (Denis Frenette, Fédération des producteurs d'œufs de consommation du Québec), survoler l'avancement de la génétique des pondeuses (Eugene Fridman, Hendrix Genetics), élaborer sur les tendances du marché et les modèles de production dans le dindon (William Alexander, Hybrid Turkeys) et distribuer des conseils judicieux sur l'entrepreneuriat agroalimentaire et l'environnement d'affaires d'aujourd'hui (Alain Gagnon, Mouvement Desjardins).

« Le but de la Journée provinciale avicole ? C'est de permettre à La Coop fédérée de présenter son offre complète en aviculture : génétique, alimentation, services-conseils, mise en marché avec Olymel… C'est aussi d'avoir une bonne rétroaction sur cette offre de la part des clients actuels et potentiels présents à l'événement. »

– Denis Caron, nutritionniste en production avicole, La Coop fédérée

Rassembler
Une vidéo très rythmée sur les acteurs de la filière avicole, de la ferme à la mise en marché, a ensuite gonflé à bloc les congressistes. La voie était ouverte pour l'allocution très attendue de Claude Lafleur, venu livrer un vibrant plaidoyer en faveur d'un réseau coopératif enraciné dans 90 ans d'existence, mais toujours capable de s'adapter aux exigences d'extrême compétitivité d'aujourd'hui.

Le chef de la direction de La Coop fédérée a fait le point sur les plus récents partenariats et acquisitions de La Coop visant à maintenir des produits et des services abordables pour les membres. Claude Lafleur n'a pas manqué de souligner les avantages structurels et concurrentiels du réseau La Coop. Il s'est toutefois montré préoccupé pour la gestion de l'offre en raison des négociations actuelles sur le commerce international dans le cadre du Partenariat transpacifique.

La soirée s'est ensuite amorcée sur une note plus légère par un souper gastronomique où le poulet de génétique Sasso était à l'honneur, une première canadienne. L'humoriste Boucar Diouf a enfin clôturé une journée fertile en émotions par quelques-uns de ses meilleurs numéros.

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés