Entretiens
Les coopératives, 	une puissance  économique et sociale
Les 300 plus grandes coopératives et mutuelles du monde ont ensemble un chiffre d'affaires de 1600 milliards $ US. C'est l'équivalent du produit intérieur brut du Canada, classé comme la 10e puissance économique mondiale (en 2010). Pour souligner le Sommet international des coopératives, qui se tient à Québec du 8 au 11 octobre prochain, Le Coopérateur vous présente des entrevues avec des dirigeants qui parlent de leur distinction coopérative ainsi qu'un bilan de ce que représentent les coopératives dans le monde.
La Coop fédérée

Denis Richard
Président de La Coop fédérée

Le Coopérateur agricole Qu'est-ce que les membres du réseau La Coop ne peuvent obtenir dans un autre type d'entreprise?
Denis Richard D'abord, la possibilité de participer à la gouvernance. Je n'ai pas eu à investir 100 millions $ pour devenir président de La Coop fédérée! Ensuite, les coopératives sont des entreprises axées sur les humains plutôt que sur les capitaux. Puisqu'elles n'ont pas l'obligation d'avoir des rendements tous les trois mois, comme une entreprise cotée en Bourse, elles peuvent davantage penser à long terme en investissant dans ce qui ne rapportera pas immédiatement, mais qui sera bon pour le réseau et ses membres.

CA Quel est l'apport économique et social de La Coop fédérée et des coopératives du réseau?
DR Les coopératives sont des écoles de démocratie. Elles ont appris à des milliers de producteurs à faire des affaires, à gérer et à gouverner en équipe. Les producteurs qui siègent à nos conseils d'administration deviennent de meilleurs gestionnaires dans leur ferme.

CA Comment aimeriez-vous qu'on parle de La Coop fédérée?
DR Comme d'une entreprise très sensible au développement durable. Nous sommes un outil pour la société, et non l'inverse. Une coopérative agricole, c'est le prolongement de la ferme des producteurs. On utilise le système économique pour améliorer la qualité de vie des membres et la rentabilité de leur entreprise.

CA Est-ce que les coopératives sont appelées à se renouveler?
DR Propriété, gouvernance et ristournes constituent l'essence des coopératives, mais elles doivent quand même évoluer avec les tendances. La Coop fédérée est devant les mêmes enjeux que les entreprises capitalistes, elle doit être aussi efficace. Les coopératives de l'avenir auront su s'adapter à leur nouvel environnement. Les autres auront disparu.

CA Des consommateurs pourraient-ils siéger au conseil de La Coop fédérée?
DR Oui. Dans la loi constituant La Coop fédérée, rien n'exige que ce ne soit que des agriculteurs. Les membres du conseil de La Coop fédérée doivent venir des conseils des coopératives affiliées, qu'elles soient agricoles ou de consommation. Pour mieux représenter la diversité de ses sociétaires, La Coop fédérée pourrait accueillir au conseil un certain nombre de producteurs de lait, de porcs et de volailles ainsi que de consommateurs, par exemple.

CA Qu'espérez-vous du Sommet des coopératives?
DR Qu'il éveille les gouvernements de la planète à la place qu'occupent les coopératives dans les économies du monde et à leur contribution à la stabilité de ces économies. Si le Québec a mieux résisté à la crise de 2008, c'est probablement parce qu'il y a plus de coops au Québec, en pourcentage, que partout ailleurs en Amérique.



Agropur

Serge Riendeau
Président
Agropur, coopérative

Le Coopérateur agricole Pourquoi les producteurs laitiers vous choisissent-ils comme partenaire d'affaires plutôt qu'une autre entreprise laitière?
Serge Riendeau Parce qu'ils sont propriétaires d'importants actifs dans la transformation laitière, ce qui assure que leur lait pourra être transformé, et parce qu'ils ont leur mot à dire. Deux éléments qui contribuent à la pérennité de leur ferme, un enjeu d'une importance capitale. Notre bon rendement économique et la redistribution de nos excédents sont aussi des avantages concurrentiels.

CA Le statut coopératif d'Agropur freine-t-il sa croissance?
SR Aucunement. On est passés d'une entreprise locale à une entreprise régionale, puis provinciale et nationale. Nous sommes maintenant implantés aux États-Unis.

CA Qu'est-ce qu'une coopérative laitière peut apporter de plus à une société qu'une entreprise à capital-actions?
SR Notre forte présence locale nous distingue de nombreuses grandes sociétés. Au cours des cinq dernières années, Agropur a ristourné plus de 500 millions $. Cet argent est un moteur économique important dans toutes les régions. Nous soutenons aussi financièrement de nombreux événements, activités et organismes.

CA Comment souhaitez-vous qu'Agropur soit perçue?
SR Comme une entreprise démocratique, proche de son milieu, de ses membres et de ses employés. À l'interne, on parle d'une famille et on travaille pour sa pérennité. J'aimerais aussi que les coopératives soient mieux connues du monde des affaires et de l'ensei­gnement. Les études économiques qui seront rendues publiques au Sommet démontreront que les coopératives sont un modèle pour la société et porteuses de valeurs de solidarité et de démocratie.

CA Les coopératives sont-elles appelées à se renouveler?
SR Les lois et principes qui guident les coopératives évoluent avec la société. Agropur, qui aura 75 ans en 2013, est le 20e chef de file laitier mondial. Sa croissance n'a jamais cessé depuis 1938. On s'est développés pour servir et sécuriser nos membres.



La Coop Nominingue

Lise Lapointe
Directrice générale
La Coop Nominingue

Le Coopérateur agricole Pourquoi une personne vous choisit-elle comme partenaire d'affaires?
Lise Lapointe Nous sommes dans les affaires depuis plus de 70 ans, et elle nous choisit pour notre excellent service. De plus, en devenant membre chez nous, le consommateur a droit à une réduction de 2 % sur tous ses achats de matériaux et de quincaillerie. Il peut également toucher des ristournes.

CA Qu'est-ce qu'une coopérative apporte à ses membres et à la société?
LL Pour nos membres, le sentiment d'appartenance, le pouvoir de décision et l'engagement local. Chaque année, nos 600 sociétaires sont invités à l'assemblée annuelle pour participer à l'orientation de leur coopérative. Au plan social, grâce à notre politique de dons et commandites, nous investissons beaucoup dans la jeunesse, notamment dans les activités sportives et la création d'emplois.

CA Quand on parle de vous, comment vous qualifie-t-on?
LL Comme une équipe très dynamique, comme une famille. On agit comme si on servait notre père tous les jours.

CA Quelle est votre vision du développement de votre coopérative?
LL Nous devons évoluer avec le marché, demeurer à l'écoute des membres, en étant flexibles et humains et en assurant notre rentabilité. On veut croître et faire travailler les gens d'ici, sans tomber dans les pièges du capitalisme.



Mouvement Desjardins

Monique Leroux
Présidente et chef de
la direction
Mouvement Desjardins

Le Coopérateur agricole Qu'est-ce que vos membres peuvent obtenir de Desjardins qu'ils n'auraient pas dans une banque?
Monique Leroux Outre les services financiers, qui sont les mêmes – sinon plus variés chez Desjardins –, il n'y a aucune institution financière canadienne qui a une contribution locale aussi considérable que la nôtre, et ce, grâce aux caisses réparties sur l'ensemble du territoire du Québec. Ainsi, l'appui aux collectivités – se traduisant par des dons, commandites, bourses d'études et autres moyens – représente des investissements annuels de 75 à 80 millions $ juste au Québec. De plus, les membres, autant les entreprises que les particuliers, peuvent s'impliquer au sein du conseil d'administration de leur caisse. Notez qu'il n'y a pas d'autres institutions financières canadiennes qui accueillent des administrateurs au sein de leur conseil, quels que soient leur formation ou leur profil. C'est ce que nous faisons.

CA Quel est l'apport économique et social d'une coopérative financière dans une société comme le Québec?
ML La contribution économique qu'une entreprise de notre dimension peut apporter à une société est importante : Desjardins est le premier employeur privé au Québec, il fait travailler de façon directe et indirecte autour de 75 000 personnes et il soutient financièrement quelque 400 000 entreprises. Outre cela, il accueille dans les conseils d'administration des caisses près de 6000 dirigeants élus, qui reçoivent notamment de la formation par l'entremise de notre Institut coopératif Desjardins. À cela s'ajoutent l'expérience et les connaissances, entre autres sur le plan financier, économique et démocratique, qu'ils acquièrent à titre d'administrateurs. Ce qui en fait un apport important sur le plan éducationnel.

CA Quand on parle de vous (Desjardins), comment vous qualifie-t-on, ou comment aimeriez-vous être qualifié?
ML D'abord, pour l'effet de taille, nous sommes très certainement le plus important groupe financier coopératif canadien. Pour l'aspect qualificatif, les dirigeants et l'ensemble des gestionnaires et du personnel de Desjardins souhaitent vraiment inspirer la confiance. Quand on inspire cette confiance, ça nous permet d'agir de façon structurante dans la société et sur l'économie.

CA Les coopératives sont appelées à se renouveler pour s'adapter aux changements. Est-ce que ces adaptations pourraient dénaturer l'entreprise coopérative?
ML Au contraire, le pire risque pour une entreprise coopérative, et pour n'importe quel type d'entreprise, est de ne pas s'adapter. Toutefois, nous devons être prudents pour garder le cap sur notre mission et nos valeurs. Parfois, on se dénature, car on est embourbés dans les moyens et les façons de faire. Il ne faut pas de confusion entre les deux : les valeurs sont non négociables, mais les moyens sont adaptables.

Une force économique planétaire

Dans le monde

Les 750 000 organisations coopératives et mutualistes, réparties dans plus de 100 pays, regroupent près d'un milliard de membres et offrent des services à 50 % de la population mondiale.

Les coopératives de production agricole, de transformation agro­alimentaire et de distribution alimentaire représentent 40 % des activités du mouvement coopératif à l'échelle mondiale.

La survie d'une personne sur deux dans le monde dépend de l'activité d'une coopérative du domaine agroalimentaire.

50 % de la production agricole planétaire est commercialisée par les coopératives.

Aux États-Unis, on dénombre 30 000 coopératives, avec plus de 300 millions de membres.

Les coopératives et les mutuelles fournissent plus de 100 millions d'emplois, soit 20 % de plus que les entreprises multinationales.

850 millions de personnes ont accès à des services financiers grâce aux coopératives et aux mutuelles, qui possèdent, entre autres, 26 % du marché mondial des assurances.

En Espagne, la plus grande coopérative de travailleurs au monde, Mondragon, compte plus de
80 000 employés
.

Plus près de chez nous

Au Canada, il y a plus de 9000 coopératives, qui regroupent 18 millions de membres.

Au Québec, on dénombre 3300 coopératives, regroupant 8,8 millions de membres (une personne pouvant être membre de plusieurs coopératives).



Café Chaos

Nady Larchet
Vice-présidente
Café Chaos, coop de travail

Le Coopérateur agricole En quoi le café Chaos se différencie-t-il des autres établissements de ce type?
Nady Larchet Notre mission est de favoriser la relève musicale et artistique. Sachant que nous sommes une coopérative, nos clients, de tous âges, cultures et classes sociales, sont nombreux à vouloir s'impliquer.

CA Le café est une coopérative de travail. Comment fonctionne-t-elle?
NL Trois paliers de gens y travaillent. On y entre comme bénévole pour effectuer diverses tâches. Après un certain nombre d'heures, on peut devenir membre auxiliaire, ce qui permet de participer à certaines réunions et de faire des propositions. On peut ensuite devenir membre travailleur. Cette façon de faire favorise l'engagement, le sentiment d'appartenance et l'émergence d'idées nouvelles. Fondé en 1995, le café Chaos compte neuf membres travailleurs.

CA Qu'est-ce qu'une coopérative apporte de plus à une société par rapport à un autre type d'entreprise?
ML Elle permet de sortir du système rigide des hiérarchies, dans lequel un patron dirige des gens qui doivent se tenir dans un cadre. On fait preuve d'une ouverture d'esprit et les employés ne sont pas des numéros. Ils peuvent mettre à profit leurs talents et s'accomplir.

CA Les coopératives sont-elles appelées à se renouveler?
ML Toujours. C'est ce qui les fait perdurer. La coopérative, par sa relève continuelle, est un statut d'entreprise qui a une longévité supérieure aux autres types d'entreprises, et c'est prouvé.



Promutuel

Sylvain Fauchon
Chef de la direction
Promutuel

Le Coopérateur agricole Pourquoi choisit-on de faire affaire avec Promutuel plutôt qu'avec une compagnie d'assurances qui n'est pas constituée en mutuelle ou en coopérative?
Nady Larchet En premier lieu, il faut le bon produit et un service de qualité. Cela dit, ce qui attire les gens, ce sont nos éléments distinctifs. L'un d'eux est la proximité. Nous sommes le réseau qui a le plus de tentacules dans la province et qui s'implique par des dons, des commandites ou par l'entremise de gestionnaires ou de dirigeants qui sont actifs dans la collectivité. Un autre élément distinctif du mouvement mutualiste, pour un consommateur qui désire être plus qu'un client, c'est la possibilité de participer à la vie démocratique d'une mutuelle, notamment en s'impliquant au sein du conseil d'administration.

CA Quel est l'apport économique et social d'une coopérative financière dans une société comme le Québec?
NL Promutuel, c'est 26 sociétés d'assureurs autonomes au Québec. Elle compte 1750 employés, dont 80 % sont en région. Économiquement, nous avons un chiffre d'affaires de 550 M$. Notre travail est d'indemniser les gens lorsqu'ils sont malchanceux. Nous avons un taux de sinistralité autour de 60 %, c'est-à-dire que 60 % de la prime versée par les membres est distribuée d'une façon ou d'une autre à des fournisseurs pour remettre nos membres sur pied.

CA Les coopératives sont appelées à se renouveler pour s'adapter aux changements. Est-ce que ces adaptations pourraient dénaturer l'entreprise mutualiste ou coopérative?
ML Je ne vois pas le risque. Viser la performance et l'excellence est tout à fait compatible avec la structure et les valeurs des mutuelles et des coopératives. Les deux vont de pair et nous devrions être plus performants que les autres, parce que nous servons plus que des clients, nous servons des membres.

Les différents types de coopératives au Canada

Coopératives financières
Ces coopératives offrent à leurs membres des services financiers, des prêts ou placements et des services d'assurances.

Elles sont la propriété des membres usagers ou des souscripteurs d'assurances.

Exemples : caisses populaires, caisses d'économie, credit unions, coopératives d'assurances, mutuelles.

Coopératives de vente au détail
Elles fournissent des biens à leurs membres pour leur usage personnel.

Elles sont la propriété des consommateurs des biens qu'elles vendent.

Exemples de secteurs : alimentation, fournitures scolaires, quincaillerie, vêtements, matériel de plein air.

Coopératives de services
Elles fournissent des services à leurs membres (particuliers ou sociétés).

Elles sont la propriété des utilisateurs des services.

Exemples de services : câblodistribution, infrastructure de loisirs, électricité, gaz naturel, énergie éolienne, habitation, garderies et prématernelles, services funéraires, soins de santé, transport et communication, tourisme, services municipaux, services sociaux et communautaires.

Coopératives à partenaires multiples
Aussi appelées coopératives de solidarité, elles regroupent différentes catégories de membres qui partagent un intérêt commun : clients, travailleurs, investisseurs, organismes communautaires, etc.

Exemples de secteurs : services à domicile, services de santé, entreprises pour personnes souffrant d'un handicap, services communautaires.

Coopératives de producteurs
Ces coopératives mettent directement en marché ou transforment et mettent en marché les produits ou les services de leurs membres.

Certaines peuvent également vendre les intrants nécessaires aux activités économiques de leurs membres (les coopératives d'approvisionnement agricole).

Elles sont la propriété des membres qui achètent leurs intrants ou qui leur livrent les produits et services qu'elles mettent en marché.

Exemples de secteurs : agriculture (transformation et de commercialisation), approvisionnement à la ferme, élevage et culture, taxi, nettoyage de semences, marchés publics, parcs d'engraissement et pâturages, pêcheries, utilisation de machinerie en commun.

Coopératives de travail
L'objectif de ces coopératives est de fournir du travail à leurs membres en exploitant une entreprise. Elles peuvent être actives dans tous les secteurs économiques.

Ces coopératives appartiennent à leurs membres travailleurs et elles sont principalement de petites ou moyennes entreprises.

Dans une coopérative de travail, les membres, collectivement propriétaires, se procurent un emploi et contrôlent la gestion et l'administration de leur entreprise.

Certains travailleurs forment une coopérative dans le but d'acquérir des actions de l'entreprise pour laquelle ils travaillent. Il s'agit alors d'une coopérative de travailleurs-actionnaires.

Exemples de secteurs : agroalimentaire, alimentation naturelle, arts et spectacles, confection et vente de vêtements, communication et marketing, construction et rénovation, enseignement, foresterie, impression et édition, production industrielle et manufacturière, services ambulanciers, services aux entreprises, services infirmiers à domicile.

Source : Secrétariat aux coopératives, gouvernement du Canada

Près d'un milliard de personnes sont membres d'une coopérative dans le monde.

Allemagne : 4 personnes sur 10
Royaume-Uni : 9,8 millions de personnes
États-Unis : 1 personne sur 4
Chine : 180 millions de personnes
Honduras : 1 personne sur 3
Inde : 239 millions de personnes
Brésil : 7,6 millions de personnes
Kenya : 1 personne sur 5
Malaisie : 6,8 millions de personnes
Singapour : 1 personne sur 2
Argentine : 9,3 millions de personnes


Source :
Alliance coopérative internationale

Retour

Copyright © 2014 La Coop fédérée | Tous droits réservés